Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Aujourd’hui, l’armée irakienne a décrété un couvre-feu nocturne à Bagdad de minuit à six heures du matin pour les personnes et les véhicules jusqu’à nouvel ordre. Cette annonce fait redouter une dispersion dans la nuit de la place Tahrir, épicentre de la contestation et désormais occupé jour et nuit où cinq manifestants ont déjà été tués au cours de la journée de lundi. Au total, depuis le début du mouvement le 1er octobre, 239 personnes ont été tuées et plus de 8.000 blessées, selon un bilan officiel (les chiffres réels étant donc probablement plus élevés).

des manifestations en Irak contre le gouvernement sont réprimés dans le sang

des manifestations en Irak contre le gouvernement sont réprimés dans le sang

 

Hier samedi, les Gilets jaunes ont défilés dans plusieurs villes de France. Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés dans le centre de Saint-Etienne. Venus à pied d’une zone commerciale de la périphérie pour rejoindre le centre, les manifestants ont traversé Saint-Étienne en début d’après-midi puis bloqué vers 16 heures la RN 88 à l’aide de bidons métalliques, coupant la circulation dans les deux sens. Ces manifestants ont été délogés par les forces de l’ordre à grand renfort de gaz lacrymogènes. En fin d’après-midi, plusieurs autres voies étaient enfumées tandis que des confrontations éclataient et que des manifestants tentaient de revenir sur la voie rapide. Il y a eu six arrestations. A Toulouse, les forces de l’ordre sont très rapidement et brutalement intervenues pour disperser la manifestation non-autorisée. Deux personnes ont été arrêtées à Toulouse pour « participation à un attroupement en vue de commettre des violences ».

A Paris,en fin d’après-midi, où les Gilets jaunes avaient été ralliés par des manifestants chiliens, des heurts ont éclaté autour de Belleville (19e et 11e arrondissement), alors que le trajet devait se terminer sur la place du Colonel Fabien. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène. La station de métro a été fermé jusqu’à 19h30, par « mesure de sécurité » selon la RATP, vraisemblablement parce que les bouches de la station étaient saturées en gaz. En début de soirée, une manifestation sauvage a eu lieu dans le quartier.  Les Gilets jaunes étaient également quelques centaines à Lille où la police a empêché la jonction avec la manifestation pour Georges Abdallah. A Bordeaux, les gilets jaunes ont rapidement rejoint la manifestation des Kurdes qui dénonçaient l’offensive turque contre le Rojava.

L'Acte 50 à Paris

Incarcéré depuis six mois suite à une plainte de militants fascistes, Antonin se présentera libre à l’audience d’appel ce mardi 29 octobre. Cette remise en liberté, soumise à 10 000 € de caution, avait été ordonnée mardi par un juge de la liberté et de la détention (JLD). Le parquet a fait appel de cette décision, qui sera examinée mardi matin. Antonin était incarcérée depuis sa mise en examen le 18 avril pour « violences en réunion » et « vol avec violences ayant entraîné une incapacité supérieure à huit jours » lors d’un affrontement entre fascistes et antifascistes dans la nuit du 15 au 16 avril, à proximité de la cathédrale Notre-Dame alors en feu. Cette affaire est survenue quelques jours après qu’il ai achevé de purger, en liberté conditionnelle, sa peine de cinq ans (dont deux avec sursis) pour sa participation à l’attaque d’une voiture de police en mai 2016, quai de Valmy à Paris. Un appel est lancé pour une mobilisation mardi dès 9h au Palais de justice de Paris (métro Cité) afin qu’il ne retourne pas en prison.

Libération provisoire d'Antonin Bernanos

À Lille, malgré les intimidations policières, des dizaines de manifestant·e·s ont défilé pour la libération de Georges Abdallah. Une quinzaine de manifestant·e·s sont venu·e·s de Bruxelles avec notre co-voiturage. La police s’est acharnée à empêcher la convergence des luttes bloquant successivement les manifestations contre l’islamophobie, pour la démocratie en Algérie puis les Gilets Jaunes de rejoindre le cortège pour Abdallah, allant finalement jusqu’à pousser les manifestant·e·s sur tout le parcours de la manif de République à Wazemmes et à tenter d’empêcher la dissolution du rassemblement. “Gilets Jaunes, Abdallah, même combat !”

La manifestation de Lille

 

Mozilla, l’éditeur du navigateur Firefox, a annoncé début octobre son intention d’intégrer OpenPGP et Enigmail a son logiciel de messagerie et de gestion d’e-mails, Thunderbird. Le portage est actuellement prévu pour la version 78 qui devrait être publiée en été 2020. Cette décision fait suite à une modification du code de Thunderbird qui rendra l’extension Enigmail incompatible après la version 68 du logiciel (c’est la version actuelle, 68.2). Malheureusement, pour des raisons de licences incompatibles (les licences sont les conditions de modification, distribution, intégration de logiciels) l’affaire ne sera pas simple. Si les développeurs ne trouvent pas une bibliothèque alternative à GnuPG pour implémenter le protocole OpenPGP dans leur logiciel, ils seront obligés d’en écrire une pour l’occasion. Ils seront aidé par Patrick Brunschwig, qui développe Enigmail depuis 17 ans.

Pendant des années, le logiciel de chiffrement PGP a été la principale façon sécurisée de communiquer, notamment dans les sphères militantes. Son utilisation était complexe, notamment car elle nécessitait l’installation de trois logiciels : Thunderbird, une bibliothèque PGP (GPG pour Linux, GPG4WIN pour Windows, GPGTools pour MacOS ou OpenKeychain pour Android, entre autres) et le plug-in Enigmail qui faisait le lien entre les deux pré-cités. PGP ne profitait en outre pas d’une large communauté d’utilisateurs, ce qui rendait son utilisation encore plus difficile. L’arrivée d’applications mobiles de messagerie instantanée très sécurisées et très simples d’utilisation comme Signal (la seule que nous recommandons) a changé la donne. Signal est très largement utilisé et ne nécessite pas une formation pour être utilisé. La décision de Mozilla semble donc être bien tardive.

Dossier(s): Dossiers Tags:

Les prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik ont entamé ce vendredi une grève de la faim de 48 heures en solidarité avec leur camarade, le prisonnier politique sahraoui Sid Bachir Allali Botengiza, qui se trouve dans une cellule d’isolement depuis lundi. En novembre 2010, des affrontements avaient éclaté au Sahara Occidental, lorsque les forces de sécurité marocaines avaient démantelé un camp sahraoui à Gdeim Izik. Des centaines de Sahraouis avaient été arrêtés et 25 d’entre eux avaient été condamnés par un tribunal militaire à des lourdes peines d’emprisonnement allant de 20 ans à la perpétuité. Les prisonniers politiques sahraouis ont plusieurs fois mené des grèves de la faim pour protester contre leur incarcération arbitraire et leur jugement inéquitable.

Prisonniers politiques sahraouis

Une nouvelle manifestation d’étudiants s’est terminée jeudi par de violents affrontements dans le centre d’Athènes. Plusieurs centaines de manifestants ont tenté de forcer les barrages de la police anti-émeute qui les empêchaient d’atteindre le Parlement grec. Il s’agissait d’un incident presque identique à celui qui s’est produit au même endroit il y a deux semaines (voir notre article). Les policiers ont également utilisé des gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants. Un étudiant et un policier auraient été blessés à la suite des affrontements. En même temps, des affrontements ont éclaté devant le Ministère de la Macédoine et de la Thrace à Thessalonique, où les étudiants ont organisé une autre manifestation. Les étudiants sont opposés à la décision du gouvernement d’abolir l’«asile universitaire», ce qui permettra aux policiers de pénétrer dans les locaux des universités.

Les affrontements à Athènes

 

Dossier(s): Grèce Tags: ,

Mercredi 23 octobre en soirée, trois dirigeant·e·s de la jeunesse communiste ont été arrêté·e· à Santiago. La police a arrêté ces trois personnes à l’intérieur d’un bâtiment et à l’aide de gaz. Elles ont été emmenées au 3ème commissariat des carabiniers de Santiago et leurs camarades redoutent qu’elles subissent des maltraitances.

Les trois personnes arrêtées sont Valentina Miranda, porte-parole du CoNES (Coordination Nationales des étudiants de Secondaire), Pablo Ferrada, responsable du secteur étudiant de la Jeunesse Communiste au Chili, et Anaís Pulgar, secrétaire politique de l’Université régionale de Santiago. Seule Valentina Miranda a pour l’instant été libérée.

Plus d’infos ici.

Les affrontements au Chili

L’administration régionale Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) a acquis en juin 2017 six drones pour des missions de police administrative et judiciaire en extérieur, complétés ensuite par deux appareils pour des vols à l’intérieur des bâtiments. Depuis le 1er octobre 2018, une cellule drone est pleinement opérationnelle et ils ont effectué près de 190 missions de police en un an (voir notre article). Au départ, le recours aux drones est envisagé dans le cadre du maintien de l’ordre lors de manifestations. Progressivement, les missions se multiplient et se diversifient. Ils sont désormais régulièrement utilisés pour des opérations de police judiciaire, comme la lutte contre le trafic de drogue, lors de perquisitions ou à l’occasion de procès à risques. Si les drones rendent de précieux services aux forces de l’ordre, ils ont de sérieuses limites: les modèles actuels en possession de la Région ne peuvent voler en cas de fortes pluies ou de vents soufflant au-delà des 60 km/h, soit des conditions météo qui sont loin d’être rares dans la capitale.  Pour l’instant, le nombre d’appareils (8) et de pilotes disponibles (6) suffit à remplir l’ensemble des missions demandées par les six zones de police, Bruxelles-Mobilité ou le SIAMU.

Sur l’une des images fournies par Bruxelles Prévention & Sécurité, on peut voir le degré de précision que les drones offrent à la police durant les manifestations.

Mardi 22 octobre, après 5 jours d’émeutes et d’affrontements notamment entre manifestant·e·s et l’armée, Sebastian Piñera, le président du Chili a demandé « pardon » au peuple et a proposé des mesures sociales. Les mesures annoncées n’ont cependant pas affaibli le mouvement de contestation. Les manifestantes et manifestants réclament des changements plus radicaux que ceux annoncés hier soir, comme l’adoption d’une nouvelle Constitution, l’actuelle étant héritée de la dictature d’Augusto Pinochet. De plus, Sebastian Piñera n’a pas répondu à l’une des demandes les plus pressantes de la population : le retrait de l’armée qui occupe actuellement les rues des grandes villes (voir notre article). Depuis le début du mouvement et suite à la répression violente qui a suivi, entre 15 et 20 personnes seraient mortes. De nombreuses arrestations violentes ont également été recensées, ainsi que des cas de violences sexuelles. Enfin, plus de 250 personnes seraient blessées, dont la moitié par arme à feu.

Émeutes au Chili

Émeutes au Chili

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,