Accueil > Dossiers > Monde arabe et Iran > Palestine : Huis clos pour le procès d’Ahed Tamimi

14 février 2018

Palestine : Huis clos pour le procès d’Ahed Tamimi

En Israël, le procès d’Ahed Tamimi s’est ouvert à huis clos devant le tribunal militaire israélien de la prison d’Ofer. La jeune fille, elle n’est âgée de que 17 ans, est devenue l’emblème de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne. Ahed Tamimi est passée à la postérité via une vidéo dans laquelle on la voit frapper un soldat israélien dans son village de Nabi Saleh, en Cisjordanie, ce qui lui a valu d’être arrêtée (voir notre article). A l’ouverture du procès ce mardi matin, la petite salle d’audience était pleine. Signe que le cas d’Ahed Tamimi suscite beaucoup d’intérêt, journalistes et diplomates étaient venus en nombre pour suivre les débats.

L’adolescente est tout d’abord entrée sous le regard des caméras. Puis les forces israéliennes ont ordonné aux journalistes et diplomates de quitter la salle : seuls les membres de la famille ont été autorisés à suivre l’audience. Contrairement aux précédentes comparutions d’Ahed Tamimi, le juge a ordonné un huis clos, invoquant le fait que l’accusée est mineure. Un débat public n’est pas dans l’intérêt de la jeune fille, a t-il estimé. Une interprétation contestée par la défense d’Ahed Tamimi. Son avocate juge qu’un débat public n’est en réalité pas dans l’intérêt de la cour et souligne que sa cliente, comme sa famille, souhaitent une audience publique. Pour l’avocate, il y a là une volonté de détourner les regards internationaux de ce dossier. Une affaire dont l’avocate entend faire un procès de l’occupation illégale israélienne des territoires palestiniens, ce qui amène à contester la légitimité de ce tribunal militaire pour juger Ahed Tamimi. Les débats ont été suspendus et renvoyés au mois prochain.

Ahed Tamimi Ahed Tamimi

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?