A Jénine, au nord de la Cisjordanie occupée, quatre jeunes Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens. C’était ce lundi matin 16 août lors d’un raid des membres de la police des frontières israélienne ayant pour but d’arrêter des habitants dans le camp de réfugié de Jénine. Raed Abu Saif, 21 ans et Saleh Omar, 19 ans, Nour Jarrar, 19 ans, et Amjad Husseineh, 20 ans. Les deux premiers, blessés, ont été rapidement transféré à l’hôpital de Jénine où ils ont succombé à leurs blessures, les corps des deux autres ont été conservés par les Israéliens. Deux autres jeunes palestiniens ont été arrêtés: l’un, après avoir été blessé à la tête, l’autre Mohammed Abu Zina, arrêté chez lui.

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Des mandats d’arrestation ont été émis par le procureur générale de Diyarbakir à l’encontre de 88 personnes pour motif de « propagande du terrorisme sur les réseaux sociaux ». Dans le cadre de l’enquête, la police a mené des perquisitions simultanées à 104 adresses et procédé à l’arrestation de 59 personnes. 29 personnes seraient toujours recherchés par la police turque dans le cadre de cette même enquête. Dans le cadre d’une enquête similaire lancée par le procureur général d’Adana, 29 domiciles ont été perquisitionnés par la police à Adana. Les perquisitions ont eu lieu aux motifs de participations à des manifestations non déclarées, de publications sur les réseaux sociaux, ainsi que de préparations de manifestation en faveur de la cause kurde.

Policiers turcs (archives)

26 personnes arrêtées dans ces perquisitions ont été emmenées à la Direction provinciale de la sécurité d’Adana pour y être interrogés.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Quatre soldats ont été blessés hier vendredi lors d’un affrontement avec dix combattants de la New People’s Army dans les montagnes de Barangay Capellan (Isabela). Ces militaires appartenaient à un peloton du 95e bataillon d’infanterie envoyé dans un village où des guérilleros avaient été signalés. Les soldats blessés ont été transportés par avion à l’hôpital militaire pour y être soignés. Les guérilleros appartiendraient au Regional Sentro De Gravidad (RSDG) du Komiteng Rehiyon – Cagayan Valley.

 

La lutte que mènent depuis des semaines les salariés de l’usine d’éoliennes LM Windpower s’est transformée en affrontements mercredi matin après la rupture unilatérale des négociations par la direction. Le restaurant Cat & Rest, à Ponferrada, lieu choisi pour les rencontres entre syndicats et dirigeants d’entreprise, a été la cible des grévistes lorsque la direction de l’entreprise a décidé de mettre fin aux négociations. Les grévistes ont alors tout bloqué, allumé des feux et cassé des vitres. Il a fallu attendre l’arrivée de la police anti-émeute, après 2 heures du matin, pour que la direction de l’entreprise puisse quitter le restaurant, escortée par la police. La direction a prévu 393 licenciements. La grève est à sa sa troisième journée consécutive, et les grévistes bloquent l’accès à l’usine, située dans la ville de Santo Tomás de las Ollas.

La Banque du Liban a annoncé mercredi qu’elle cesserait de subventionner, à partir du jeudi 12 août, l’importation de carburant au taux du dollar. Cela va multiplier par cinq les prix des carburants. Les 20 litres d’essence coûteront 330 000 livres, presque 50% du salaire minimum, qui vaut 30 dollars. La hausse du prix du mazout aura, quant à elle, un impact direct sur les prix des transports, des denrées de base, des produits alimentaires et des services de santé, qui ont déjà considérablement augmenté depuis le début de la crise, en octobre 2019. Des manifestants sont descendus dans les rues de Tripoli, dans le nord du Liban, pour exprimer leur colère. Ils ont intercepté des camions-citernes dans l’intention de saisir leurs cargaisons et des émeutes ont éclaté lorsque l’armée a tenté de les en empêcher. Sept personnes au moins ont été blessées. L’armée s’est déployée massivement dans cette ville frondeuse, l’une des plus pauvres du Liban.

Le 9 août 2020, la commission électorale biélorusse proclamait la réélection d’Alexandre Loukachenko pour un sixième mandat consécutif à la présidence du pays, avec plus de 80% des voix. Un résultat immédiatement contesté par l’ensemble de l’opposition. C’est le début d’une année de manifestations et de répression avec une violence démesurée à l’égard des manifestants. Face à cette violence, l’opposition organise des manifestation pacifique.Mais même lorsque ce sont les retraités ou les handicapés qui organisent une manifestation, les forces de l’ordre interviennent violemment.

Le bilan de la répression est lourd : environ 35.000 arrestations, des milliers de personnes parties en exil, une dizaine de morts avérées et des milliers de cas de torture dans les centres de détention. Il en résulte que, depuis décembre 2020, il n’y a plus de manifestation de masse à Minsk. Le mécontentement prend d’autres formes, plus discrètes, avec des petites manifestations dans les quartiers par exemple, où les gens cachent leurs visages. Les arrestations frappent aussi les médias indépendants, les syndicalistes, et jusqu’au-delà des frontières comme on l’a vu pour l’affaire de l’avion Ryanair détourné ou plus récemment avec la découverte du corps d’un jeune opposant à Kiev, où il s’était réfugié.

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags:

Le 23 avril dernier, Dimitris Chatzivasileiadis, jugé par contumace, avait été condamné à 16 ans de prison pour un braquage et une participation à l’Organisation d’Autodéfense Révolutionnaire (voir notre article). Deux autres anarchistes avaient écopés dans le même procès de 19 et 10 ans. Dimitris Chatzivasileiadis s’est fait arrêter à Thessalonique ce lundi 9 août.

Armes de l’Organisation d’Autodéfense Révolutionnaire

 

 

 

Au moins 131 prisons ont été construites depuis le coup d’État du 15 juillet 2016, regroupant des opposants au pouvoir. Une centaine d’autres est envisagée. Parmi elles, un complexe géant, qui doit voir le jour près de Bursa, au nord. Sa capacité de 15 000 détenus est comparable à celle de Rikers Island, le plus grand pénitencier américain. À titre d’exemple, la plus grande prison de France, Fleury-Mérogis, a été conçue pour accueillir 2 855 détenus. Le rythme des constructions a, depuis 2016, doublé par rapport aux quatre années précédant le coup d’État avorté. La taille de chaque centre pénitentiaire a même augmenté. Ils sont désormais 50 % plus grands, un étage supplémentaire ayant été rajouté au modèle classique en Turquie des blocs de prison à deux étages. La population carcérale en Turquie est passée sur la même période de 180 000 à près de 300 000 personnes, d’après les statistiques officielles du ministère de la justice. Et ce, malgré deux amnisties générales et la libération de 190 000 prisonniers non-politiques depuis 2016, afin de faire de la place dans les prisons.

Le gouvernement a utilisé ses pouvoirs extraordinaires conférés par l’État d’urgence décidé à la suite du coup d’État avorté, pour faciliter juridiquement et financièrement la construction de prisons. Un décret a ainsi abrogé l’obligation de faire apparaître ces dépenses dans le budget annuel de l’État. Un autre a étendu les zones constructibles aux pâturages. Au moins vingt provinces étaient concernées par des projets de construction de nouvelles prisons. On estime à plus de 1,1 milliard d’euros le coût total de ces programmes.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags:

Une vague de manifestations de masse avait éclaté au début de 2020 appelant à une réforme politique et constitutionnelle en Thaïlande, ainsi qu’à des changements dans le rôle de la monarchie du pays, et s’était heurtées à une répression policière sévère (voir nos articles ici, ici et ici. Cependant, ces manifestations ont été en grande partie suspendues lorsque le gouvernement a introduit une interdiction des manifestations sous prétexte de pandémie.

Des milliers de manifestants se sont une nouvelle fois rassemblés dans la ville pour manifester et comme la semaine passée (voir notre article) un grand nombre de policiers anti-émeutes ont été déployés pour disperser la foule en tirant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc. Certains manifestants ont lancé des pierres et d’autres projectiles sur les agents, jonchant les rues de débris. Deux guérites de police ont également été incendiées. Des vidéos montrent des dizaines de policiers armés frappant des manifestants au sol. Au moins six manifestants avaient été arrêtés. On ne sait pas combien de manifestants ont été blessés.

Les autorités saoudiennes ont au cours des six derniers mois intensifié la persécution des opposants, après une accalmie observée pendant la période de présidence par l’Arabie saoudite du G20 l’an dernier. Abdulrahman al Sadhan, un travailleur humanitaire a été condamné par le Tribunal pénal spécial, la juridiction antiterroriste saoudienne, à une peine de 20 ans d’emprisonnement à cause d’un simple tweet dans lequel il avait critiqué la politique économique du pays. Dans trois cas au moins, des personnes qui avaient déjà purgé de longues peines d’emprisonnement infligées à cause d’activités militantes pacifiques ont été de nouveau arrêtées et de nouveau condamnées dans le cadre de nouvelles affaires, ou ont vu leur peine alourdie. Dans de nombreux cas, les personnes accusées sont détenues au secret et à l’isolement pendant plusieurs mois d’affilée et privées d’accès à des avocats. Le tribunal condamne régulièrement des personnes à de lourdes peines d’emprisonnement, voire à la peine de mort, à la suite de condamnations basées sur d’aveux arrachés au moyen de la torture.

Policiers en Arabie saoudite