Actualité de la répression et
de la résistance à la répression

Pour des raisons de sécurité, c’est toujours avec un décalage que les portes-paroles de la résistance kurdes rendent compte des actions précises de la guérilla, de ses succès et de ses pertes. Une vidéo a été produite hier qui montre une de ces actions de la guérilla à Girê Cehennem le 24 mai. A 5 heures du matin, un groupe de guérilleros s’est infiltré dans un petit campement militaire. Ils ont mitraillé et grenadé les tentes, tuant sept militaires dont deux officiers. Les guérilleros sont parti en emportant des armes et des équipements. Une autre opération du même type a eu lieu, des snipers tenant les renforts à distance et leur infligeant des pertes supplémentaires.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan

Une émeute s’est déclenchée ce dimanche dans une ville du nord du pays lorsqu’une station-service n’a plus été en mesure de fournir de l’essence. La colère de la population s’est alors retournée contre des militaires présents sur place. Les soldats ont fait feu dimanche, faisant quatre blessés parmi les manifestants. Les faits se sont produits à Vusuvamadu, à 365 kilomètres au nord de la capitale Colombo, dans la nuit de samedi à dimanche, lorsqu’un poste militaire a été la cible de jets de pierres. Le Sri Lanka est frappé par la pire crise économique de son histoire et une grave pénurie de devises étrangères ne lui permet pas d’importer suffisamment de nourriture, de carburant et autres produits essentiels. L’île  vit depuis de nombreux mois au rythme de pannes d’électricité quotidiennes, de longues files d’attente devant les stations de carburant, des rationnements des denrées et d’une inflation record. Des manifestations pacifiques réclament depuis des semaines la démission du président Gotabaya Rajapaksa qu’ils accusent de mauvaise gestion. Des policiers et des soldats armés ont été déployés devant les stations-service.

Un sous-officier de l’armée gouvernementale a été blessé par un membre de la New People’s Army (NPA), samedi 18 juin, à Infanta, dans le Quezon. Trois soldats du 1er bataillon d’infanterie de l’armée avaient intercepté un triporteur transportant quatre personnes qu’ils ont considérées comme suspectes à Barangay (village) Magsaysay vers 15h20. Trois des personnes ont disparu dans la forêt, couverte par le quatrième qui, armée d’un pistolet, a tiré sur les soldats et a touché l’un d’eux à la poitrine.

 

Leider Johany Noscue, alias ‘Mayimbú’, un des commandant de la dissidence des FARC et l’un des hommes les plus recherchés de Colombie, a été abattu par l’armée dans la municipalité de Suárez (Cauca). Quelques jours auparavant, les forces colombiennes ont également tué Ricardo Abel Ayala, alias « Cabuyo », un autre commandant dissident des FARC, dans une zone rurale de la ville de Barbosa. Cabuyo commandait le 36e front des dissidents des FARC. Ayala est devenu célèbre pendant les pourparlers de paix de La Havane lorsqu’il a été choisi pour coordonner un programme pilote de déminage humanitaire. Cependant, lorsque l’accord de paix a été signé en 2016, il a refusé de déposer ses armes.

Ricardo Abel Ayala

Dossier(s): Amérique Latine

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange risque bien d’être envoyé aux Etats-Unis. La ministre britannique de l’Intérieur Priti Patel a finalement signé ce vendredi son décret d’extradition. « En vertu de la loi de 2003 sur l’extradition, la ministre d’État doit signer une ordonnance d’extradition s’il n’y a aucun motif d’interdire l’ordonnance », a détaillé un porte-parole du ministère de l’Intérieur. L’Australien de 50 ans peut faire appel dans un délai de 14 jours. Assange est réclamé par la justice américaine qui veut le juger pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Il risque 175 ans de prison.

Rassemblement pour Assange à Bruxelles (archives)

 

Deux dissidents israéliens qui avaient été arrêtés après avoir occupé le siège d’ une entreprise d’armement israélienne basée en Grande-Bretagne ont été libérés sous caution après avoir passé 31 jours derrière les barreaux. Ronnie Barkan et Stavit Sinai, qui ont tous deux quitté Israël en raison de leurs convictions antisionistes et vivent désormais en Europe, ont été libérés sous caution mercredi matin à la Bristol Crown Court. Une présence solidaire se tenait devant le tribunal. Ils avaient été arrêtés avec sept autres militants le mois dernier après avoir occupé le siège régional d’Elbit Systems UK – une filiale de la plus grande entreprise privée d’armement d’Israël – et placés en détention provisoire sous les accusations de dommages criminels et de cambriolage. Le tribunal a également levé les conditions restrictives imposées aux sept militants libérés sous caution le mois dernier. Le procès des neuf militants a été fixé au mois d’avril 2023.

Dossier(s): Reste de l'Europe

La zone de police de Bruxelles-Capitale Ixelles prévoit d’étendre son réseau de caméras de près d’un quart dans les prochains mois, selon les chiffres avancés lundi soir au conseil communal de la Ville de Bruxelles par le bourgmestre. Actuellement, la police dispose de son propre réseau de 370 caméras sur le territoire de la Ville de Bruxelles et de la commune d’Ixelles. 106 nouvelles caméras sont en cours d’installation, parmi lesquelles 88 sur le territoire de Bruxelles. Parmi celles-ci, 62 devraient être installées avant la fin de l’année. Les nouvelles caméras seront réparties un peu partout dans la commune, mais dans certains quartiers dit « plus difficiles » (comme celui de l’avenue de Stalingrad) l’extension du réseau sera plus marquée. [cette précision pour nos lecteurs non-Belges: il ne s’agit pas ici du nombre de caméra pour la ville, mais de celui des caméras de la commune de Bruxelles, le centre-ville, en gros, et de la commune d’Ixelles ; il y a 16 autres communes bruxelloises).

fail...

fail…

La police équatorienne a arrêté Leonidas Iza à Pastocalle, à une vingtaine de kilomètres au sud de Quito, un des points chauds des protestations du mouvement indigène. L’arrestation a eu lie mardi, au deuxième jour consécutif de manifestations, pour l’essentiel des barrages et barricades de fortune sur les routes, dans au moins onze des 24 provinces du pays. Quatre policiers à Quito et un procureur dans la province de Cotopaxi ont été temporairement détenus par les manifestants. Leonidas Iza, un ingénieur agronome de 39 ans, est le président de la très puissante Confédération des nationalités indigènes de l’Equateur (Conaie), la plus grande organisation de peuples indigènes, à l’origine de protestations populaires depuis plusieurs semaines. La Conaie proteste contre la hausse des prix des carburants mais aussi contre le manque d’emplois, pour un contrôle des prix des produits agricoles, et contre l’octroi de concessions minières dans les territoires autochtones. Elle exige une renégociation des dettes des paysans auprès des banques et un moratoire d’un an sur leur remboursement. L’arrestation a provoqué un regain d’activité des manifestants.

Depuis plusieurs années, les Massaï de Loliondo s’opposent aux autorités tanzaniennes, qu’ils accusent de vouloir les expulser d’une partie de leur zone d’habitat historique pour en faire une zone réservée aux animaux sauvages… donc aux safaris et aux chasses privées. Le gouvernement veut limiter les activités humaines à 1 500 km² sur les 4 000 km² de cette région située non loin du parc du Serengeti, laissant 2 500 km² aux bergers masaï. En 2009 déjà, des milliers de familles avaient été expulsées de Loliondo pour permettre à une société émiratie, Ortelo Business Corporation (OBC), d’organiser des séjours de chasse. Le gouvernement a finalement mis fin à cet accord en 2017 après des accusations de corruption.

Le 8 juin, des dizaines de véhicules de police de l’Unité des forces de terrain (FFU) et environ 700 agents sont arrivés à Loliondo pour délimiter une zone de 1 500 km² comme réserve. Le 10 juin, ils ont tiré sur des Massaï qui protestaient : au moins 18 hommes et 13 femmes ont été la cible de coups de feu, tandis que 13 autres ont été blessés à coups de machette. Les Massaï ont résisté: un policier a été tué d’une flèche. Des vidéos montrent une attaque brutale contre les manifestants.

Un masaï blessé par la police

Dossier(s): Afrique

Ecevit Piroğlu est un révolutionnaire de Turquie qui a participé au mouvement de résistance de Gezi, à Istambul, en 2013, et à la lutte contre le Daesh au Rojava. Il a été arrêté en Serbie en juin 2021, sur base d’un mandat d’arrêt international lancé par la Turquie, entre autres, pour son rôle dans le soulèvement de Gezi. Rien que pour cela, il risque 30 ans de prison. En outre, son engagement au Rojava lmui vaut des poursuites supplémentaires pour « appartenance à une organisation terroriste armée. » C’est après-demain, le 17 juin, qu’un tribunal serbe décidera de la demande d’extradition de la Turquie. Contre cette extradition, des manifestations sont organisées devant les représentations serbes dans plusieurs pays européens. De tels rassemblement ont eu lieu en autre à Paris, Athènes, Zurich et La Haye.

Rassemblement à Bruxelles demain jeudi, à 16H, devant le consulat de Serbie, 53 boulevard du Régent (métro Madou)