Actualité de la répression et de la résistance à la répression

22 mai 2019

Italie : Trois anarchistes arrêtés lors de l’opération Prometeo

Mardi 21 mai trois anarchistes Natascia, Beppe et Robert ont été arrêtés à Milan par le Raggruppamento Operativo Speciale (ROS, l’unité anti-terroriste des Carabinieri) dans le cadre d’une opération répressive appelée « Prométhée ». Certaines perquisitions ont également été effectuées.

Les personnes arrêtées sont accusées principalement "d’attaque terroriste ou de subversion", car ils sont considérés comme responsables de l’envoi de colis piégés reçus en juin 2017 par deux procureurs Rinaudo et Sparagna (ce dernier est le procureur général chargé du procès pour l’opération « Scripta manent ») et par Santi Consolo, alors directeur du Département de l’administration pénitentiaire à Rome.

Les enquêteurs affirment être parvenus à tracer les appels téléphoniques ainsi que les historiques web d’un cyber-café voisin de l’adresse d’expédition des colis. Ils affirment également avoir identifié les trois anarchistes sur des images vidéo-surveillance au moment où ces derniers achetaient les composants nécessaires à l’emballage des munitions.

La triple attaque à l’explosif ferait partie de la campagne d’action lancée par un appel intitulé "Per un giugno pericoloso", élaboré à Rome en avril 2017 dans le but de développer une nouvelle perspective de lutte anarchiste contre la répression.

Emblème du ROS Emblème du ROS

Voir le dossier: avec les tags: - - - Nos sources
21 mai 2019

Namur et Mons : Un an après l’assassinat de Mawda...

Un an, jour pour jour, après la mort de la petite Mawda, 2 ans, Kurde, migrante, assassinée d’une balle dans la tête, sur l’autoroute à deux pas de Mons, par des policiers qui venaient notamment de Namur, le commissariat de la police fédérale de la rue de l’Arsenal a été orné d’un tag "Mawda", et un liquide semblable à du sang a été répandu sur les lieux. Une manifestation avait lieu le même jour à Mons et là aussi, un liquide évoquant le sang a été répandu sur les marches du palais de justice.

Le commissariat tagué à Namur Le commissariat tagué à Namur

Voir le dossier: avec les tags: - - - Nos sources
21 mai 2019

Espagne/Pays Basque : Des actes de tortures sur un prisonnier basque reconnu par la cour des droits de l’Homme

Gorka Lupiañez, membre de l’ETA, a été arrêté par la Garde civile à Berriz, province de Vizcaya, au Pays basque, en décembre 2007. Il sera détenu 5 jours au secret dans un commissariat de Madrid. Lupiañez dénoncera les actes torture, de sévices et de viol subit lors de sa détention au secret. En 2007, il porte plainte, mais l’affaire sera classée en 2009. Il fera appel et une enquête sera lancée, mais finalement suspendue en 2011. Après la Cour constitutionnelle espagnole, Gorka Lupiañez, fera appel à la Cour européenne des droits de l’homme qui n’examinera pas l’affaire. Finalement, ce lundi 20 mai, le Comité des droits de l’homme des Nations Unies a déclaré que Gorka Lupiáñez avait bien été torturé lors de sa détention au secret en 2007.

Le Comité demande que les autorités compétentes procèdent à une enquête sur les allégations de torture et attend que l’exécutif espagnol l’informe dans les 180 jours des mesures qu’il prendra en réponse à son avis, conformément au Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par l’Espagne en 1985. Depuis 2010, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné l’Espagne pour les actes de torture commis sur dix prisonniers basques : Mikel San Argimiro (2010), Aritz Beristain (2011), Martxelo Otamendi (2012), Oihan Ataun (2014), Beatriz Etxeberria (2014), Patxi Arratibel (2015). , Xabier Beortegi (2016), Igor Portu (2018) et Mattin Sarasola (2018).

Gorka Lupiañez Gorka Lupiañez

Voir le dossier: avec les tags: - - - - Nos sources
21 mai 2019

France : Caisse de soutien aux Gilets Jaunes et répression du mouvement

Hier, le collectif universitaire contre les violences policières a lancé une caisse de soutien aux gilets jaunes. Ce collectif a été lancé en mars dernier par plus de 450 universitaires au moyen d’un appel intitulé "Universitaires, nous nous déclarons « complices » des gilets jaunes face aux dérives autoritaires du pouvoir".

Le collectif dénonce la répression du mouvement Gilets Jaunes, les nouvelles mesures liberticides récemment adoptées (unité "anti-casseurs", "visage masqué" considéré comme délit, marquage chimique des manifestant.es, etc.) ainsi que l’augmentation de la répression judiciaire (nombre des procès en augmentation constante et condamnations à de la prison ferme plus fréquentes).

Afin d’aider les manifestant·e·s à faire face aux coûts financier des procès, le collectif universitaire a donc lancé une cagnotte qui financera des collectifs d’autodéfense juridiques. Les fonds seront répartis entre les collectifs locaux avec le soutien duréseau national des collectifs d’autodéfense juridique.

Le lien vers la cagnotte

Le même jour, deux personnes condamnées à Reims à 18 mois de prison ferme et pour l’un d’entres eux à verser 1000 euros à un policier. Ils étaient accusés d’avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre (des pierres pour l’un, des grenades lacrymogènes pour l’autre), samedi, pendant la manifestation des gilets jaunes. Dans les deux cas, le tribunal a été plus sévère que le procureur de la République. Alors que le parquet avait réclamé 12 et 13 mois de prison ferme contre les deux hommes, jugés en comparution immédiate, le tribunal les a condamnés tous les deux à 18 mois ferme, avec mandat de dépôt, et donc, incarcération immédiate à la sortie de l’audience.

Deux autres hommes étaient jugés le même jour. Le premier été accusé de jet de pavés sur la police. Il écope de quatre mois de prison ferme. Le second aurait traité les policiers de "moutons". Il écope de quatre mois ferme, plus quatre mois supplémentaires, en révocation d’une peine de sursis précédente.

Gilets Jaunes Acte XXIV Paris Gilets Jaunes Acte XXIV Paris

Voir le dossier: avec les tags: - - - - Nos sources
20 mai 2019

Bruxelles : Discussion demain sur le nassage

Le 17 et 18 mai la police bruxelloise a nassé des manifestations (action de blocage dans le cadre de la marche Climat et cortège antifa dans la Pride). Le nassage ou kettling est une tactique policière consistant soit à immobiliser (ou à orienter) des manifestants par des policiers en nombre inférieur mais adoptant un dispositif en cordon. Cette tactique est utilisée de manière très récurrente par la police bruxelloises face aux mouvements sociaux combatifs.

Une discussion aura lieu sur le thème "Face aux nasses, cessons d’être impuissant.e.s" demain mardi 21 mai de 18:30 à 21:30 à L’accroche ; 72 rue du pont de luttres, Forest.

Kettle à Montréal Kettle à Montréal (archive)

Voir le dossier: avec les tags: - Nos sources
20 mai 2019

Belgique : Nouvelle comparution pour Cahit Zorel

Malgré la décision favorable du Conseil du contentieux des étrangers (voir notre article), l’Office des étrangers refuse toujours la régularisation de Cahit Zorel. Cahit a comparu devant le Conseil du Contentieux des Etrangers ce lundi. Ce militant kurde de Turquie âgé de 47 ans vit en Belgique depuis 18 ans. Depuis son arrivée, il a toujours travaillé et notamment géré un petit restaurant à Liège pendant près de 10 ans. Son casier judiciaire est vierge, il est marié à une Belge depuis cinq ans et va être père dans trois mois.

L’Office des Etrangers tente pourtant par tous les moyens d’empêcher sa régularisation sur base d’une note de la Sûreté d’Etat qui l’accuse de liens avec le DHKP-C. Le 22 juin 2018, le Conseil du contentieux des étrangers lui avait donné gain de cause et a annulé la décision de refus de régularisation émise par l’Office des Etrangers. Mais l’Office des étrangers a fait appel de cette décision.

Cahit Zorel Cahit Zorel

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
20 mai 2019

Philippines : Quatre guérilleros maoïstes tués par l’armée

Des soldats de l’armée gouvernementale ont tué quatre guérilleros maoïstes lors d’une fusillade à Carmen (Surigao del Sur). C’est un détachement du 502e brigade d’infanterie qui a rencontré un groupe d’une dizaine de combattants de la NPA. Les militaires ont récupéré sur le terrain trois AK47, deux M16, des téléphones portables et divers documents.

Combattants maoïstes Combattants maoïstes

Voir le dossier: avec les tags: - - - Nos sources
20 mai 2019

Inde : Affrontements, deux soldats blessés

Deux membres de la Special Auxiliary Police du Jharkhand ont été blessé au cours d’un affrontement avec une brigade maoïste dans le district de Seraikela-Kharswan ce lundi. Les deux hommes ont immédiatement été évacué en hélicoptère et hospitalisé à Ranchi, la capitale de l’état. Selon les autorités, les maoïstes auraient ouvert le feu contre des membres des forces de sécurité qui effectuaient une mission de repérage dans la zone. Ces derniers ont battu en retraite, mais les soldats ont déclaré avoir blessés plusieurs maoïstes par leurs tirs. Le commissaire local a immédiatement déclenché une vaste opération de ratissage au cours de laquelle ses hommes auraient repéré des traces de sang sur le chemin emprunté par les guérilleros lors de leur retraite.

District de Seraikela-Kharswan District de Seraikela-Kharswan

Voir le dossier: avec les tags: - - - Nos sources
20 mai 2019

Chili : Refus de libération conditionnelle pour Tamara Sol prisonnière anarchiste

Tamara Sol, une anarchiste chilienne, avait été condamnée en 2014 à 7 ans et 61 jours d’emprisonnement pour avoir tiré sur le vigile d’une banque. Elle a donc déjà passé 5 ans et demi derrière les barreaux dans différentes prisons du pays (voir notre article). Actuellement à la prison de Valdivia, elle a cherché à plusieurs reprises à obtenir une libération conditionnelle. Cette mesure systématiquement refusée le mois dernier, bien qu’elle ait exécuté plus de la moitié de sa peine. Cela s’explique par le fait qu’elle est concernée par le décret de loi 321, entré en vigueur récemment. Ce décret renforce les obstacles aux prisonniers qui demandent une libération conditionnelle et s’applique rétroactivement à ceux qui tentaient déjà de l’obtenir.

Tamara Sol Tamara Sol

Voir le dossier: avec les tags: - - - - Nos sources
19 mai 2019

France : Gilets jaunes Acte XXVII

L’Acte 27 du mouvement des Gilets jaunes a vu ses principales manifestations se tenir à Reims, Nancy, Toulouse et Paris. D’autres manifestations ont eu lieu, par exemple à Lyon, Marseille, Besançon, Saint-Nazaire, où la préfecture a pris un arrêté interdisant la manifestation non déclarée des « gilets jaunes » dans le centre et Lens – où la préfecture a également interdit le centre. A Reims, une manifestante a été blessée suite à une charge de CRS. A Toulouse, où la place du Capitole était interdite de manifestation, des affrontements ont eu lieu et la police a fait usage de gaz lacrymogènes.

Si le nombre des manifestants a baissé dans les grandes villes, on a observé un regain dans les occupations de rond-points en province, pratique qui a caractérisé les débuts du mouvement.

L'Acte 27 à Toulouse L’Acte 27 à Toulouse

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
19 mai 2019

France : Une équipe de Street Medic verbalisés lors d’une manifestation au Mans

Vendredi 17 mai, une manifestation nocturne de Gilets Jaunes était organisée au Mans, 6 mois après l’Acte I (17 novembre 2018). Malgré l’interdiction, 200 personnes défileront. Un groupe de 8 Street Medic seront verbalisés ce soir-là par la police pour « manifestation dans un périmètre interdit par arrêté préfectoral ». Chacun des membres s’est vu infliger une amende de 135€.

Street Medic du Mans verbalisé par la police Street Medic du Mans verbalisé par la police

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
19 mai 2019

Angleterre : La police peine à protéger les fascistes

La police du Grand Manchester a du essuyer samedi une pluie de projectiles divers (allant des oeufs aux briques) dans sa volonté de protéger le cortège électoral de l’eurodéputé fasciste Tommy Robinson dans les rues d’Oldham. Deux véhicules de police ont été endommagés lors des affrontements avec les habitants du quartier. La police a annoncé de prochaines arrestations suite à ces incidents. Tommy Robinson est un des pseudonyme de Stephen Yaxley-Lennon, il a été le fondateur de l’English Defence League.

Tommy Robinson Tommy Robinson

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
19 mai 2019

Uruguay : Affrontements à Montevideo

Vendredi après-midi, une mobilisation a été organisée à Montevideo contre les accords annoncés par le président uruguayen visant à autoriser l’installation à proximité d’une usine de pâte de cellulose d’une. Les manifestants ont tagué le siège de la Banque de développement de l’Amérique latine, l’une des entités qui, avec la Banque interaméricaine de développement (BID), a accordé un prêt à l’État uruguayen pour financer les travaux du train qui reliera l’usine au port de Montevideo. Les manifestants ont commencé à assaillir avec des pierres les véhicules officiels qui avaient quitté le bâtiment présidentiel, puis se sont déplacés à l’arrière du siège de la banque, y ont peint des slogans et ont jeté plusieurs cocktails Molotov.

Le tagage de la banque Le tagage de la banque

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
19 mai 2019

Belgique : Répression policière à la Pride

Hier se tenait La Pride de Bruxelles. Des membres de l’association Reclaim the Pride étaient présent·s·s et entendaient protester contre la récupération politique et commerciale la manifestation.

« Nous protestons contre la récupération politique de la Pride, contre le manque d’action politique et l’incertitude dans laquelle vivent encore les personnes LGBTQIA + ainsi que les travailleurs du sexe », ont expliqué les militant·e·s. « La Belgian Pride est devenue une organisation commerciale et politique. Les politiciens viennent prendre une place qui n’est pas la leur, à la recherche de votes et monopolisent un événement qui faisait partie à l’origine de la lutte, de la résistance et de la révolution du LGBTQIA +. Le ’pinkwashing’ amène le flou sur le but du défilé et le réduit à un carnaval. »

Les manifestant·e·s se sont donc naturellement opposé·e·s au passage des cortèges des partis politiques bourgeois et ont jeté des bouteilles sur le char de la NVA. Iels ont alors été nassé·e·s, matraqué·e·s et gazé·e·s par la police qui cherchait à faire de la place pour le passage du char de la NVA. D’autres personnes sont alors venues en soutien force la police à établir une double ligne pour faire face aux deux groupes. Les membres de Reclaim the Pride ont été libéré·e·s après un contrôle d’identité.

Répression policière de Reclaim the Pride Répression policière de Reclaim the Pride

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
18 mai 2019

UE : Création d’une base de données biométriques géante

Le Parlement Européen a voté pour la création du Common Identity Repository (CIR). Une base de données biométriques qui contiendra les données de plus de 350 millions de personnes. L’objectif : facilité les contrôles aux frontières. Ce nouveau dispositif permettra l’interconnexion entre les systèmes de contrôles aux frontières.

Les règles du CIR en matière de contrôle des frontières et des visas ont été adoptées avec 511 voix pour et 123 contre pour neuf abstentions. La législation du CIR en matière de coopération policière et judiciaire, d’asile et de migration a quant à elle été approuvée avec 510 pour et 130 contre, et neuf abstentions. Les systèmes couverts par les nouvelles règles comprennent le système d’information Schengen, Eurodac, le système d’information sur les visas (VIS) et trois nouveaux systèmes : le système européen du casier judiciaire des ressortissants de pays tiers (ECRIS-TCN), le système d’entrée / sortie (EES) et le système européen d’information et d’autorisation de voyage (ETIAS).

Le CIR Le CIR

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources

0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120 | ... | 1995

A propos de notre présence sur les réseaux sociaux

Téléchargez notre Clé PGP

Contact et abonnement à notre lettre d’information : srapapc@gmail.com

Alliance du 1er Mai Révolutionnaire

Notre local, le Sacco Vanzetti, 54 Chaussée de Forest à Bruxelles

Campagne à propos des photos dans les manifestations

Solidarité révolutionnaire avec les combattantes du Rojava, Raqqa, Shengal et d’Afrin

Campagne de soutien au Bataillon International de Libération au Rojava

Vignette No procès Historique des poursuites contre nos membres (2007-2018)

Numéro de compte de solidarité (IBAN) : BE09 0016 1210 6957

Suivre la vie du site RSS 2.0

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?