Après deux jours de forte contestation et de violences, le gouvernement serbe a annoncé ce jeudi 9 juillet renoncer à mettre en place un couvre-feu le week-end. Mais en contrepartie, il interdit les rassemblements de plus de 10 personnes, et donc les manifestations. Car chaque soir, à Belgrade, des milliers de manifestants se retrouvent devant le Parlement. Le déclencheur de la colère a été le projet de couvre-feu le week-end envisagé face au retour massif du coronavirus dans le pays. En juin dernier, le gouvernement a accéléré la levée du confinement pour organiser les élections législatives, que le Parti serbe du progrès (SNS), parti du président, a alors aisément remporté. Depuis, la Serbie dénombre près de 300 nouveaux cas par jour contre 50 il y a un mois.  Le pays se retrouve désormais dans une situation catastrophique: les hôpitaux sont saturés et le gouvernement a décrété l’état d’urgence sanitaire dans de nombreuses villes, dont Belgrade. Depuis, les Serbes manifestent contre le gouvernement qu’ils jugent être responsable du rebond de l’épidémie. Mardi 7 juillet, ils ont fait irruption dans l’enceinte du Parlement. La police a alors lancé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule qui a répondu en jetant des projectiles. De nombreux blessés sont à répertorier du côté des forces de l’ordre et des manifestants.Les affrontements à Belgrade

Empruntée par des centaines de milliers de personnes fuyant guerre et misère au proche-Orient, en Asie et en Afrique, la route des Balkans a été fermée en mars. Mais des centaines tentent chaque jour de rejoindre clandestinement l’Europe de l’Ouest. La Délégation de l’UE à Belgrade et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont signé un contrat d’un million d’euros qui prévoit notamment un système fixe de surveillance thermique, des caméras thermiques portables. L’accord prévoit également la formation de personnels et une aide administrative. Est également prévu le déploiement de jusqu’à 50 officiers de police de pays membres de l’UE pour assister la police des frontières serbe.

Migrants à la frontière serbe

Migrants à la frontière serbe

Lors de l’audience de mercredi dernier au procès des six anarchistes serbes, de nombreuses personnes s’étaient rassemblées afin de soutenir les six hommes accusés d’être à l’origine de l’attaque contre l’ambassade de Grèce à Belgrade. Lors du rassemblement, la police a procédé à deux arrestations pour ‘obstruction à la justice’. Les deux militants ont été remis en liberté vendredi, après avoir été auditionné en comparution immédiate. Ils attendront donc en liberté d’être jugés. Néanmoins, leurs passeports ont été saisis et le juge d’instruction a prononcé une mesure d’interdiction de quitter leur lieu de résidence à leur encontre. En outre, ils devront se présenter quotidiennement au commissariat compétent jusqu’à la fin de l’enquête.

Pour avoir montré au travers de la vitre au-dessus de la porte du prétoire le message ‘L’anarchisme n’est pas du terrorisme’ écrit sur une feuille de papier, ils risquent une grosse amende ainsi qu’une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans.

Depuis les 3 et 4 septembre, six anarchistes serbes étaient détenus à Belgrade, accusés d’être à l’origine de l’attaque au cocktail Molotov de l’ambassade de Grèce à Belgrade. Cette action avait été menée en solidarité avec l’anarchiste grec Thodoros Iliopoulos et revendiquée par le groupe Crni Ilija (‘Ilija noire’).

Aujourd’hui se tenait la première journée du procès. Les six militants étaient inculpés de terrorisme international, mais cette charge n’a finalement pas été retenue et le chef d’inculpation a été requalifié en une accusation moins sérieuse. Le procès à dès lors été ajourné, et les six anarchistes sont ressortis libre du tribunal.

De nombreuses personnes étaient présentes afin d’exprimer leur solidarité. La police ne laissait néanmoins pas entrer le public dans le tribunal et trois personnes, qui ont tenté de déployer des affiche de solidarité, ont été placé en garde à vue. Le procès reprendra le 23 mars prochain.