Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Mercredi 21 août, un homme a été condamné à huit mois de prison ferme après avoir été reconnu coupable d’avoir lancé un projectile métallique sur un commissaire, lors d’une manifestation pour Steve Maia Caniço. Il écope par ailleurs d’une interdiction de manifester à Nantes pendant trois ans et a dix jours pour faire appel.

Cette manifestation, qui a eu lieu le 3 août, avait pour objectif de dénoncer les violences policières et de rendre hommage à Steve Maia Caniço, noyé dans La Loire suite à une charge policière dans la nuit du 21 au 22 juin. Elle avait rassemblé 1700 personnes et avait donné lieu à des affrontements entre manifestant·e·s et policiers (voir notre article). Quarante-deux personnes avaient été arrêtées, dont 28 relevant « d’interpellations préventives », avant le début de la manifestation.

Charge policière à Nantes lors de la manifestation pour Steve

Lundi soir, 19 août, le Commando Thomas Meyer-Falk a incendié plusieurs véhicules de chantier sur le site de construction de la prison de Zwickau Marienthal. Une excavatrice a été complètement brûlée, les quatre autres excavatrices et une chargeuse frontale ont été endommagées par l’ incendie et rendues partiellement inutilisables. Cette action est dédiée en particulier à Loïc Schneider, au Park Bench 3 et au Basel 18.

Pour plus d’information, lire le communiqué (en anglais).

Alex Murphy était l’un des deux membres de l’IRA emprisonné pour avoir abattu deux sous-officiers britanniques. Ceux-ci étaient tombés par hasard, le 19 mars 1988, en plein dans une funérailles de l’IRA,en 1988. En civil mais armé, ils avaient sortis leur arme mais avaient été désarmés et frappés par la foule en colère, puis amené à l’écart par des membres de l’IRA et abattus. L’événement avait frappé les esprits en Grande-Bretagne parce qu’il s’était largement passé devant les caméras de télévision. Alec Murphy avait été condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité avec un autre militant républicain, Hugh Maguire, mais a été libéré en 1998 en vertu de l’Accord du Vendredi Saint après avoir purgé environ 10 ans de prison. Vétéran de la cause républicaine, Alec Murphy avait été emprisonné par les Britanniques dès l’âge de 15 ans, à la prison de Long Kesh au début des années 1970.

Alex Murphy est décédé paisiblement à son domicile de Falls Road, à Belfast, âgé d’une soixantaine d’années, le 15 août dernier et ses funérailles ont eu lieu lundi après-midi en présence d’une grande foule. Une vidéo mise en ligne a montré qu’iune salve d’honneur avait été tirée au dessus de son cercueil, devant son domicile, par deux hommes portant une cagoule noire, devant une assistance. La police a déclaré que cet hommage était un “acte criminel”. Les policiers ont fouillé la maison du défunt à Belfast un jour après ses funérailles, et saisi un certain nombre d’objets, mais ils n’ont procédé à aucune arrestation.

Extrait de la vidéo de la salve d'hommmage

 

Des militants écologistes opposés au projet de mine d’or Amuslar se sont dirigés vers le bâtiment du Parlement. Ils avaient l’intention d’organiser des assemblées publiques sur la question des Amulsar dans le parc de l’Assemblée nationale. Le cordon de police a bloqué les manifestants, leur refusant l’accès au parc. La tension a augmenté, certains manifestants ont tenté de bloquer l’avenue Baghramyan, y parvenant à moitié. Les heurts ont alors commencé entre la police et les participants à la manifestation environnementale. La police a expulsé les manifestants de la chaussée et procédé à six arrestations.

Manifestation contre le projet de mine à Amulsar

 

Un maoïste a été tué dans une opération anti-guérilla dans la jungle de Burgula, à Manuguru mandal. Cela s’est passé mercredi, dans cette région de la circonscription de Pinapaka, dans le Telangana, qui est un fief naxalite. L’opération visait une groupe de guérilleros conduit par le commandant du Comité de la région de Manuguru du PCI(maoïste). Après les tirs, la police a récupéré le corps d’un maoïste et prétend avoir aussi récupéré arme qui lui appartiendrait, ainsi que de la littérature maoïste.

guérilleros maoïstes (archive)

Dossier(s): Inde-Népal Tags: , ,

Après l’échec des négociations entre les autorités locales d’El Alto (Piura) et les responsables de la société pétrolière chinoise CNPC, des manifestants ont incendié les bureaux de Confipetrol. Cela fait déjà plusieurs jours que la population d’El Alto proteste contre la société chinoise CNPC, en raison de la violation de plusieurs accords par la société pétrolière, surtout ceux concernant l’embauche de main-d’œuvre locale. L’entreprise a tenté de contourner ses obligations et de tromper les travailleurs en n’engageant que des travailleurs locaux pendant 20 jours et en les sous-payant. Mais pour le Front de défense d’El Alto, le personnel doit être embauché pour une période plus longue et ne doit pas être exempté de tous les avantages de la loi. Selon les procès-verbaux signés par la compagnie pétrolière chinoise, ils ont promis que 70% de leurs travailleurs, qu’ils soient qualifiés ou non, seraient des habitants d’El Alto. Les manifestants ont commencé à bloquer les routes principales d’El Alto et de Panamericana Norte depuis mercredi matin sous forme de manifestations.

L'incendie des locaux de Confipetrol.

Jeudi 15 août, le bureau du procureur général et le pouvoir judiciaire de l’État d’Oaxaca ont publié sept mandats d’arrêt contre des dirigeant·e·s syndicaux de la section 9 du Syndicat national indépendant des travailleurs de la santé (SINTS). Les travailleuses et travailleurs de la santé organisent une grève depuis plus de 25 jours pour exiger la réintégration de plus de 170 travailleurs licenciés injustement. Le SINTS entretient des relations étroites avec l’organisation révolutionnaire “Courant du peuple Soleil Rouge (Sol Rojo)” qui a appelé ses membres à se tenir prêt à réagir aux agressions de l’État d’Oaxaca.

Plus d’infos ici

Membres du SINTS en action devant la haute cour de justice de Oaxaca

Suite au limogeage des 3 co-maires de Mardin, Diyarbakir et Van (voir notre article), des manifestations se sont organisées dans plusieurs villes du Kurdistan Turque, ainsi qu’à Istanbul. Depuis lundi, déjà plus de 400 personnes ont été arrêtées lors de ces manifestations. À Van, le nouveau gouverneur (administrateur placé par l’état) a commencé son nouveau mandant par le licenciement des chefs de département mis en fonction après les élections du 31 mai. Le même jour, la police a effectué des raids dans les maisons d’employés municipaux ainsi que dans celle du co-président du syndicat des employés municipaux de Van. Au cours des deux derniers jours, au moins six journalistes pro-kurdes ont également été arrêtés par la police dans les provinces de Mardin et de Diyarbakır : les journalistes Ahmet Kanbal et Mehmetah Oruç de Mesopotamia Agency (MA), la journaliste de Jinnews, Rojda Aydın et les journalistes Nurcan Yalçın, Halime Parlak et Yelda Özbek.

Six journalistes arrêtés à Madrin et à Diyarbakir

Lundi 19 août, des émeutes ont éclaté en Papouasie occidentale, alors que des milliers de personnes protestaient contre les arrestations et les détentions d’étudiants indépendantistes durant le week-end. Plusieurs milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Manokwari, la capitale de la province de Papouasie occidentale. Les manifestations se sont transformés en soulèvement causant des dégâts matériels (magasins et véhicules incendiés, panneaux de signalisation arrachés, jets de pierre), jusqu’à l’incendie du Parlement régional. Le samedi 17 août, jour de l’indépendance de l’Indonésie, 43 étudiants papous vivant à Surabaya (sur l’île de Java), ont été arrêtés, accusés d’avoir détruit un drapeau indonésien. La police est intervenue dans les dortoirs utilisant des gaz lacrymogènes pour forcer les étudiants à sortir. Ils seront arrêtés et relâchés après interrogatoire. Depuis des années, les forces de sécurité du pays sont accusées d’exactions à l’encontre de la population de Papouasie, notamment d’assassinats de militants politiques et sociaux.

Parlement Régional de Manokwari, capitale de la province de Papouasie occidentale

Ces derniers jours l’ELN a mené deux attaques contre l’armée colombienne. La première a été réalisée le mardi 13 août dans la région de Catatumbo, à la frontière avec le Venezuela. Elle a fait trois blessés dans les rangs de l’armée. La seconde a eu lieu dimanche 18 août dans la municipalité d’Arenal (dans le sud du département de Bolivar) et a fait un mort et deux blessés chez les troupes gouvernementales. Par ailleurs un sous-officier a également été abattu, mercredi 14 août, cette fois dans un affrontement avec des dissidents des FARC à Bellavista (dans le département du Cauca).

Combattant·e·s de l'ELN.jpg

 

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,