Dimanche 9 mai à Kiev le jour de la commémoration de la capitulation de l’Allemagne nazie. Deux sœurs sont sorties, comme chaque année, avec le portrait du maréchal Joukov. La police a tenté de les arrêter, mais des gens les ont protégées et ont empêché leur arrestation. L’année dernière, les deux sœurs avaient été agressées par des nationalistes mais protégés par des Ukrainiens pro-soviétiques. En 2017 et 2015, les policiers avaient réussis à les arrêter. Les deux femmes ont 84 ans et étaient enfants lorsque Kiev a été libérée par l’Armée rouge. Elles disent avoir été témoin des atrocités nazies et des exécutions massives de Juifs de Kiev, de communistes et de prisonniers de l’Armée rouge par les nazis allemands et les nationalistes ukrainiens.Nous n’avons pas peur. Nous n’avons rien à perdre. Notre mère et nos pères ont déjà brisé le fascisme. Et nous allons le casser à nouveau”, ont-elles commenté.

Tentative de répression d'une commémoration de la victoire sur le nazisme

Tentative de répression d’une commémoration de la victoire sur le nazisme

Le gouvernement colombien a affirmé, dimanche, qu’il explorait les conditions pour réactiver les négociations de paix avec l’ELN, mais avec des conditions extrêmement dures (voir nos articles ici et ici). Mardi, le gouvernement colombien a assuré que les ordres d’extradition contre les membres de la délégation de l’ELN à La Havane seraient suspendus si un processus de paix était engagé (voir notre article). Le gouvernement continue cependant d’imposer plusieurs conditions telles que la libération des prisonniers de l’ELN, comme conditions pour reprendre les négociations. Le gouvernement colombien est en grande difficulté depuis l’éclatement de la révolte contre la réforme des retraites, la pauvreté et la corruption dans le pays (voir notre article). Il accuse l’ELN d’être impliqué dans le mouvement, ce que dément Pablo Beltrán, porte parole de guérilla. Ce dernier affirme que les fronts urbains de la guérilla ont ordre de ne pas mener d’action à proximité des manifestations, même si l’ELN soutient politiquement ce mouvement.

Combattantes de l'ELN

Combattantes de l’ELN

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

La journée de lundi a débuté de manière frontale à Jérusalem, avec des jets de pierre par des centaines de Palestiniens contre les forces de l’ordre israéliennes positionnées sur l’Esplanade des Mosquées qui tiraient des grenades assourdissantes, du gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc. Plus de 520 Palestiniens ont été blessés, dont de nombreux aux yeux et à la tête, alors que la police israélienne a fait état d’au moins neuf blessés dans ses rangs, pour ces accrochages les plus violents depuis 2017 à Jérusalem-Est. Des manifestations ont commencé à se multiplier dans différentes villes de Cisjordanie occupée, où le Croissant-Rouge a dénombré un total de 200 blessés.

Des militant·es et journalistes ont dénoncé Instagram et Twitter pour avoir fermé leurs comptes sur ces réseaux sociaux et censuré des contenus relatifs aux dramatiques événements de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est occupée, où les forces israéliennes et les colons répriment des manifestants civils depuis jeudi. Les habitants de ce quartier protestent contre une vague d’expulsions ordonnée par la justice israélienne, laquelle devrait chasser une quarantaine de Palestiniens, dont une dizaine d’enfants, de leurs maisons (voir notre article).

La complicité entre Israël et les entreprises de réseaux sociaux dans la réglementation et la censure du contenu et des comptes palestiniens est bien documentée. À la suite d’une visite d’une délégation au siège de Facebook en 2016, le ministre israélien de la Justice avait déclaré à l’époque que Facebook, Google et YouTube ‘’se conformaient à 95 % aux demandes israéliennes de suppression de contenu’’, presque entièrement palestinien. Par ailleurs, Facebook avait recruté l’an dernier une experte israélienne de la censure (voir notre article).

Les réseaux sociaux censurent les post témoignant de la répression du peuple palestinien

Les réseaux sociaux censurent les post témoignant de la répression du peuple palestinien

Dimanche 9 mai, une manifestation populaire s’est déroulée dans les rues de Berlin en soutien aux révoltes à Jérusalem contre le nettoyage ethnique israélien du quartier de Sheikh Jarrah (voir notre article). Lorsque la manifestation est arrivée sur Hermannplatz, la police allemande a attaqué le cortège et a interpellé au moins quatre jeunes palestiniens. Une nouvelle manifestation sera organisée à Berlin, comme partout dans le monde, à l’occasion du 15 mai, jour de commémoration de la Nakba, en soutien aux révoltes de Jérusalem.

L’entreprise française Idemia spécialisée dans l’identité numérique et Interpol vont collaborer pour la mise en place d’un nouveau système “multi-biométrique”  baptisé MBIS. MBIS sera une sorte de moteur de recherche biométrique dédié aux fonctionnaires de police des 194 Etats membre d’Interpol. Chaque jour, jusqu’à un million de recherches d’empreintes digitales, palmaires et de reconnaissance faciale pourront être effectuées et ainsi identifier les potentiels suspects grâce à des comparaisons. MBIS facilitera également le travail des policiers grâce au stockage de photos de preuves et des renseignements sur les liens entre une affaire en cours et une personne ou entre plusieurs affaires. Il inclut aussi un ensemble d’outils d’amélioration et de traitement photo et vidéo. Il permet par exemple le traitement des minuties, qui désignent les particularités des sillons de la pulpe des mains.

Idemia et Interpol collaborent depuis 20 ans. Le premier contrat remonte à l’année 2000. Il avait pour objectif de faciliter la coopération entre les forces de police nationales grâce à un système automatisé d’identification biométrique. Il offrait une base de données commune d’empreintes digitales de suspects dans des affaires criminelles. Puis, en 2016, Interpol s’est équipé d’un logiciel de reconnaissance faciale. L’entreprise implantée à Courbevoie travaille également avec l’Union européenne. Il a été choisi, aux côtés de Sopra Steria, pour mettre en place une base de données biométriques dédiée au contrôle des frontières de l’espace Schengen.

Les affrontements entre manifestants palestiniens et les forces d’occupations ont fait 180 blessés vendredi et plus de 50 blessés samedi soir dans différents quartiers de Jérusalem-Est. Ces manifestations et leur répression sont les plus violentes dans la ville depuis plusieurs années. Les affrontements se sont produits sur l’Esplanade des Mosquées, dans le quartier de Cheikh Jarrah, de la porte de Damas et de Bab al-Zahra. Les manifestants protestent contre une possible éviction de familles palestiniennes au profit de colons israéliens à Jérusalem-Est. La justice israélienne a annoncé, dimanche 9 mai, le report d’une audience très attendue de la Cour suprême, prévue lundi, sur le sort de ces familles palestiniennes.

 

Vendredi 7 mai, des milliers de manifestant·es réclament toujours la démission du président Iván Duque. Le retrait de la réforme fiscale anti-populaire qui a initié le mouvement ainsi que la démission d’Alberto Carrasquilla (le ministre des Finances à l’origine du projet) n’a rien fait pour calmer les colombien·nes. De larges pans de la population continuent de se mobiliser pour protester contre les politiques du gouvernements ayant mené à une aggravation des inégalités sociales et de la pauvreté dans le pays ainsi que contre la corruption et la répression policière. D’une manière générale, la population réclame “un gouvernement qui écoute le peuple, tous les secteurs de manière égale, les étudiants, les paysans et les femmes”.

La répression policière a fait une quarantaine de mort·es parmi les manifestant·es depuis le début de la révolte, dont certain·es sont tombé·es sous les tirs à balles réelles de la police. Les noms des victimes s’affichent désormais en lettres capitales au milieu des bougies dans la capitale. Des Colombiens, se sont réunis par centaines dans le centre-ville hier pour leur rendre hommage. Par ailleurs, plus de 80 personnes sont portées disparues depuis le début de la révolte, environ 800 personnes ont été arrêtées, des centaines d’autres ont été blessé·es (dont une vingtaine qui ont été éborgné·es) et des cas de viols ont également été rapportés. Des manifestations de soutien à la révolte s’organisent à l’international, notamment aux États-Unis et en France.

Une manifestation regroupant des militant·es révolutionnaires et des habitant·es d’Austin s’est tenue dans la ville à l’occasion du 1er mai. Cette manifestation n’était pas autorisée mais la police, ne connaissant pas son point de départ, n’est pas parvenue à empêcher son départ. Elle a ensuite tenté d’y mettre fin ce qui a conduit à des affrontements avec les manifestant·es et ainsi qu’à huit arrestations. Les manifestant·es ont cependant continué à occuper les rues de la ville. Plus d’infos ici.

Affrontements avec la police lors d'une manifestation du 1er mai à Austin

Affrontements avec la police lors d’une manifestation du 1er mai à Austin

Le parquet a requis, jeudi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, une peine de travail de 200 heures à l’encontre d’un participant à la première boum poursuivi pour coups et blessures envers deux policiers. Il aurait lancé des bouteilles sur deux policiers de la cavalerie de la police fédérale et aurait été identifié au moyen de vidéos des événements. Le jugement sera prononcé le 4 juin.

La boom

La boum