Des militants de la société civile ont marché le 12 septembre à Dakar pour protester contre la vie chère. Mais cette marche qui était interdite par les autorités a été violemment réprimée. Cinq personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre. Le Sénégal connait une flambée des prix des denrées de première nécessité. Ce vendredi 17, le préfet de Dakar a interdit une nouvelle manifestation contre la vie chère prévue place de la Nation. Les activistes ont décidé de braver la décision de l’autorité administrative. 10 personnes ont été arrêtés et envoyées au commissariat central de Dakar.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Trois jeunes ont été arrêtés à 6 heures du matin, hier mercredi, et placés en garde à vue au commissariat de Bayonne, dans le cadre de l’enquête liée aux événements du 14 juillet à Saint-Jean-de-Luz. Ces arrestations ont eu lieu à Urrugne et Hendaye. Un quatrième jeune recherché car il n’était pas à son domicile, s’est présenté au commissariat dans la matinée. 200 manifestants s’étaient aussitôt rassemblés pour exiger leurs libération. Les quatre ont été libérés en milieu d’après-midi. Deux d’entre eux étaient poursuivis pour des faits de vol en réunion, et le troisième pour des faits de violence sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Le 14 juillet dernier, quelque 200 personnes avaient manifesté à Saint-Jean-de-Luz à l’appel du collectif U14 contre la Fête nationale française. Des drapeaux tricolores auraient été arrachés devant le monument aux morts de la ville (le fameux “vol en réunion”). Un peu plus tard, une banderole accrochée sur les grilles de l’hôtel de ville indiquant : « Hau ez da Frantzia, ezta Espania ere, Euskal Herria da » (Ici ce n’est pas la France, ni l’Espagne, ici c’est le Pays Basque) ». A la demande du préfet des Pyrénées-Atlantiques, le procureur de la République de Bayonne avait ouvert une enquête confiée à la police judiciaire de Bayonne.

Le rassemblement solidaire

Trois personnes ont été tuées et 232 ont été blessées lors de violentes manifestations à Aden et dans d’autres villes du sud du Yémen en raison de la pauvreté généralisée et des pannes d’électricité, alors que les services publics se sont effondrés dans les zones contrôlées par une alliance soutenue par l’Arabie saoudite. Deux manifestants sont morts mercredi à Aden et à Mukalla, lorsque de violents affrontements ont repris entre manifestants et forces de sécurité. Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles pour disperser des centaines de jeunes manifestants rassemblés dans les deux villes. Un manifestant avait déjà été tué et des dizaines d’autres blessés mardi soir à Aden. Des centaines de manifestants lançant des pierres se sont affrontés avec les forces de sécurité dans les quartiers de Khour Maksour, Crater et Sheikh Othman à Aden, où des manifestants ont bloqué des routes, incendié des bâtiments gouvernementaux et incendié des voitures dans les rues. D’autres manifestations ont été signalées dans les provinces de Shabwa et d’Abyan.

Le Yémen du Sud a été paralysé par une lutte de pouvoir entre le gouvernement soutenu par l’Arabie saoudite et les séparatistes du Sud soutenus par les Émirats arabes unis. Ils sont nominalement des alliés dans le cadre d’une coalition dirigée par les Saoudiens combattant le groupe Houthi aligné sur l’Iran dans le Nord. Le conflit a paralysé les services publics avec de fréquentes coupures de courant qui perturbent la distribution d’eau, les fournitures d’aide et les services médicaux.

Des agents de sécurité privée sont intervenus mercredi matin contre un piquet de grève à l’extérieur de l’usine de Nabisco, au nord-est de Portland. Les travailleurs de Nabisco font grève depuis plus d’un mois maintenant. Ils protestent contre la réduction de leur retraite, de leurs soins de santé et de leurs salaires et veulent un contrat équitable. Lundi déjà, un gréviste avait été agressé par un vigile devant le bâtiment. Plainte a été déposée contre la société de sécurité.

Une ambulance emmène un gréviste légèrement blessé

 

Quatre combattants de la Nouvelle Armée du Peuple (NPA) ont et tués et deux autres ont été blessés par un détachement du 6e Bataillon de la Force d’action spéciale de la Police nationale philippine à Barangay Tabu, dans le Negros Occidental, mardi. Parmi les quatre tués, un commandant de peloton et un instructeur politique. Les maoïstes appartenaient au Front Sud-Ouest du Komiteng Rehiyonal Negros de la NPA. Quatre autres personnes, mais une seule est toujours détenu par le poste de police municipal d’Ilog. Les formes de sécurité ont récupéré des armes à feu de grande puissance, notamment un fusil M16, un fusil M14, un lance-grenades M203, un fusil d’assaut AK47 et un revolver de calibre .38, , ainsi que des grenades, des explosifs, des radios, des téléphones, un ordinateur, des panneaux solaires et des fournitures médicales

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

Dossier(s): Non classé

Vendredi 24 septembre au soir, un concert de soutien à Pablo Hasél se tiendra au local “La Zone” à Liège (Quai de l’Outhe 42) à partir de 20h (le lien vers l’événement Facebook ici). Le lendemain un autre concert se déroulera à Bruxelles cette fois (le lien vers l’événement Facebook ici). Ce second concert aura lieu à partir de 20h au Garcia Lorca (rue des foulons, 47).

Ces événements sont organisés par un collectif d’artistes qui a crée une compilation musicale qu’iels ont produite dans le but de financer une partie des frais de justice du rapper communiste (voir notre article). Ce concert se déroule dans le cadre d’une tournée européenne visant à faire connaitre la répression que subit Pablo Hasél.

Concerts de soutien à Pablo Hasél à Liège et Bruxelles

Concerts de soutien à Pablo Hasél à Liège et Bruxelles

La police a arrêté dimanche 61 personnes qui avaient tenté d’occuper un bâtiment vide, Gravenstraat, à Amsterdam. Le squat est devenu illégal aux Pays-Bas en 2010. Les squatters ont publié une déclaration dénonçant la violence de la police. Le bâtiment qu’ils ont tenté de reprendre est vacant depuis plusieurs années et fait partie des 116 bâtiments appartenant à Rogier Thewassen, PDG de Young Capital. Plus tôt dans la journée, 15 000 personnes ont participé à la manifestation à Amsterdam, appelant à la fin de la crise du logement. La manifestation a été organisée par le groupe de campagne Woonprotest et a été soutenue par plus de 200 organisations, dont des partis politiques, des syndicats et des sociétés de logement, ainsi que des militants du droit au logement. A Amsterdam, les prix des logements continuent de monter en flèche, il y a une grave pénurie de logements locatifs abordables et de longues listes d’attente pour les logements sociaux.

 

Lyra McKee, une jeune journaliste, se tenait près d’une voiture de police lorsqu’elle a été tuée d’une balle visant les policiers le 18 avril 2019, dans le quartier de Creggan, à Derry (voir notre article). La Nouvelle IRA avait reconnu sa responsabilité dans cette mort et présenté ses excuses. Quatre personnes âgées de 19, 20, 21 et 33 ans viennent d’être arrêtés pour cette affaire en vertu d’une loi luttant contre le terrorisme. Plusieurs personnes avaient déjà été arrêtées pour leur implication présumée et un homme de 53 ans, Paul McIntyre, a été inculpé mi-février 2020 pour meurtre (voir notre article). Selon son avocat, il était mis en cause après avoir ramassé la douille de la balle liée au meurtre, mais n’est pas le tireur. L’arme avait été retrouvée et identifiée mi-juin. Puis, en juillet 2020, un homme de 27 ans avait été inculpé pour des infractions à la législation sur les armes.

Militants de la Nouvelle IRA

 

Entre 200.000 et 400.000 Catalans ont défilé dans Barcelone à l’occasion de la Diada, la fête nationale catalane, la journée se terminant par de violents affrontements avec la police. Les manifestations ont commencé avec des personnes apportant les Estelades, ou Senyera estelada, le drapeau étoilé de l’indépendance catalane. D’énormes drapeaux étaient étalés dans la foule, qui se déplaçait alors en procession dans les rues, entourées de foules qui chantaient. Vers le soir, des policiers anti-émeute, les Mossos d’Esquadra, de la police catalane, ont commencé à envahir les rues, en “prévision des violences”. Des affrontements avec la police ont alors éclaté et plusieurs manifestants ont été arrêtés.