Actualité de la répression et de la résistance à la répression

Le 18 novembre, du matériel de surveillance a été découvert dans une voiture. Il s’agit d’un appareil plus grand, avec une balise GPS de la société U-blox, ainsi que d’un appareil d’enregistrement audio, plus petit. Les appareils étaient cachés derrière un revêtement du plafonnier avant. Ils étaient reliés entre eux par un câble électrique et étaient alimentés par l’alimentation du plafonnier arrière. Pour ça, il a été utilisé un adaptateur en Y, apparemment adapté précisément à ce modèle de voiture. L’unité audio était reliée au microphone, déjà existant, du kit mains libres, qui se trouve derrière un cache au-dessus du rétroviseur. Les deux unités étaient enveloppées de mousse et de ruban adhésif toilé probablement pour ne pas faire de bruit lors des mouvements de la voiture.

L’appareil plus grand dispose, entre autres, d’un récepteur GPS « U-blox MAX-M8 », d’un slot pour cartes, avec une carte microSD de 16 Go, d’une puce de téléphonie mobile « U-blox LISA-U230 » avec une carte SIM, ainsi que d’un module d’antenne tripolaire amovible. L’unité plus petite contient un convertisseur de tension, une batterie lithium-ion de 3,7 V et 550 mAh et un petit circuit imprimé. Les différentes pièces sont reliées par une gaine thermorétractable. Sur le petit circuit imprimé on trouve entre autres une carte microSD de 32 Go et une antenne NN01-104 conçue pour la bande de fréquence des 2,4 GHz et qui peut donc transmettre et recevoir des signaux Bluetooth ou WLAN. Il n’y a pas de téléphonie mobile, mais il est possible que des enregistrements audio aient été transmis par WLAN ou Bluetooth à l’appareil plus grand et envoyés par celui-ci, ou qu’ils aient été consultés, à une distance rapprochée, via WLAN ou Bluetooth.

Plus de photos et de détails ici

Deux membres de la force d’élite de la Police nationale philippine (PNP) ont été tués et quatre autres blessés (dont un officier) dans une embuscade à l’IED de la guérilla maoïste samedi 20 à Gamay, dans le nord de Samar. Les policiers, qui suivaient le cours de commando des forces d’action spéciales, ont été envoyé dans le village de Lonoy vers 7 heures du matin, où des maoïstes avaient été signalés. C’est alors qu’ils ont été frappés par les guérilleros de la NPA.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

Vendredi 19 novembre, Santiago a, comme chaque semaine, été le théâtre d’affrontements entre police et manifestants. La première ligne se charge de mettre le feu aux barricades, à quelques centaines de mètres du palais présidentiel. A la veille d’une élection présidentielle très indécise, une frange radicale des manifestants s’est mobilisée pour réclamer la libération de plusieurs dizaines de prisonniers. Des jeunes interpellés en octobre 2019 au plus fort de la révolte sociale que les autorités chiliennes ne veulent toujours pas libérer.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Notre camarade Andi, secrétaire du Secours Rouge International, a été condamnée aujourd’hui à une peine de 14 mois de prison ferme au tribunal confédéral de Bellinzona pour une attaque contre le consulat général de Turquie à Zurich durant l’hiver 2017 en solidarité avec le Rojava. D’autres infractions liées à des manifestations pendant le confinement du Covid ont donné lieu à une amende. Le promoteur du procès contre Andi était l’État turc, qui a forcé le procès d’aujourd’hui devant le tribunal pénal fédéral par de multiples interventions. C’est pour cela que l’appel à la solidarité avec Andi était dirigée contre le fascisme turc. Ces actions se sont d’ailleurs poursuivies: tag, affichages et banderole dans plusieurs villes, action contre des sociétés ayant fourni l’armée turque comme Thales Defense à Zurich et Microtec à Berne (photo). Une manifestation sauvage a également eu lieu devant le consulat de Turquie à Zurich.

Edit: L’avocat de la camarade va faire appel et cet appel est suspensif. Andi reste en liberté provisoire en attendant le procès d’appel.

Les forces israéliennes ont arrêtés quatre Palestiniens après avoir pénétré par effraction et fouillé leurs maisons dans le village de Bil’in, à l’ouest de Ramallah. Des soldats israéliens ont arrêté deux autres personnes après avoir saccagé les maisons de leurs familles dans la ville de Jaba, au sud de Jénine. Ils ont fait une descente dans le quartier sud de la ville de Tulkarem et ont de nouveau arrêté un ancien prisonnier. Un raid similaire a eu lieu dans la ville de Sanniriya, au sud de Qalqiliya, entraînant l’arrestation d’un autre. Des soldats ont fait irruption dans le quartier al-Masaken al-Shabiya de Naplouse, où ils ont arrêté Anas Osta, le président du conseil d’administration de Qamat, un organisation qui documente l’histoire de la lutte palestinienne. A Jérusalem, la police israélienne a arrêté deux autres personnes ; l’un du quartier al-Issawiya et l’autre du quartier Silwan. Dans le district de Bethléem, des soldats ont arrêté un adolescent de 17 ans après avoir saccagé la maison de ses parents dans le village d’al-Ibayyat, à l’est de la ville. Dans le district d’Hébron deux autres personnes étaient détenues ; l’un du sud de la ville d’Hébron et l’autre du village de Deir Samet, au sud-ouest de la ville. Par ailleurs, la répression d’une manifestation à Jerusalem, dans le quartier d’Al-Issawiya, a fait 57 blessés. Les Palestiniens ont annoncé une grève générale pour mardi.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

19 militants politiques et syndicaux avaient été arrêtés et placés en garde à vue suite à des raids policiers menés les 8 et 9 novembre dans cinq provinces, principalement dans la région kurde de Diyarbakir. Ils ont été déférés au tribunal après une prolongation de leur période de garde à vue.  Inculpées pour appartenance à une organisation terroriste, 14 personnes ont été incarcérées, tandis que 5 autres ont été libérées. Parmi les détenus, figurent plusieurs dirigeants locaux du HDP, des syndicalistes et une membre du mouvement des Mères pour la Paix. Les accusations sont fondées sur la participation des détenus à des actions de protestation contre la nomination d’administrateurs à la tête des municipalités du Parti démocratique des Peuples (HDP), la participation à des manifestations contre la violence à l’égard des femmes, des déclarations de presse en solidarité avec les membres détenus du syndicat de l’éducation Eğitim-Sen et des événements commémoratifs à la mémoire du journaliste kurde assassiné Musa Anter et des victimes du massacre de Halabja.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan

Des affrontements ont éclaté à Cadix mardi 16 dans l’après-midi, entre les grévistes des chantiers navals et la police. Plus de 20 000 travailleurs des chantiers navals sont en grève illimitée et se sont rassemblés devant les grandes installations de Navantia San Fernando, Dragados et Airbus pour protester. Des feux avaient été allumés aux entrées des usines, tenus par des piquets, bloquant toute entrée des installations. L’affrontement le plus grave a eu lieu au chantier naval Navantia de Cadix. Là, les feux ont coupé la circulation sur l’autoroute industrielle, entraînant des heurts violents entre la police nationale et les manifestants. Un deuxième affrontement a éclaté à Campo de Gibraltar, où les ouvriers des grandes industries pétrochimiques de La Linea, Algeciras et Los Barrios ont arrêté leur activité. Des grévistes avaient bloqué un rond-point. Des affrontements ont entraîné l’arrestation d’un travailleur. Les syndicats ont appelé à cette grève en raison du blocage persistant des négociations de la convention collective entre les syndicats et les employeurs. Les représentants des travailleurs réclament une mise à niveau des salaires.