Actualité de la répression et
de la résistance à la répression

Dans la soirée du 24 novembre, 70e nuit du soulèvement, les manifestations de nuit se sont poursuivies à Téhéran dans divers quartiers. Pour créer un climat de terreur, les miliciens du Bassidj et les agents en civil ont détruit les voitures des particuliers et tiré sur des maisons dans plusieurs points de Téhéran. Les habitants de certains quartiers comme Moshiriyeh ont résisté à l’assaut des forces répressives et déclenché des accrochages. Sur les autoroutes Kashani et Hakim, de grandes banderoles du pouvoir ont été brûlées et à Pakdasht, la place Sepah a été incendiée. Des jeunes insurgés ont incendié une grande banderole de Khamenei à Ardakan, dans la province de Yazd.

Les habitants des villes de Yazd, Kermanchah, Hamedan, Ahwaz, Ispahan, Oroumieh, Zahedan ainsi que Fardis, Golchar et Mehrchahr de Karadj ont allumé des feux et manifesté. Des jeunes de Jakigor, dans le Sistan-Balouchistan, ont bloqué la route en allumant des feux. À Ilam, ils ont attaqué le poste de police de Vazir Abad avec des cocktails Molotov. Les funérailles de manifestants tués se sont transformées en manifestations anti-gouvernementales (photo) au cimetière de Behecht-Zahra de Téhéran, à Khorramabad,  à Kamiyaran à Semirom, à Dehgolan à Mahidasht de Kermanchah.

Les commerçants dans et hors du bazar ont fait grève dans au moins 22 villes, y compris Qorveh, Divandareh, Saqqez, Kamiyaran, Sanandaj, Marivan, Baneh, Boukan, Piranchahr, Oshnavyeh, Dehgolan, Sardacht, Mahabad, Kermanchah, Sarpol Zahab, Ravansar, Salas-Babajani, Javanroud, Sarableh, Abdanan, Oroumieh, Ziveh de Margavar, Naqhadeh, Machad et Semirom. Les employés de l’entreprise Crouse de Téhéran et ceux de l’entreprise de construction automobile de Qazvine se sont mis en grève. Jeudi matin, les familles des personnes arrêtées pendant le soulèvement se sont rassemblées devant la prison d’Evine à Téhéran pour demander des informations sur leurs enfants et de leurs proches.

 

Dans un rapport de 83 pages annexé au projet de loi d’orientation et de programmation (Lopmi), adopté le 22 novembre à l’Assemblée nationale, le ministère de l’Intérieur dévoile les grandes lignes de sa « trajectoire » pour 2030. S’il n’a pas de valeur législative, ce texte donne une idée des ambitions à long terme du gouvernement en matière de sécurité : « transformer l’institution », en misant toujours davantage sur la technologie et les dispositifs de surveillance numérique.

Selon le rapport, les policiers et les gendarmes de demain seront « augmentés » grâce à des « technologies de pointe » . Les textiles intelligents dont ils seront vêtus seront capables de thermoréguler leur corps et pourront donner en continu des indications sur leur état physiologique. Les capacités physiques des agents seront décuplées grâce à des exosquelettes, qui seront interconnectés avec les moyens numériques « présents et à venir ». Des caméras légères seront également déployées à grande échelle sur la poitrine et dans les voitures des forces de police. Ces dernières recourront de manière accrue à l’intelligence artificielle pour analyser les données. Les forces de police, selon les souhaits du gouvernement, y seront dotées de moyens mobiles adaptés à l’environnement, comme des motoneiges ou des buggys, ainsi que de moyens de surveillance tels que des drones à vision nocturne, des caméras infrarouges et thermiques, ou encore des systèmes de lecture automatisée des plaques d’immatriculation. Le document promeut l’utilisation de lunettes ou de casques de réalité augmentée, permettant aux forces de police de consulter des fichiers en direct lors de leurs interventions.

(image d’illustration: Artstation)

La police métropolitaine de Bogota a affronté un groupe de manifestants cagoulés qui cherchaient à bloquer les services et les véhicules du Transmilenio sur la Calle 26, devant l’Université nationale. Renforcés par les ESMAD (unités anti-émeutes de la police nationale), les policiers municipaux ont repoussé les manifestants à l’intérieur du campus universitaire. Là, les affrontements ont duré encore deux heures.

 

Comme Israël en Palestine, comme la Turquie au Kurdsistan, l’Inde a commencé à utiliser le procédé de la démolition des maisons familiales des résistants comme forme de sanction. Ce vendredi 25 novembre, la police de Rajpur s’est rendue à la maison d’un maoïste recherché, Sahdev Yadav, dans le village de Sikid, l’a légalement saisie et l’a démolie à l’aide d’un engin de terrassement. Les fonctionnaires de police ont averti les autres maoïstes de se rendre ou de faire face à de telles actions dans les jours à venir. Le 16 novembre déjà la police de Chatra a saisi et détruit la maison du maoïste le plus recherché, Gautam Paswan.

Dossier(s): Inde-Népal Tags: ,

Un Palestinien de 16 ans a été abattu par les forces d’occupation lors d’affrontements dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, tard dans la nuit de mardi à mercredi. Plus tôt dans la soirée, cinq Palestiniens ont été blessés et des dizaines d’autres asphyxiés, mardi soir, lors d’affrontements avec l’armée israélienne dans la ville de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. Ces tirs ont eu lieu alors que les manifestants palestiniens s’opposaient à un nouveau raid de l’armée d’occupation dans la ville de Naplouse. D’importantes forces militaires israéliennes avaient pris d’assaut plusieurs quartiers de la ville de Naplouse, accompagnées d’un bulldozer militaire. Depuis plusieurs mois, l’armée israélienne continue de mener des opérations dans le nord de la Cisjordanie, particulièrement, dans les villes de Naplouse et de Jénine, sous prétexte de poursuivre les personnes recherchées.

De grandes manifestations ont éclaté ce mercredi 23 novembre dans la plus grande usine de fabrication d’iPhone au monde, en Chine, propriété du sous-traitant taïwanais Foxcon. Ces émeutes surviennent après un confinement décrété début novembre pour cause de cas de Covid et après le non=versement d’une prime. Foxconn avait promis une prime de 3.000 et les ouvriers auraient reçu 30 yuans (de 400 à 4 euros), ce qui aurait provoqué un fort mécontentement au sein du personnel. Les  travailleurs ont manifesté en foule dans Zhengzhou et des affrontements les ont opposés à la police anti-émeute qui a fait usage de lacrymogènes. Le mot-clé #EmeutesFoxconn semblait censuré mercredi midi sur les réseaux sociaux chinois.

Foxconn, principal sous-traitant d’Apple, a été confrontée ces derniers mois à une hausse des cas de Covid-19 sur son immense site de Zhengzhou. L’entreprise taïwanaise avait décidé de confiner le site avec les ouvriers à l’intérieur. Mais des centaines de travailleurs paniqués avaient ensuite pris la fuite à pied, escaladant même les grillages. Le groupe taïwanais assemble des produits électroniques pour de nombreuses marques internationales. Il est le plus grand employeur du secteur privé en Chine, avec plus d’un million d’employés à travers le pays dans une trentaine d’usines et d’instituts de recherche. Le complexe emploie plus de 200 000 salariés, généralement hébergés sur place.

Le 20 octobre, l’anarchiste Alfredo Cospito a annoncé avoir commencé une grève de la faim contre le régime de détention 41 bis, auquel il est soumis, et contre la peine de perpétuité incompressible (voir nos précédents articles). Une bataille qu’Alfredo n’a pas l’intention d’interrompre avant son décès. Alfredo, qui est en régime 41 bis depuis le 5 mai dernier, suite à un décret signé par la ministre de la Justice de l’époque, est actuellement détenu dans la prison de Bancali, en Sardaigne. Depuis, Juan Sorroche, Ivan Alocco et Anna Beniamino se sont joints à cette grève. De nombreuses initiatives solidaires ont eu lieu dans plusieurs pays: réunions, manifestations, tags et accrochages de banderoles, mais aussi actions directes (distributeurs de billets détruits, lignes de train sabotées, antenne 5G incendiée…)

Rassemblement vendredi 25 novembre à 18h devant le Consulat d’Italie
5 Boulevard Émile Augier Paris 16e

Dossier(s): Italie Tags: , ,

La police d’Athènes a lancé une grande opération mardi matin dans un lotissement squatté de l’avenue Alexandras. Officiellement, l’opération était lancée pour arrêter un occupant recherchhé pour l’attaque des locaux du groupe de médias Real en juillet. Ce complexe d’habitation est appelé « Prosfygika » car il a été construit à l’origine pour loger les réfugiés d’Asie Mineure dans les années 1930 et était à la fois un lieu de vie et d’activités politiques.

Après l’arrestation de l’homme recherché, l’opération policière s’est poursuivies le reste de la journée, avec des contrôles aux domiciles, des brimades et un cordon encerclant la zone pour tenir à distance la foule de qui s’était rassemblée en solidarité dans un endroit voisin. Des groupes de personnes se sont rassemblés sur les lieux, sont montés sur le toit et ont jeté des objets – pierres, matériaux de construction et autres – sur les agents. Finalement, les policiers ont procédé à l’arrestation de 79 personnes, qui, le lendemain, seront traduites en justice pour leur défense militante de la communauté occupée.

 

Dossier(s): Grèce Tags: ,

Le 14 octobre dernier, la Haute Cour de Bombay a relaxé l’ancien professeur adjoint de l’université de Delhi, G N Saibaba, dans une affaire où il avait été reconnu coupable en première instance, d’avoir contribué au mouvement maoïste clandestin (voir notre article). Moins de 24 heures plus tard, la Cour suprême a suspendu l’ordonnance. Sa demande d’assignation à résidence pour des raisons médicales a également été rejetée. Handicapé physique à 90 % et se déplaçant en fauteuil roulant, Saibaba a été infecté deux fois par le Covid-19 et on lui a diagnostiqué des maladies graves au cours de ses huit années d’incarcération à la prison centrale de Nagpur.

Professeur Saibaba

Professeur Saibaba

Dossier(s): Inde-Népal Tags: ,

Les bombardements turcs sur le Rojava se poursuivent, les tirs d’artillerie lourde sur les villages frontaliers s’ajoutant aux raids aériens. En riposte, des roquettes ont été tirées par dessus la frontière et la base de la police turque du district d’Öncüpınar (province de Kilis), a été attaquée. Plusieurs membres des forces de répression ont été tués dans l’attaque. Les combats sont aussi durs dans le canton occupé d’Afrin ou 5 membres de la guérilla kurdes et 7 militaires et policiers turcs ont été tués. Les appels à des manifestations de solidarité se multiplient (voir ici l’appel de riseup4rojava).

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,