Les autorités saoudiennes ont au cours des six derniers mois intensifié la persécution des opposants, après une accalmie observée pendant la période de présidence par l’Arabie saoudite du G20 l’an dernier. Abdulrahman al Sadhan, un travailleur humanitaire a été condamné par le Tribunal pénal spécial, la juridiction antiterroriste saoudienne, à une peine de 20 ans d’emprisonnement à cause d’un simple tweet dans lequel il avait critiqué la politique économique du pays. Dans trois cas au moins, des personnes qui avaient déjà purgé de longues peines d’emprisonnement infligées à cause d’activités militantes pacifiques ont été de nouveau arrêtées et de nouveau condamnées dans le cadre de nouvelles affaires, ou ont vu leur peine alourdie. Dans de nombreux cas, les personnes accusées sont détenues au secret et à l’isolement pendant plusieurs mois d’affilée et privées d’accès à des avocats. Le tribunal condamne régulièrement des personnes à de lourdes peines d’emprisonnement, voire à la peine de mort, à la suite de condamnations basées sur d’aveux arrachés au moyen de la torture.

Policiers en Arabie saoudite

En Turquie, 95 000 hectares sont partis en fumée. Le président Erdogan s’est rendu tardivement sur le front des incendies à bord d’un bus escorté par la police. Il a parlé aux victimes à travers un mégaphone, et leur a jeté des sachets de thé depuis la porte ouverte de son bus. Le fait est que la Turquie n’a pas les moyens de faire face à ces incendies. Elle n’a pas d’avion bombardier d’eau en état de fonctionner. Les Turcs ont alors lancé sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #HelpTurkey, un appel à l’aide internationale. Avec 2,5 millions de retweets, c’est une humiliation pour le président Erdogan qui a lancé un nouveau hashtag, #StrongTurkey (Turquie forte) et fait ouvrir par le bureau du procureur une enquête. Celle-ci doit déterminer si les tweets autour de #HelpTurkey ont eu pour intention de “créer de l’anxiété, de la peur et de la panique au sein de la population, et d’humilier le gouvernement turc”. Enfin, les chaînes de télévision turques n’ont plus le droit de diffuser en direct les images des incendies, sous peine d’amende.

Incendie dans le district de Marmaris, en Turquie

Au 5 août, 15 Palestiniens poursuivaient leur grève de la faim dans les prisons israéliennes, 14 d’entre eux protestant contre leur détention administrative – emprisonnement sans inculpation ni procès – et un, Mohammed Nuwarra, protestant contre son maintien en isolement. Le 5 août, deux détenus ont rejoint la grève de la faim : Akram al-Fasfous, qui a rejoint son frère, Kayed al-Fasfous, en grève de la faim depuis 22 jours. Leur autre frère, Mahmoud al-Fasfous, également emprisonné sans inculpation ni procès, a suspendu sa grève de la faim plus tôt dans la journée de jeudi après une grave détérioration de son état de santé. Amjad Nammoura, de Dura près d’al-Khalil, a également rejoint la grève de la faim jeudi pour protester contre sa détention administrative.

Auparavant, trois prisonniers palestiniens ont suspendu leur grève de la faim : Alaa el-Din Ali et Maher Dalaysheh, tous deux réfugiés palestiniens du camp de Jalazone près de Ramallah, et Guevara Nammoura, joueur de football professionnel palestinien qui a concouru dans l’équipe nationale palestinienne. Ali et Dalaysheh ont suspendu leur grève après un accord visant à fixer une date de fin de leur détention administrative. Nammoura a également suspendu sa grève après un accord pour mettre fin à sa détention administrative devant le tribunal militaire israélien le 5 août. Si le tribunal militaire d’occupation a confirmé sa détention le 5 août, la réduisant à trois mois au lieu de quatre, il n’a pu être vérifié s’il s’agissait d’un ordre définitif, ce qui laisse ouverte la possibilité que l’ordre de détention soit renouvelé.

Une série de grèves de solidarité tournantes a été annoncée, les premiers participants étant Bara’a Issa d’Anata à Jérusalem, Taha al-Tarwa de Taffouh à al-Khalil, Malik al-Sa’ada de Halhoul et Qasim Masalmeh de Beit Awwa, tous détenus à la prison de Ramon. Les forces d’occupation israéliennes ont intensifié leur répression à l’encontre des grévistes de la faim, notamment en les plaçant en isolement, en prenant d’assaut et en saccageant leurs cellules, et en les transférant à plusieurs reprises d’une prison à l’autre.

Même si la contestation a faibli ces derniers mois en raison de la riposte judiciaire des autorités et de la pandémie, des manifestations sporadiques continuent d’être organisées en Thaïlande. La police a tiré samedi du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc contre des manifestants à Bangkok qui demandent une réforme politique et une meilleure gestion de l’épidémie de Covid-19. Les manifestants critiquent la lenteur de la campagne vaccinale : moins de 4,5 millions des 70 millions de Thaïlandais ont reçu deux injections. Ils demandent aux autorités d’utiliser des vaccins à ARN messager plutôt que le Sinovac chinois, jugé moins efficace contre le variant Delta. Ils réclament aussi la démission du chef du gouvernement issu d’un coup d’Etat en 2014 et légitimé par des élections controversées cinq ans plus tard, ainsi qu’une réforme en profondeur de la monarchie. En tête de leurs revendications, l’abolition de l’article sur la lèse-majesté qui punit de jusqu’à 15 ans de prison les diffamations, critiques et insultes envers le roi et sa famille.

Trois blessés du côté des étudiants, c’est le bilan des affrontements du jeudi matin 5 août, entre pensionnaires de l’Université Alioune Diop de Bambey et les forces de l’ordre. Les affrontements, faits de jets de pierres et de tirs de grenades lacrymogènes, ont éclatés lorsque les étudiants, après avoir décrété 96 heures de grève, ont barré la route nationale n°3 et brûlé des pneus, bloquant la circulation. Réclamant de meilleures conditions de vie, les grévistes dénoncent notament la mauvaise qualité de l’alimentation.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Des organisations populaires ont manifesté devant la municipalité de Lomas de Zamora. Un groupe a tenté d’entrer de force dans le bâtiment, ce qui a débouché sur une confrontation avec la police de Buenos Aires. Les policiers ont tenté de disperser les manifestants avec des balles en caoutchouc tandis que les manifestants jetaient des pierres et brisaient des vitres. Certains manifestants ont réussi à pénétrer de force dans le conseil municipal tandis que d’autres boutait le feu dans le hall central. La majorité des manifestants appartenaient au Mouvement Teresa Rodríguez (MTR) et revendiquaient des emplois, des travaux publics dans les quartiers populaires, l’amélioration du système de santé publique et le financement des cuisines populaires.

 

Muhammad Dwaikat, 38 ans a été abattu à balles réelles par les troupes israéliennes alors qu’il assistait à une manifestation contre les colonies israéliennes. Il a été transporté dans un état critique à l’hôpital de Naplouse pour y être soigné mais y est décédé. Plus tôt vendredi, des Palestiniens s’étaient rassemblés autour du sud de Naplouse. Ils ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les troupes et la police des frontières qui tirait des gaz, des balles en caoutchouc et des balles de guerre. 21 autres personnes ont été blessées lors des manifestations de vendredi, la plupart par des balles à pointe de caoutchouc. Les Palestiniens ont organisé des manifestations quasi quotidiennes dans la région, exigeant que la colonie israélienne de Beita soit évacuée par ses habitants et que les terres soient restituées.

Un tribunal de la Haute Cour nationale a notifié hier une résolution par laquelle elle demande “l’extinction” d’Izquierda Castellana (Gauche Castillane), c’est-à-dire sa disparition en tant qu’organisation politique légale. L’État espagnol argue que les statuts de l’IzCa ne sont pas conformes aux changements introduits par la réforme législative du 30 mars, sur le contrôle de l’activité économico-financière des partis. Izquierda Castellana, qui n’a n’a jamais reçu ni demandé de subvention, souligne que la majorité des partis politiques enfreignent ostensiblement ces règlements sans qu’il soit même envisagé une mesure contre eux. Izquierda Castellana dénonce l’intention politique de faire disparaître une organisation dont l’activité essentielle est “la dénonciation de toutes les activités corrompues, antisociales, antidémocratiques et antipatriotiques de l’actuel Régime de la IIe restauration des Bourbon; et dont l’achèvement passe inévitablement par l’instauration d’un système démocratique, républicain et de droits sociaux”.

Les autorité espagnoles avaient déjà tenté de faire interdire Izquierda Castellana en 2008. En décembre dernier, un procès a eu lieu contre deux de ses militants suite aux affrontements survenus lors de la manifestation républicaine à Madrid d’octobre 2014.

Les militants d’Izquierda Castellana à un rassemblement de la gauche indépendantiste catalane

Dossier(s): Espagne Tags:

Apple prévoit déjà d’utiliser des outils de cryptographie pour comparer les photos sur ses iPhone, iPad et son serveur iCloud aux Etats-Unis avec celles entreposées dans un fichier géré par le Centre national des enfants disparus et exploités. Quand une photo semble similaire à celle du fichier, Apple ira manuellement vérifier et enverra un rapport au Centre. Le groupe prévoit par ailleurs de scanner les images envoyées ou reçues via le service de messagerie iMessage sur les comptes d’enfants liés à un abonnement familial pour repérer des photos explicites. Ces outils seront disponibles progressivement avec les prochaines mises à jour des systèmes d’exploitation sur les iPhone, iPad, iWatch et iMac aux Etats-Unis.

Ces changements marquent une rupture significative par rapport aux protocoles de confidentialité et de sécurité établis de longue date. Apple remplace son système de messagerie crypté de bout en bout par une infrastructure de surveillance et de censure, qui est naturellement appelé à s’élargir selon le mécanisme classique qui voit des procédures d’abord appliquées aux pédophiles, puis aux copkillers, puis aux “terroristes”, puis à l’ensemble des “criminels” tels que chaque état peut les définir. Il suffit qu’Apple modifie un peu les paramètres pour chercher d’autres types de contenus ou pour scanner les comptes non seulement d’enfants mais aussi de tout le monde. En savoir plus

Image retweeté par Edward Snowden

Un an après l’explosion du port de Beyrouth, la capitale libanaise commémorait hier mercredi 4 août le drame qui a fait plus de 220 morts, des milliers de blessés et détruit une très large partie de la ville. Des dizaines des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Beyrouth pour observer une minute de silence, puis crier leur colère. Car un an plus tard, aucun des responsables présumés n’a pour l’instant été traduit en justice. Les manifestations se sont rapidement transformées en émeutes. Devant l’enceinte du Parlement libanais, les manifestants ont jeté des pierres sur les forces de l’ordre, qui ont noyé la place de gaz lacrymogène. La police anti-émeute a ensuite chargé la foule. Ces affrontements ont fait plusieurs dizaines de blessés côté manifestants.