Depuis l’été dernier, un vent de fronde secoue le royaume avec des manifestations qui ont réuni jusqu’à des dizaines de milliers de personnes dans la capitale au plus fort des protestations, entre juillet et décembre 2020. Elles ont repris après l’inculpation en février pour lèse-majesté de quatre dirigeants du mouvement qui se voient régulièrement refuser une remise en liberté sous caution. Au moins 57 autres manifestants, dont trois mineurs, sont inculpés dans le cadre de la législation sur le lèse-majesté.

Vendredi 19, une nouvelle manifestation a eu lieu à Bangkok où 3000 policiers étaient déployés. Des manifestants se sont servi de cordes afin de déplacer un mur de conteneurs placés devant le palais royal pour le protéger. Ils ont réussi à se frayer ainsi un chemin en cirant “Libérez nos amis!”, avant de jeter des cocktails Molotov sur les policiers qui ont ouvert le feu avec des balles en caoutchouc et lancé des gaz lacrymogènes. Des policiers avaient fait auparavant une descente dans la maison d’édition “Thai” afin d’y saisir les copies de l’ouvrage sur la monarchie d’un militant et avocat spécialisé dans la défense des droits humains. Les manifestants ont réagi en plaçant l’ouvrage en ligne et en appelant leurs sympathisants à l’imprimer et à le lire pendant la manifestation.