Dans la procédure pour la prétendue “constitution d’une organisation successant au Militante Gruppe (mg), les Cellules d’Action Révolutionnaire (RAZ)”, les autorités ont forcé la prise échantillon d’ADN sur les accusés. L’un d’eux a été transféré à l’hôpital pour le prélèvement sanguin.