Amazon prévoit de déployer un logiciel surveillant le rythme de frappe et les mouvements de souris de ses employés du service client. Ce logiciel, appelé BehavioSec, surveille les mouvements naturels effectués par les employés sur leur clavier ou souris afin de détecter tous les comportements inhabituels. Son développement a couté 360 000 dollars et a notamment été poussé par la généralisation du télétravail.

Un dépôt d'Amazon

Un dépôt d’Amazon

Lundi matin, l’armée philippine aurait tué 16 guérilleros maoïstes lors d’un raid contre une base de la NPA à Dolores (Eastern Samar, dans le centre des Philippines). Cette opération s’est effectuée avec un soutien de tirs d’artillerie et un bombardement aérien. Les soldats du 52e bataillon d’infanterie ont récupéré sur le terrain des installations de fabrication d’explosifs et une vingtaine d’armes. La ville de Dolores est située à 185 kilomètres au nord-est de Tacloban, la capitale régionale.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

 

Mardi 17 août vers midi, environ 250 personnes ont entamé le blocage du pont de Pueyrredón bloquant ainsi une importante partie du trafic routier menant vers Buenos Aires. Les militant.es appartenant au Mouvement Tupac Amaru (sans lien avec l’Organisation de quartier Túpac Amaru argentin ou avec le mouvement armé péruvien) portaient différentes revendications relatives à l’accès à la nourriture et au travail. La police fédérale et la préfecture navale sont intervenues vers 17h pour dégager le pont faisant notamment usage de pepper-spray. Cette intervention a déclenché des affrontements avec les manifestant.es qui ont répondu en lançant divers objets sur les policiers. Le pont a finalement été dégagé et deux personnes ont été arrêtées.

Blocage du pont de Pueyrredón

Blocage du pont de Pueyrredón

Sous couvert des restrictions liées à la pandémie Covid, le gouvernement libéral-conservateur (FDP/CDU) du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (NRW) propose une loi régionale imposant de nouvelles restrictions sur le droit de rassemblement. La loi remplacerait les réglementations de la loi fédérale sur les assemblées qui s’appliquaient jusqu’à présent. Les enregistrements de surveillance (par exemple par drone ou hélicoptère) seraient autorisés sans conditions préalables. Sous certaines conditions également les enregistrements audio et vidéo clandestins seraient également possibles. En outre, les personnes qui demandent l’autorisation des rassemblement auprès de la police devront fournir de nombreuses informations, et pourront être amenées à fournir à la police les données personnelles des organisateur-trices.

La loi permettrait également à la police d’établir des points de contrôle sans conditions préalables, limitant l’accès aux rassemblements. Le simple fait de soupçonner des personnes de vouloir perturber un rassemblement peut suffire pour que la police les fouille, prenne leur identité et leur interdise de participer à la manifestation ou à la contre-manifestation. La loi compliquerait également l’organisation de contre-manifestations antifascistes. Les vêtements uniformes peuvent être criminalisés par l’interdiction du “militantisme”. La campagne “NRW Versammlungsgesetz stoppen!” (https://www.nrw-versammlungsgesetz-stoppen.de), rassemblant entre autres de nombreux collectifs antifascistes, féministes et écologistes, organise actuellement l’opposition à ce projet de loi.

Dans plus d’une centaine de comtés des États-Unis, les technologies de la société ShotSpotter est utilisé afin de détecter les potentiels coups de feu se produisant au sein d’une ville (voir notre article). Cette détection acoustique des coups de feu repose sur une série de capteurs, souvent placés sur des lampadaires ou des bâtiments. Si un coup de feu est tiré, les capteurs détectent la signature acoustique spécifique d’un coup de feu et envoient l’heure et le lieu à la police. L’emplacement est mesuré en mesurant le temps qu’il faut au son pour atteindre les capteurs à différents endroits. Selon ShotSpotter, ces informations sont ensuite vérifiées par des experts acoustiques humains pour confirmer que le son est un coup de feu, et non un retour de flamme de voiture, un pétard ou d’autres sons qui pourraient être confondus avec des coups de feu.

Le 31 mai 2020, Safarian Herring, âgé de 26 ans, est mortellement blessé d’une balle dans la tête. La police de Chicago arrête un homme qui soutient qu’il n’est pas l’auteur du crime, mais qu’une fusillade en voiture aurait éclaté. L’élément à charge est une vidéo de surveillance montrant la voiture du suspect, stationné à l’heure et l’endroit où Safarian Herring aurait été abattu. La police a alors déclaré que ShotSpotter a généré une alerte à ce moment précis et à cet endroit précis. Sauf que cette nuit-là, 19 capteurs ShotSpotter ont détecté un son de percussion à 23 h 46 (soit l’heure du crime), mais ont déterminé un emplacement situé à environ 1,5 kilomètre du lieu de l’assassinat. Les algorithmes de la société ont initialement classé le son comme un feu d’artifice. Mais après l’alerte de 23h46, un analyste de ShotSpotter a annulé manuellement les algorithmes et “reclassifié” le son comme un coup de feu. Puis, des mois plus tard et après le post-traitement, un autre analyste de ShotSpotter a changé les coordonnées de l’alerte avec celles du meurtre…

Lorsque ces manipulations ont été révélées, les procureurs ont dû, à la demande de la défense, retiré les « preuves » de ShotSpotter. Ce n’est pas la première affaire de ce genre et de nombreuses ville aux USA ont annulé leur contrat avec ShotSpotter

A Jénine, au nord de la Cisjordanie occupée, quatre jeunes Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens. C’était ce lundi matin 16 août lors d’un raid des membres de la police des frontières israélienne ayant pour but d’arrêter des habitants dans le camp de réfugié de Jénine. Raed Abu Saif, 21 ans et Saleh Omar, 19 ans, Nour Jarrar, 19 ans, et Amjad Husseineh, 20 ans. Les deux premiers, blessés, ont été rapidement transféré à l’hôpital de Jénine où ils ont succombé à leurs blessures, les corps des deux autres ont été conservés par les Israéliens. Deux autres jeunes palestiniens ont été arrêtés: l’un, après avoir été blessé à la tête, l’autre Mohammed Abu Zina, arrêté chez lui.

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Des mandats d’arrestation ont été émis par le procureur générale de Diyarbakir à l’encontre de 88 personnes pour motif de « propagande du terrorisme sur les réseaux sociaux ». Dans le cadre de l’enquête, la police a mené des perquisitions simultanées à 104 adresses et procédé à l’arrestation de 59 personnes. 29 personnes seraient toujours recherchés par la police turque dans le cadre de cette même enquête. Dans le cadre d’une enquête similaire lancée par le procureur général d’Adana, 29 domiciles ont été perquisitionnés par la police à Adana. Les perquisitions ont eu lieu aux motifs de participations à des manifestations non déclarées, de publications sur les réseaux sociaux, ainsi que de préparations de manifestation en faveur de la cause kurde.

Policiers turcs (archives)

26 personnes arrêtées dans ces perquisitions ont été emmenées à la Direction provinciale de la sécurité d’Adana pour y être interrogés.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Quatre soldats ont été blessés hier vendredi lors d’un affrontement avec dix combattants de la New People’s Army dans les montagnes de Barangay Capellan (Isabela). Ces militaires appartenaient à un peloton du 95e bataillon d’infanterie envoyé dans un village où des guérilleros avaient été signalés. Les soldats blessés ont été transportés par avion à l’hôpital militaire pour y être soignés. Les guérilleros appartiendraient au Regional Sentro De Gravidad (RSDG) du Komiteng Rehiyon – Cagayan Valley.

 

La lutte que mènent depuis des semaines les salariés de l’usine d’éoliennes LM Windpower s’est transformée en affrontements mercredi matin après la rupture unilatérale des négociations par la direction. Le restaurant Cat & Rest, à Ponferrada, lieu choisi pour les rencontres entre syndicats et dirigeants d’entreprise, a été la cible des grévistes lorsque la direction de l’entreprise a décidé de mettre fin aux négociations. Les grévistes ont alors tout bloqué, allumé des feux et cassé des vitres. Il a fallu attendre l’arrivée de la police anti-émeute, après 2 heures du matin, pour que la direction de l’entreprise puisse quitter le restaurant, escortée par la police. La direction a prévu 393 licenciements. La grève est à sa sa troisième journée consécutive, et les grévistes bloquent l’accès à l’usine, située dans la ville de Santo Tomás de las Ollas.