Le juge Garzon, ancien magistrat à l’Audiencia Nacional qui avait dirigé la répression contre la gauche indépendantiste basque (c’est lui qui a fait décréter toutes les organisations, partis, journaux, radios, syndicats nationalistes “façade” d’ETA, et qui les a fait interdire), a été sévèrement accueilli à la Faculté de Philosophie et Lettres de Buenos Aires où il devait participer à un événement . La manifestation était organisée par des membres de groupes défenseurs des prisonniers politiques basques. Garzon s’est fait traiter de tortionnaire.