Un manifestant de 23 ans, a été condamné par la 23e chambre du tri­bunal cor­rec­tionnel de Paris à  une peine de quatre mois ferme avec mandat de dépôt (incar­cé­ration immé­diate) pour avoir refusé un contrôle d’identité et s’être débattu  suite à un contrôle de police musclé après la mani­fes­tation pari­sienne de dimanche. La juge s’est caractérisée par un racisme (une djellaba devenant un “accoutrement”) qui a fait relais à celui des policiers (l’ami blanc avec qui il marchait, après la manifestation, n’a pas été contrôlé, alors que lui l’a été, ainsi son frère). Le manifestant portait encore les traces de coups qui lui ont porté les policiers dimanches.