Actualité de la répression et
de la résistance à la répression

Dess milliers de Marocains ont manifesté dimanche à Rabat contre la vie chère et la répression politique,  sur fond d’accélération de l’inflation et de montée de la grogne sociale. Cette marche nationale, l’une des plus importantes des derniers mois, était organisée par le Front social marocain (FSM), qui fédère des partis politiques et des organisations syndicales de gauche. “Le peuple veut la baisse des prix… Le peuple veut faire tomber le despotisme et la corruption”, scandaient les manifestants. La flambée des prix (+7,1% en octobre sur un an), les hausses du coût des carburants, des denrées alimentaires et des services, se combinent au Maroc à une sécheresse exceptionnelle.

Venus de tout le royaume, les manifestants ont également dénoncé “toutes les formes de répression” politique, anti-syndicale et contre la liberté d’expression tandis que plusieurs blogueurs et journalistes, critiques du pouvoir, sont emprisonnés. Pour leur part, des militants pro-palestiniens ont fustigé la normalisation avec Israël depuis décembre 2020. De nombreux drapeaux palestiniens étaient visibles dans le défilé.

L’Iran a annoncé l’abolition de la police des moeurs à l’origine de l’arrestation et de la mort de la jeune Mahsa Amini qui a provoqué une vague de contestation qui dure depuis près de trois mois. Cette concession aux manifestants, est intervenue après la décision samedi des autorités de réviser une loi de 1983 sur le port du voile obligatoire en Iran, imposé quatre ans après la révolution islamique de 1979. Cette police, connue sous le nom de Gasht-e Ershad (patrouilles d’orientation), a été créée sous le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, pour “répandre la culture de la décence et du hijab”. Elle est formée d’hommes en uniforme vert et de femmes portant le tchador noir. Cette unité a commencé ses premières patrouilles en 2006.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Le demandeur d’asile kurde Mahmut Tat, qui a migré en Suède en 2015, était un membre actif du Parti démocratique des peuples (HDP). Il a été jugé et condamné à six ans et dix mois de prison en Turquie il y a sept ans. « Le terrorisme est mentionné à de nombreuses reprises tout au long de votre dossier. Le PKK est également une organisation terroriste pour nous. La République de Turquie vous a jugé équitablement. Vous êtes une menace pour notre pays et vous ne pouvez pas rester ici », lui ont déclaré les institutions suédoises. Le 22 novembre, elles l’ont placé en détention, puis l’ont emmené au centre de détention de Märsta le 1er décembre, d’où il a été transféré en Turquie.

L’extradition de Tat vers la Turquie a eu lieu au milieu des négociations de l’OTAN entre la Turquie, la Suède et la Finlande. Après l’invasion de l’Ukraine, les deux pays scandinaves ont demandé à adhérer à l’OTAN. Toutefois, Erdoğan avait déclaré qu’il gèlerait le processus d’adhésion si les deux pays ne prenaient pas de mesures contre l’exil politique kurde. Le nouveau Premier ministre suédois, qui s’est récemment rendu à Ankara, a promis de respecter toutes les obligations que son pays a contractées envers la Turquie, notamment l’extradition de dissidents, en échange de l’approbation de la candidature de son pays à l’OTAN. Le parlement suédois a également annoncé un vote le 16 novembre sur des amendements constitutionnels qui pourraient conduire à un renforcement des lois antiterroristes, une autre étape vers le respect des exigences de la Turquie. La Suède accueille une diaspora kurde dont les estimations varient entre 85 000 et 100 000 personnes, soit 1% de la population suédoise.

Depuis le dimanche 27 novembre, quiconque recherchant sur Twitter des informations concernant les villes chinoises où des manifestations ont eu lieu aura été confronté à un océan de tweets montrant des jeunes femmes dans des poses suggestives et proposant des « rencontres ». Ces spams rendent presque impossible la recherche et le partage d’informations utiles. Ces tweets ont été publiés toutes les deux secondes à partir de centaines de comptes Twitter différents, la plupart créés au cours des deux derniers mois. Et ces comptes n’ont que très peu, voire aucun followers, un indice courant qui semble indiquer qu’il s’agit de faux comptes ou de comptes créés artificiellement, très certainement par les services chinois.

 

Les récentes négociations entre le gouvernement colombien et les guérilleros de l’Armée de libération nationale (ELN) ont abouti à un premier accord sur le retour de réfugiés indigènes déplacés dans l’ouest du pays. Ces communautés qui avaient fui leurs territoires dans les régions de Choco (nord-ouest) et Risaralda (centre-ouest), à cause des violences entre narcotrafiquants, paramilitaires et guérilleros de l’ELN.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Alfredo Cospito poursuit sa grève de la faim au finish contre la mise au régime d’isolement total 41bis (voir nos précédents articles). Les manifestations, occupations et actions directes se multiplient en Italie, mais la solidarité est aussi internationale. Le 30 novembre, de la peinture a été jetée et des slogans peints sur la Chambre de commerce italo-grecque à Athènes. Le 1er décembre, deux véhicules de police ont été incendiés devant un commissariat de Berlin (phpto). Et hier 3 décembre la voiture d’un diplomate italien a été incendiée à Athènes

Dossier(s): Italie Tags: , ,

Ce vendredi 2 décembre, au 78e jour du soulèvement, des milliers de personnes à Zahedan ont manifesté dans les rues en scandant  « Khamenei, honte à toi, dégage du pays ». Les femmes scandaient « le pervers c’est toi, la femme libre c’est moi ». Les forces répressives s’étaient déployées dans plusieurs rues de Zahedan. Elles ont tiré sur les gens dans la rue Modaresse et à l’intersection Khayam, Beheshti et Mirzai Shirazi. Des jeunes portait une grande pancarte dans la manifestation d’aujourd’hui, qui disait : « Iran, sois tranquille, le Balouchistan et le Kurdistan sur leur honneur, ne t’abandonneront pas » Il y a eu de grandes manifestations dans d’autres villes de la province du Sistan-Baloutchistan, notamment Iranshahr, Khash, Zehak et Chabaha où des hélicoptères des pasdarans survolaient la ville. Vendredi matin s’est déroulée à Arak la cérémonie du 40e jour de deuil de Sina Malayeri, la population a scandé « Pasdarans, Bassidj, vous êtes notre Daech». Hier soir, de jeunes insurgés ont attaqué la milice du Bassidj du 1er district de Kermanchah avec des cocktails Molotov et incendié une banderole de la milice dans la ville de Rask, au Sistan-Baloutchistan. De jeunes rebelles ont attaqué une base de la milice du Bassidj à Gorgan avec des grenades artisanales et détruit une grande bannière de Khomeiny et Khamenei à Bandar Abbas à coups de cocktails Molotov.

Vendredi, les habitants de la ville de San Gregorio Atlapulco, dans la municipalité de Xochimilco, ont affronté la police de Mexico (CDMX), suite à un blocus qu’ils ont maintenu sur l’avenue Nuevo León en protestation contre les travaux qui ont provoqué une pénurie d’eau dans la zone. Ces travaux procèdent du Plan général de développement, qui est un instrument qui vise à définir les politiques sur 20 ans. En plus du détournement d’eau, les habitants soutiennent que ces chantiers sont plein d’irrégularités.

Un responsable des paramilitaires anti-guérilla de la Central Reserve Police Force (CRPF), a été tué dans une embuscade tendue par des guérilleros maoïstes dans le Chhattisgarh mardi soir. Abdul Hakeem, 35 ans, chef d’état-major de l’unité d’opération spéciale de la CRPF appelée COBRA (Commando Battalion for Resolute Action), a été tué lorsqu’un groupe maoïste a ouvert le feu sur le personnel chargé de la sécurité à l’extérieur d’un camp militaire récemment établi dans la forêt de Sukma, dans la division de Bastar du Chhattisgarh.

Commandos COBRA de la CRPF à l'entraînement

Dossier(s): Inde-Népal Tags: , ,

Le 24 novembre, le troll d’extrême droite Andy Ngo a demandé à Elon Musk que le compte @crimethinc soit banni de Twitter. Quelques heures plus tard, Musk a exécuté cette demande. Le compte @crimethinc sur Twitter date de mai 2008. Le compte n’a jamais été suspendu ni reçu d’avertissement au cours des quatorze années d’administration de Twitter. Ngo n’a pas apporté de nouveaux éléments à l’attention de Musk, mais a reposté des captures d’écran vieilles de plusieurs années. D’autres utilisateurs de Twitter ont également été bannis dans des circonstances similaires aujourd’hui.

La rhétorique de Musk sur le fait de faire de Twitter un lieu de “ libre expression “ est un mensonge. Musk a acheté Twitter afin d’imposer son programme sur ce qu’il considérait comme la plateforme de médias sociaux la plus influente, échappant au contrôle de personnes comme lui. Comme Donald Trump, Musk dit effrontément le contraire de ce qu’il pense, et ses partisans interprètent cela comme une démonstration de force. En même temps qu’il fait de nouveau bon accueil à Donald Trump, aux nationalistes blancs et aux fascistes sur Twitter, Musk élimine ceux qui font obstacle à ses aspirations autoritaires. Lorsque Musk dit qu’il construit Twitter 2.0, il fait référence à la transition de la première itération d’Internet – forums de discussion, indymedia, un modèle plus ou moins ouvert et participatif – au Web 2.0, dans lequel toutes les interactions sont façonnées par les algorithmes de quelques seigneurs de la technologie. Ce qui s’est déjà produit sur Facebook et Instagram se produit maintenant sur Twitter.