Ahmed, délégué CGT au dépôt de bus RATP Flandres à Pantin, est convoqué en conseil de discipline le 10 mai prochain pour harcèlement. Il avait ouvert une enquête pour harcèlement après avoir été alerté par une collègue sur le comportement d’un cadre de la RATP. Malgré cela, il se retrouve lui-même accusé de harceler ce même cadre. Un appel à la grève a été émis et un rassemblement se tiendra le 10 mai à 12h30 place Lachambeaudie (Paris 13e).

L’Agence nationale d’enquête (NIA) offre une récompense de 700.000 roupies pour l’arrestation de Madvi Hidma, qui commande le 1er bataillon de l’Armée Populaire de Libération de Guérilla (PLGA), actif dans le sud du Chhattisgarh. Les autorités pensent que Hidma a commandé la grande embuscade, il y a deux semaines à la frontière Sukma-Bijapur. Cette embuscade a frappé le 3 avril une colonne de 450 paramilitaires de la CRPF et policiers de l’état du Chhattisgarh. Elle a fait 22 morts et 31 blessés. En outre une grande quantité d’armes et de munitions a été saisie par les guérilleros. La colonne de 450 personnes faisait partie d’une vaste opération anti-guérilla mobilisant 2.000 policiers et paramilitaires.

Une récompense de 10 lakh a également été annoncée pour des informations conduisant à l’arrestation du secrétaire général du PCI(maoïste) Basavaraju, alias Nambala Keshava Rao, 66 ans. Il a déjà pour 18.500.000 de roupies de prime sur sa tête, offertes par les autorités des Etat du Maharashtra, du Chhattisgarh et de l’Odisha.

Dossier(s): Inde-Népal Tags: , ,

Deux membres présumés de la NPA, la branche armée du Parti Communiste des Philippines, ont été tués pas des militaires le 17 avril à Purok Yuring, (Hinoba-an). C’est un détachement du 15e bataillon d’infanterie qui participait à une opération anti-guérilla qui a tué les deux hommes. Les militaires ont récupéré deux pistolets, des téléphones portables, des documents et des effets personnels sur les lieux.

Au moins cinq travailleurs ont été tuées par balle, et 11 autres ont été blessées, samedi dans des affrontements entre les travailleurs d’une centrale électrique en construction et la police dans le district de Chittagong, dans le sud du Bangladesh. Les affrontements ont eu lieu vers midi lorsque 2.500 travailleurs construisant une centrale électrique au charbon ont commencé une manifestation appelant à une augmentation de salaire. La centrale électrique où l’affrontement s’est produit est une coentreprise du Bangladesh S Alam Group et des sociétés chinoises SEPCOIII Electric Power Construction Corporation et HTG Development Group.

 

21H40: Les rassemblements devant la Monnaie resteront autorisés. Les personnes présentent quittent les lieux. La police boucle la place. Fin du fil info.

21H35: Fin des négociations. Les policiers prennent position en tenue anti-émeute.
21H30: On signale 5 combis plein de policiers se dirigeant vers la Monnaie sans que l’on soit certain que ce soit leur destination.
21H20: Ça négocie toujours, et pendant ce temps là, prises de parole au dehors.
20H40: Rien de neuf à signaler sinon l’arrivée de la RTBF…
20H25: Ça négocie, les policiers enlèvent leur tenue anti-émeute.
20H20: Les 10 occupants ont été sortis du bâtiment mais ils ne sont pas arrêtés.
20H10: Une autopompe se positionne à trois rues de la Monnaie… Les occupants sont toujours à l’intérieur, groupés et enserrés par les policiers qui ont relevé leur identité.
20H00: Le directeur des ressources humaines de la Monnaie est arrivé sur place. Seule la direction de la Monnaie peut exiger l’expulsion des occupants. Pas de mouvement policier apparent.
19H55: Des policiers ont pu pénétrer dans la Monnaie et arrêter les 10 occupants, les soutiens bloquent toutes les portes. Policiers et occupants arrêtés sont coincés à l’intérieur.
19H45: Les soutiens à l’occupation se pressent devant les portes pour protéger les occupants. Les renforts de police arrivent (6 combis + 2 voitures). Un périmètre se met en place. L’hélicoptère survole la place.

Aujourd’hui prenait fin la convention permettant l’occupation (partielle) du Théâtre de la Monnaie. Un groupe d’occupant, refusant que soit mis fin à cette riche expérience de débats, de protestation et de rencontre. La police intervient. Plus d’info au fur et à mesure.

 

Chaque année, le 17 avril célèbre la Journée des prisonniers palestiniens. Aujourd’hui, 4450 Palestiniens sont emprisonnés par l’occupation israélienne parmi lesquels des personnalités de la gauche révolutionnaire comme Ahmad Sa’adat, Walid Daqqa ou encore Khalida Jarrar. À cette occasion, des dizaines d’initiatives ont eu lieu dans le monde afin d’exiger leur libération immédiate.

  • Bruxelles : Rassemblement à la gare centrale avec une délégation du Secours Rouge
  • Toulouse : Stand Palestine organisé par le Collectif Palestine Vaincra
  • Paris : Rassemblement pour la libération de tous les prisonniers politiques avec la Campagne Unitaire pour la libération de Georges Abdallah
  • Lyon : Rassemblement pour Georges Abdallah organisé par le Collectif 69
  • Tarbes : Rassemblement organisé par la MJCF et le Collectif 65 pour la libération de Georges Abdallah
  • Berlin : Manifestation organisée par différentes organisations révolutionnaires dont Samidoun Allemagne
  • Amsterdam : Collages pour les étudiants palestiniens emprisonnés et Georges Abdallah
  • Madrid : Rassemblement organisé par la communauté mapuche et Samidoun
  • New-York : Initiative de solidarité organisée par Within our lifetime – United for Palestine
  • Göteborg : Rassemblement pour la libération des prisonniers palestiniens et Georges Abdallah organisés par Samidoun et des groupes solidaires
  • Stockholm : Rassemblement pour la libération des prisonniers palestiniens
  • Manchester : Rassemblement de soutien pour les prisonniers palestiniens en particulier Ahmad Sa’adat et Khalida Jarrar
  • Camp Al-Arroub (Palestine occupée) : Rassemblement pour les prisonniers organisé par Samidoun et le FPLP

Il y a quelques jours, la Commission européenne s’est réunie dans le cadre du projet de réglementation visant à définir une approche européenne de l’intelligence artificielle. L’exécutif européen propose d’interdire les technologies d’IA destinée à “une surveillance indiscriminée appliquée de manière généralisée à toutes les personnes physiques sans différenciation”. Un texte préliminaire, qui devrait être présenté la semaine prochaine, précise qu’il est principalement question de rendre illégales les technologies visant à “la surveillance et le suivi des personnes physiques dans des environnements numériques ou physiques, ainsi que l’agrégation et l’analyse automatisées des données personnelles provenant de diverses sources”.

La Commission prévoit également l’interdiction des technologies d’IA susceptibles d’aller à l’encontre des droits de l’Homme, et notamment les IA prédictives, capables de cibler des minorités. Si le texte est adopté, la violation de ces interdictions pourrait coûter aux entreprises 4% de leur chiffre d’affaires annuel mondial. Cependant, cette interdiction ne s’appliquerait pas aux gouvernements et aux autorités publiques européennes qui pourraient utiliser l’IA “afin de préserver la sécurité publique”…

La décision du Conseil restreint de l’Assemblée de l’université de suspendre toutes les amicales des étudiants et demander la fermeture totale du campus social a provoqué la colère des étudiants jeudi 15 avril. Une décision qui intervient après des violences au niveau du campus social qui ont fait un mort le 11 avril. Les étudiants ont occupé l’Avenue Cheikh Anta Diop bloquant du coup la circulation. La police est intervenue et les affrontements ont commencé.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Les manifestations étudiantes ont repris à Thessalonique et à Athènes contre la décision du gouvernement de centre-droit d’autoriser la présence des forces de l’ordre sur les campus universitaires (voir notre article). A Thessalonique, plus de 7.000 manifestants étaient dans la rue. Des affrontements ont eu lieu avec la police. Un manifestant arrêté a été transporté à l’hôpital après avoir été blessé lors de son arrestation, apparemment par un cocktail Molotov atterrissant à proximité, qui a touché le manifestant et le policier anti-émeute qui le détenait.

Dossier(s): Grèce Tags: ,

Après des années de débat sur le plafond des loyers de Berlin, (où 90% des loyers sont restés bloqués à leur niveau de juin 2019 pendant cinq ans), le Land a menacé en novembre les propriétaires d’amendes s’ils ne réduisaient pas les loyers excessifs. Cette décision visait à lutter contre la flambée des loyers de Berlin, qui ont augmentés de 27% de 2013 à 2019. Cependant, jeudi, le gel des loyers a été déclaré nul et non avenu par des juges constitutionnels qui ont déclaré que la loi du Land empiétait sur le domaine fédéral.

Pas moins de 10 000 personnes sont descendues dans les rues de la ville jeudi pour protester. Les affrontements ont commencé alors que la foule arrivait à la hauteur de la station de métro Hermannplatz. Les manifestants ont ensuite marché dans la Kottbusserstrasse, où de nouveaux affrontements ont éclaté avec des agents en tenue anti-émeute qui ont utilisé du gaz au poivre. Plusieurs arrestations ont été effectuées.

 

Dossier(s): Allemagne Tags: ,