Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Jock Palfreeman, qui avait obtenu la libération conditionnelle avant-hier (voir notre article et son erratum), a finalement été libéré de la prison de Sofia mais transféré immédiatement au centre de détention pour immigrés de Sofia Busmantsi. La raison en serait que Jock n’a pas de passeport ni de documents d’identité en cours de validité. Il restera au centre de détention jusqu’à ce qu’il reçoive un nouveau passeport. Il n’est pas clair s’il restera ensuite en Bulgarie ou quittera le pays.De nombreux secteurs de l’élite politique bulgare se sont montrés scandalisés par la libération de Jock, mais la décision de la libération conditionnelle est définitive.

Jock quittant la prison de Sofia

Journée de manifestations et d’affrontements à Paris avec l’Acte 45 des Gilets jaunes et la grande manifestation climat. La journée de mobilisation a démarré place de la Madeleine, où les forces de l’ordre ont dispersé environ 300 personnes. Des manifestants ont également été bloqués dans le quartier de la gare Saint-Lazare. C’est ensuite autour des Champs-Elysées que la situation s’est tendue, avec des charges des forces de l’ordre et des manifestants qui ont renversé poubelles et barrières. Des slogans antipolice et anticapitalistes ont été entendus. Là encore, chaque attroupement était encerclé et dispersé. Dans le quartier des Champs-Elysées quadrillé par les forces de l’ordre, des touristes interloqués se sont régulièrement retrouvés pris dans le flot des personnes dirigées par la police hors du périmètre. A la mi-journée, déjà plus de cent personnes avaient été interpellées.

A 14h30, de nombreux militants se sont réunis aux abords du jardin du Luxembourg pour la marche pour le Climat qui a réuni entre 15.000 et 50.000 personnes. Mais les policiers sont intervenus à partir de 15H00 pour tenter de  disperser un black bloc, en faisant usage de gaz lacrymogènes et de lanceurs de balle de défense. Les policiers ont même  projeté sans sommation plusieurs grenades de désencerclement dans le cortège. Des poubelles et des scooters ont été incendiés sur le boulevard, entraînant une riposte musclée des forces de l’ordre, qui ont fait reculer les manifestants, scindant en deux la marche. Peu avant 16H00, Greenpeace et Youth For Climate ont appelé à quitter la manifestation parisienne à cause des violences. Les dégâts sont nombreux (une banque a notamment été attaquée).  7.500 policiers et gendarmes avaient été déployés à Paris ce samedi. Au total, 163 personnes ont été interpellées, 395 verbalisées et 99 placées en garde à vue.

De violents incidents ont été enregistrés ce jeudi au chantier de l’entreprise de construction AESA sur le site de la raffinerie YPF de la ville de La Plata. Les affrontements se sont produits vers 5 h 30 du matin, lorsque des salariés d’AESA, après une semaine de fermeture suite à un conflit syndical (conséquence des salaires impayés et de non réengagement d’ouvriers), a pu pénétrer dans le complexe industriel. Un groupe d’ouvriers syndicalistes de l’ Unión Obrera de la Construcción de la República Argentina (UOCRA) est aussi entré dans l’usine et a insulté les jaunes. Les policiers de la province de Buenos Aires sont intervenus et ont été caillassés. Les policiers ont alors utilisé des balles en caoutchouc contre les syndicalistes.

Les affrontements à La Plata

 

 

 

Le nombre de grévistes de la faim dans les prisons israéliennes a atteint 39, après que dix prisonniers se soient joints à la grève de la faim dans la prison de Rimon. 120 autres prisonniers devraient se joindre à la grève illimitée si les services pénitentiaires israéliens ne répondaient pas à leurs exigences. Parmi celles-ci: l’utilisation du téléphone public, cinq jours par semaine, la levée des dispositifs de brouillage cancérigène placés dans certaines prisons,  le retour de 23 prisonniers transférés arbitrairement à la prison de Nafha et de Rimon et l’arrêt des raids dans les cellules. Un accord avait été conclu entre les prisonniers et les services pénitentiaires israéliens en avril, qui répondait à la plupart de leurs demandes, principalement la suppression des dispositifs de brouillage et l’activation des téléphones publics. Cependant, Israël n’a pas respecté ses promesses.

Prisonniers palestiniens

ERRATUM: Le panel de trois juges de la Cour d’Appel de Sofia a aujourd’hui renversé la décision du Tribunal de Sofia de refuser sa libération conditionnelle à Jock Palfreeman. La libération de Jock ne semble donc plus être qu’une question de temps, même si à l’heure d’écrire ces lignes, il n’est pas encore effectivement libéré.

Aujourd’hui, le prisonnier antifasciste Jock Palfreeman a été [vu sa libération conditionnelle accordée] après 11 ans dans une prison bulgare suite à une décision de la cour d’appel de Sofia. Jock est enfermé depuis décembre 2007. Il avait été condamné pour meurtre en 2009 à 20 ans de prison pour la mort d’un militant néo-nazi, fils d’un politicien bulgare bien connu. Celui-ci avait été tué dans un affrontement avec Jock qui protégeait un Rom du groupe de hooligans d’extrême-droite dont faisait partie le jeune nazi (voir notre article). Les détails de la libérations conditionnelle ne sont pas encore connus.

Free Jock

Dans le cadre du mois de mobilisation international pour la libération de Georges Abdallah, le Collectif Palestine Vaincra est invité à des conférences à Bruxelles, Genève et Nanterre. Ce collectif, dont des membres visitent Georges Abdallah en prison, interviendra sur le soutien à la lutte du peuple palestinien, en particulier le soutien indispensable aux prisonniers palestiniens, et sur la lutte pour la libération de Georges Abdallah, communiste libanais et militant de la cause palestinienne enfermé en France depuis 1984.

Samedi 21 septembre dès 19H
Local Sacco Venzetti – 54, Chaussée de Forest – Bruxelles
Facebook : https://www.facebook.com/events/511319009682843/

Jeudi 26 septembre dès 19H30
Unimail – Boulevard du pont d’Arve – Genève
Facebook : https://www.facebook.com/events/511900332969705/

Jeudi 10 octobre dès 19H30
7, rue Anatole France – Nanterre
Facebook : https://www.facebook.com/events/238294123756238/

Depuis quelques jours, les autorités algériennes procèdent à des nombreuses arrestations de manifestants ou de figures du mouvement populaire. Le but recherché est d’affaiblir un mouvement populaire qui ne perd rien de sa vigueur. Ainsi l’arrestation spectaculaire du militant politique Karim Tabbou, survenue la semaine dernière, quelques heures seulement après un discours musclé du chef d’état-major de l’armée. La réponse des Algériens ne s’est pas fait attendre : ils se sont mobilisés pour condamner ces arrestations suivies d’emprisonnement. Hier encore, plusieurs manifestants ont été arrêtés dès le début de la marche des étudiants. Ce qui n’a pas empêché une forte mobilisation. En effet, comme vendredi dernier, des milliers d’étudiants et de citoyens sont sortis manifester pour dire non à l’élection présidentielle et pour insister sur le rejet du système.

Arrestation en Algérie

 

Au moins 20 travailleurs du prêt-à-porter ont été blessés dimanche dans des affrontements avec les forces de l’ordre dans la zone industrielle de Kanchpur, à Sonargaon upazila, à Narayanganj. Les travailleurs d’une usine de la société Opex et du groupe Sinha avaient tenté de bloquer l’autoroute voisine en exigeant le paiement de leurs arriérés, l’arrêt de licenciements abusifs, et une augmentation de salaire. Ces travailleurs se sont heurtés à la police qui a tenté de les chasser de la route. Ils ont lancé des briques sur les forces de l’ordre, essuyant des tirs de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Au moins 20 travailleurs ont été blessés. Des policiers supplémentaires avaient été déployés dans la région.

Les affrontements de Narayanganj

Mardi 17 septembre, le centre des médias et de la communication du HPG (Forces de défense du peuple) a publié une vidéo de l’attaque par leurs forces d’une caserne de l’armée turque. Cette attaque s’est déroulée le 27 juillet près du village de Hedit, dans le district de Silopi (dans la province de Şırnak) dans la région d’Anatolie du sud-est. Au cours de celle-ci 3 soldats ont été tués et un autre blessé. Un véhicule blindé de type cobra a également été détruit.

La vidéo de l’opération ici.

Plus d’infos ici.

Attaque du HPG contre une caserne turque

Attaque du HPG contre une caserne turque

Lundi 16 septembre, deux militants écologistes ont été relaxé. Ils étaient poursuivis pour avoir décroché un portrait de Macron, le 21 février dernier, dans une mairie de Lyon, pour protester contre l’inaction du gouvernement contre le réchauffement climatique. Le tribunal a considéré que ce mode d’action était « légitime », invoquant dans ses motivations l’état de nécessité.

En juin, le tribunal correctionnel de Strasbourg avait relaxé trois « décrocheurs » mais pour une autre raison : le maire avait donné son accord à cette action et le tribunal avait considéré qu’il n’y avait pas d’élément intentionnel (voir notre article). En revanche, six militants poursuivis pour les mêmes faits ont été condamnés à des amendes en juin à Bourg-en-Bresse (Ain). Douze autres procès de décrocheurs sont prévus jusqu’à septembre 2020.

Le décrochage et la ballade du portrait à Strasbourg

Le décrochage et la ballade du portrait à Strasbourg

Dossier(s): France - Autres sujets Tags: