Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Vendredi 3 janvier, Javier Chimeno Inza a été libéré du centre pénitentiaire de Burgos. Il y était emprisonné depuis septembre 2000 après avoir été condamné à 30 ans de prison pour avoir tenté d’assassiner le roi Juan Carlos en 1995 et pour possession d’explosifs. Il avait auparavant purgé cinq ans supplémentaires en France où il avait été arrêté le 10 août 1995 à Hendaye, avec d’autres personnes, pour sa relation avec le commando qui avait tenté d’exécuter le roi d’Espagne. Le tribunal correctionnel de Paris l’avait condamné le 26 mai 1997 à six ans de prison.

Francisco Javier Chimeno Inza

Francisco Javier Chimeno Inza

En septembre 2019, deux militant·es écologistes étaient relaxé·es en première instance à l’issue d’un procès où il et elle étaient poursuivi·es pour avoir décroché un portrait de Macron dans une mairie de Lyon pour protester contre l’inaction du gouvernement contre le réchauffement climatique (voir notre article). Mardi 14 janvier, les deux activistes ont été condamné·es en appel à 250 euros d’amende. Les militant·es annoncent une contestation du jugement en cassation. Le même jour, toujours à Lyon, six décrocheurs et décrocheuses condamné·es au mois de mai dans le cadre d’une autre affaire ont été condamné·es en appel à des peines similaires, soit 500 euros d’amende avec sursis.

Le décrochage et la ballade du portrait à Strasbourg

Le décrochage et la ballade du portrait à Strasbourg

 

Dossier(s): France - Autres sujets Tags: ,

Mardi 7 janvier, la Cour de cassation a confirmé la condamnation du président de la FGTB d’Anvers, Bruno Verlaeckt, par la Cour d’appel d’Anvers pour violation de l’article 406 du Code pénal (« entrave méchante à la circulation »). Elle confirme ainsi la condamnation prononcée contre un militant et le président de la FGTB d’Anvers en 2016 suite à une action syndicale de blocage dans la zone portuaire (voir notre article). C’est la première fois que l’article 406 est invoqué pour réprimer des actions sociales. Ce jugement pourrait donc marquer l’utilisation plus systématique de l’article 406 du Code pénal contre les actions syndicales. La FGTB envisage de porter l’affaire devant les juridictions internationales et annonce qu’elle ne laisserait pas cette condamnation dicter comment ses actions seront menées.

Bruno Verlaeckt (en noir à droite)

Bruno Verlaeckt (en noir à droite)

 

La zone de police de Bruxelles-Ixelles va procéder durant trois mois à un test de bodycams. Une trentaine d’agents vont porter sur eux une caméra miniature qu’ils pourront activer lors d’une intervention pour filmer la scène. L’objectif est de pouvoir éclaircir les événements en cas de débordement, en cas de plainte ou d’enquête. Cependant, en toutes circonstances, en l’état actuel de la loi, c’est le policier qui prend l’initiative de commencer et terminer l’enregistrement aux moments qu’il juge opportuns…

Bodycam de la police

 

Partie un peu tardivement, la manifestation contre la réforme des retraites a été un succès de mobilisation hier jeudi à Lyon, avec un important renfort de gilets jaunes, de lycéens et d’étudiants. Quelques affrontements ont éclaté lors du cortège. Des manifestants ont lancé des cailloux et des bombes de peinture en direction de l’Hôtel-Dieu et des forces de l’ordre. Réponse immédiate : la police a chargé en direction du cortège. Les heurts n’auront pas duré très longtemps. La manifestation a pu reprendre sur la place Bellecour.

Les heruts à Lyon

 

Le soulèvement du peuple libanais contre la corruption et les politiques économiques qui visent à faire payer au peuple la crise du système s’inscrit dans un vaste mouvement de luttes qui traverse les continents. Parmi les moyens utilisés par les élites pour diviser les peuples : le confessionnalisme et le communautarisme. Cette pratique du « diviser pour régner » est profondément ancrée au Liban : instituée par les Français, elle a été reprise par toutes les forces dominantes : semi-féodales, compradores et bourgeoises.

Et c’est une des grandes qualités du soulèvement de ces dernières semaines d’unir les ouvriers, intellectuels, travailleurs agricoles, étudiants, et membres de la petite-bourgeoisie indépendamment de leurs confessions et communautés respectives. La violence de la réaction des partis communautaristes, qui lancent leurs miliciens contre les manifestants avec la complicité des forces de sécurité, montre l’importance de l’enjeu. Important aussi est la présence, dans le mouvement, de la revendication de la libération de Georges Abdallah. Georges Abdallah est une figure internationale qui incarne la résistance anti-impérialiste et anti-sioniste. Il incarne aussi cet héritage révolutionnaire qui, tournant le dos au communautarisme, a mis en avant l’internationalisme révolutionnaire comme élément central de la libération entre les peuples.

La figure de Georges Abdallah rappelle aussi l’importance de la lutte pour une Palestine libre, laïque et démocratique. Les capitulation d’Oslo, les perspectives d’un « État arabo-musulman » à côté d’un « État juif » ne peuvent satisfaire que ces élites qui collaborent avec l’impérialisme et qui font leur fortune sur le dos de leur peuple. Faut-il rappeler qu’Ahmad Sa’adat, secrétaire général du FPLP, la principale force s’opposant aux accord d’Oslo, a été emprisonné par l’Autorité Palestinienne avant de l’être par Israël ? Pour soutenir la lutte du peuple libanais et pour appeler à la libération de Georges Abdallah, pour soutenir la lutte du peuple palestinien et pour appeler à la libération d’Ahmad Sa’adat, le Secours Rouge International, le « Liban se soulève », le Secours Rouge Arabe, et Samidoun appellent à une Journée internationale d’action dimanche 19 janvier.

Volet bruxellois de cette journée d’action : un rassemblement aura lieu devant l’ambassade libanaise, Avenue Franklin Roosevelt 101, à 1050 Bruxelles, le 19/1 à 18h.

Ce vendredi 17 janvier, le Secours Rouge et le Local Sacco-Vanzetti vous accueillent vous invitent à boire un pot autour de discussions informelles sur les luttes en cours. Musique, cocktails, bonne ambiance, stand d’écriture aux prisonniers politiques et tables d’infos seront au menu comme à chaque apéro antirep’ ! Rendez-vous dès 19h au Local Sacco-Vanzetti, 54 Chaussée de Forest, à 1060 Saint-Gilles.

Tout d’abord, vers 19 h 30, une quarantaine de personnes  ont attaqué le 7e commissariat de police de Renca, dans la préfecture occidentale, où elles auraient jeté des projectiles divers. Les policiers ont résisté, lancé des grenades lacrymogènes. Les affrontements se sont soldés par 10 arrestations. Plus tard, vers 19 h 50, environ 35 personnes sont arrivées au 46e poste de police de Macul dans la préfecture orientale, où elles ont également jeté des projectiles. Sept personnes ont été arrêtées pour des délits de troubles et l’une d’elles pour s’être opposée à l’action de la police, à l’issue des affrontements qui ont duré jusqu’à 22h30. Par la suite, vers 23 heures, une cinquantaine de personnes ont attaqué le 55e commissariat de police à Pudahuel. Une heure plus tard, c’était le 43e commissariat de police de Peñalolén était cerné par des manifestants qui dressaient des barricades incendiaires et lançaient des projectiles. Des heurts ont également eu lieu aux alentours du 20e Commissariat de Puente Alto.

L'attaque d'un des commissariat

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Après une pause qui a coïncidé avec les fêtes de fin d’année, les manifestations populaires ont repris depuis samedi. Mercredi, des rassemblements ont eu lieu à Beyrouth, mais aussi à Tripoli (nord) et à Nabatieh (sud) notamment.. “À bas le règne de la banque” ou encore “Riad Salamé a provoqué la faillite du Liban”, en allusion au gouverneur de la Banque centrale, ont scandé mardi les manifestant à Beyrouth,s alors que les forces de sécurité et l’armée ont imposé de strictes mesures de sécurité dans le secteur. Mardi soir, la police y avait fait usage de lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants alors que des banques ont été vandalisées. Trente-sept personnes ont été blessées et hospitalisées, selon la Croix-Rouge libanaise et dix ont été traitées sur place. Les forces de sécurité ont annoncé 59 arrestations. Mercredi soir, des centaines de manifestants se sont également dirigés devant le commissariat de Hélou, un autre secteur de la capitale, où ils ont bloqué la route et scandé des slogans réclamant la libération des détenus, avant que des affrontements n’éclatent entre eux et les forces de sécurité, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes.

Une banque attaquée mardi à Beyrouth

Lundi 13 janvier soir, Zahran, 42 ans, du village de Deir Abu Mishaal près de Ramallah, a appelé sa famille – après que des visites et des appels familiaux lui ont été refusés tout au long de ses près de quatre mois de grève de la faim – depuis l’hôpital de Kaplan où il a été détenu suite à la grave détérioration de sa santé. Il l ‘a informé qu’il était parvenu à un accord avec l’administration pénitentiaire d’occupation israélienne selon lequel sa détention administrative ne serait pas renouvelée et prendrait fin le 25 février 2020. Il s’agit de la deuxième grève de la faim que Zahran a menée pendant sa détention sans inculpation ni jugement par l’occupation israélienne. Il est emprisonné en vertu d’une ordonnance de détention administrative depuis mars 2019. Auparavant, il avait mené une grève de la faim de 39 jours qui s’est terminée par un engagement à le libérer – mais, au lieu de cela, sa détention administrative a été renouvelée. Dans le passé, il a passé près de 15 ans dans les prisons israéliennes lors de multiples arrestations. Il est marié et père de quatre enfants, âgés de sept à 15 ans.

Une manifestation à Gaza appelle à la libération d’Ahmad Zahran, lundi 13 janvier