Du 17 au 31 mai se tiendront les Semaines internationales contre les disparitions politiques. Les disparitions par enlèvements et détentions secrètes par les forces de sécurité et par les paramilitaires sont une attaque qui vise à détruire, à éliminer toute opposition et à terroriser la société entière. L’objectif de cette méthode est de répandre l’anxiété sociale, la peur et l’incertitude dans la société. Les travailleur.euse.s organisé.e.s, syndicalistes, journalistes, intellectuel.le.s, écrivain.ne.s, avocat.e.s, en bref : une multitude de personnes de toutes les couches de la société peuvent être la cible de ces attaques.

Cette méthode systématisée à très grande échelle une première fois par le IIIe Reich a été appliquées par de nombreux autres États. Au Mexique, depuis 2006 : le nombre de disparitions politiques est d’au moins 30.000 personnes. Le 26 septembre 2014, la Police a enlevé 43 étudiant.e.s de l’École Normale Rurale d’Ayotzinapa qui allaient à une manifestation contre les réformes éducatives. Depuis ce jour, leur corps n’ont pas été retrouvé. En Colombie, le nombre de disparitions politiques est de plus de 250.000 personnes. En Turquie : depuis au moins 1915, c’est le sort de centaines de milliers de disparue politiques. C’est pour cela que les “Mères du Samedi” se rassemblement depuis 1995 chaque samedi sur la place du Galatansaray en Turquie.

Rassemblement demain 25 mai 12h00 à la gare Centrale

Lers

Lers