Mardi 15 septembre au matin, les syndicats ont organisé des marches dans le centre de Tegucigalpa, la capitale, pour réclamer la satisfaction de diverses revendications sociales. Cette manifestation a lieu chaque année les 15 septembre.  La marche était composée de représentants d’enseignants, d’ouvriers et d’étudiants convergeant vers le centre de la capitale où des affrontements ont commencé. Les manifestants ont lancé des pierres sur les forces de l’ordre qui ont tiré des gaz lacrymogènes. Un blindé a aussi été utilisé pour disperser les manifestants. Un jeune manifestant a été blessé.

Affrontement à Tegucigalpa

 

En réponse à la signature des accords de normalisation entre Israël, les Émirats arabes unis et le Bahreïn, les Palestiniens ont appelé à une journée de protestation mardi 15 septembre. Brandissant des drapeaux palestiniens, des manifestants portant pour la plupart des masques anticoronavirus se sont rassemblés dans les villes de Naplouse et Hébron, dans le nord et le sud de la Cisjordanie, et dans la ville de Gaza. Une manifestation a eu lieu à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie. Plusieurs jeunes Palestiniens se sont affrontés à l’armée d’occupation près d’un checkpoint à Hébron.

Affrontements mardi à Hébron

Mardi 15 septembre, 7 personnes ont été arrêtées à Toulouse et sont accusées d’avoir réalisé de nombreux tags, pochoirs et collé des affiches contre le capitalisme et le système pénal. Arrêtées et placées en garde à vue pendant 48H, elles ont été condamnées vendredi 18 septembre à deux mois de prison ferme avec maintien en détention à la maison d’arrêt de Seysses. Les chefs d’inculpation invoqués sont : dégradation aggravée en réunion, identité imaginaire et refus de signalétique et d’ADN. Une autre personne a également été interpellée à l’issue du procès pour “outrage à magistrat”.

une des affiches placardées

Les combattants maoïstes ont abattu aujourd’hui, vendredi 18 septembre, un paramilitaire qu’ils avaient capturé il y a cinq jours, dans le district de Bijapur, dans l’État de Chhattisgarh. Mannuram Suryavanshi était attaché au 17e bataillon des Forces armées du Chhattisgarh (FAC). Il a quitté le camp anti-guérilla du village de Patheda le 13 septembre, en tenue civile et avait disparu depuis lors. Son cadavre a été retrouvé sur la route Gangalur-Bijapur, Le comité régional maoïste de Gangalur-Bijapur a laissé sur place un communiqué expliquant que Mannuram Suryavanshi avait d’espionné la police et commis des abus contre la population.

paramilitaires anti-guérilla en Inde (archives)

 

Dossier(s): Inde-Népal Tags: , ,

Les services de police de la région de Denver ont arrêté, jeudi 17 septembre, des militant·es contre les meurtres policiers. Ces arrestations se sont déroulée au cours d‘une opération coordonnée. Certaines personnes ont ainsi été arrêtées dans un parking de “Home Depot”, à leur domicile et ou au volant de leur véhicules. On dénombre au moins quatre personnes arrêtées, membres du Party for Socialism and Liberation. Ces militant·es organisaient les manifestations réclamant justice pour Elijah McClain, qui avait été brutalement assassiné par le département de police d’Aurora. Ils sont toujours en prison, à l’exception d’une personne. Ils font face à de multiples accusations de crime (y compris une étrange accusation de kidnapping). Plus d’infos ici.

Affrontements à Denver

Le Dr Issam Hijjawi Bassalat et des prisonniers républicains irlandais ont entamé une grève de la faim le 16 septembre pour protester contre l’isolement du Dr Hijjawi Bassalat par les autorités pénitentiaires. Le Dr Hijjawi Bassalat, qui est un éminent représentant de la communauté palestinienne en Écosse, a été arrêté avec neuf républicains irlandais dans une opération qui a mobilisé le MI5 britannique, la Gardaí irlandaise, la police écossaise, la police métropolitaine de Londres et plus de 500 agents du service de police d’Irlande du Nord (PSNI). Cette «Opération Arbacia» visait officiellement la New IRA.

Le Dr Issam Hijjawi Bassalat, âgé de 62 ans, a entamé sa grève de la faim le 16 septembre, alors qu’il était de nouveau contraint à l’isolement dans le module de Foyle House dans la prison de Maghaberry dans le nord de l’Irlande. Les prisonniers républicains irlandais ont immédiatement entamé une grève de la faim de solidarité pour soutenir Issam. Plus tôt dans la journée, la libération sous caution d’Issam a été refusée. Il va maintenant saisir la Haute Cour pour attendre son procès en liberté. Le Dr Issam Hijjawi Bassalat a plusieurs problèmes de santé et a subi une IRM cette semaine. Foyle House est une prison dangereuse, touchée par le Covid-19.

Le Dr Hijjawi Bassalat

Le réquisitoire a été prononcé au tribunal de Bolzano, fortifié pour l’occasion, contre les 63 anarchistes accusés d’avoir affronté les forces de police au col du Brenner, le 7 mai 2016, lors d’une manifestation contre le “mur anti-migrants” décrété par l’Autriche (voir notre article). Le procès, qui s’achemine donc vers sa conclusion, se déroule selon une procédure abrégée (acceptée par les accusés). Le procureur a requis de la prison ferme pour les 63 prévenus. Les chefs d’accusation les plus graves sont ceux de dévastation et de pillage. Les demandes d’emprisonnement vont de quelques mois à un maximum de dix ans. D’autres auditions suivront, réservées à la défense et aux débats, avant d’arriver au prononcé de la sentence dans les semaines à venir.

Les affrontements au col du Brenner

Le conflit social chez ABinBev se durcit à Liège. Des huissiers se sont présentés au domicile de travailleurs en grève pour signifier les astreintes. En l’absence des travailleurs, ce sont parfois les familles qui ont été confrontées aux huissiers. Pour rappel, les travailleurs ont débrayé à la suite de la détection d’un foyer de Covid au sein d’un département logistique. 10 travailleurs sont infectés. Pour l’avocat de la FGTB “c’est inédit de s’en prendre directement à des travailleurs qui manifestent leur désapprobation et qui affirment leurs revendications dans le cadre d’un conflit social; c’est tout-à-fait nouveau, ça démontre le mépris de la direction par rapport aux revendications des travailleurs et c’est particulièrement inquiétant”. La procédure est pourtant légale : la mission de l’huissier est de signifier la décision du tribunal aux personnes citées. Mais la plupart du temps, l’huissier se rend sur le site de grève pour remettre l’assignation en mains propres. Ce n’était pas le cas ici. Il est question d’astreintes de 2.500 euros par fait constaté. Une tentative de conciliation mardi s’est soldée par un échec.

Mehmet Yalcin est originaire de la ville de Varto, au Kurdistan nord. Il avait été incarcéré en 2005 en Turquie, puis libéré en attente de son procès instruit pour fait de “propagande en faveur d’une organisation terroriste”. Des procès qui se terminent immanquablement par de lourdes condamnations. C’est pourquoi Mehmet Yalcin, à ce moment-là, a choisi la voie de l’exil et arrive en France, à Bordeaux, en 2006 avec son épouse et ses trois enfants. Malgré ses demandes d’asile, il n’a eu de cesse de subir le harcèlement des autorités françaises et plus particulièrement de la préfecture de la Gironde. Alors qu’il devait être expulsé le 28 août dernier et se trouvait dans un centre de rétention, à Bordeaux, le tribunal administratif de cette ville ordonne sa libération, considérant que Mehmet ayant fait une nouvelle demande d’asile, son maintien en rétention était illégal. La préfecture devait alors lui délivrer une attestation de demande d’asile lui donnant le droit de rester sur le territoire jusqu’à ce que la Cour nationale des droits d’asile (CNDA) rende son avis. En lieu et place, il reçoit une assignation à résidence. Une décision préfectorale là encore cassée par le tribunal administratif.

Depuis le 13 août, Mehmet Yalcin se trouvait donc chez lui, attendant la fin de la procédure du CNDA. Jusqu’à ce que ce mardi 15 septembre, à 6 heures du matin, une vingtaine de policiers ne viennent l’appréhender. La raison officielle était un entretien administratif. En réalité, une fois au commissariat de l’aéroport de Mérignac et un interrogatoire sur sa situation administrative et son droit de séjour, il a été transféré, en voiture, jusqu’au centre de rétention du Mesnil-Amelot, près de l’aéroport de Roissy, en région parisienne. Aucune procédure n’a été respectée et personne n’avait plus la trace de Mehmet Yalcin: ni ses défenseurs, ni les organisations qui s’occupent des demandeurs d’asile et encore moins sa famille. Il a été expulsé par un vol vers Istanbul où la police d’Erdogan l’attendait.

Mehmet Yalcin