Actualité de la répression et de la résistance à la répression

Tôt dans la journée, des policiers et soldats ont arrêté deux Mapuche à bord d’un véhicule présenté comme volé, sur une route de la région du Biobio. Ce contrôle de circulation se faisait dans le cadre de l’état d’urgence ordonné par le gouvernement du président Sebastian Piñera depuis le 12 octobre dans quatre provinces du Biobío et dans la région voisine de La Araucania. Les deux régions sont engagées dans un conflit historique entre le peuple mapuche et l’État, auquel les autochtones réclament leurs terres ancestrales qui ont été cédées à des entreprises forestières et des grands propriétaires fonciers. L’arrestation a provoqué l’indignation d’un autre groupe de Mapuches qui manifestaient non loin contre la militarisation de cette zone. Ils ont tenté de libérer les deux hommes, ce qui a conduit à une confrontation au cours de laquelle deux Mapuches ont été tués par balles, trois blessés et trois arrêtés.

Etat de siège au pays Mapuche

Voici le recensement des initiatives menées pour la libération de Georges Abdallah lors du dernier mois d’action.
Pour plus de détails (dates, organisateurs, photos, etc.), voir ici

ETAT FRANCAIS: Paris/Région parisienne : Nombreux collages et participation à différentes manifestations (notamment le 17 octobre 1961) et meetings. Rassemblements devant le Ministère de l’Intérieur, à Ménilmontant, à Paris et à Château Rouge. Deux projections du film « Fedayin, le combat de Georges Abdallah ». Toulouse : Nombreux stands. Participation à des manifestations et diffusion de plus de 15000 flyers. Appel local pour la libération de Georges Abdallah signé par 30 organisations. Large campagne d’affichage et de collages de stickers. Projection de « Fedayin ». Lannemezan : Plus de 1000 personnes manifestent jusqu’à la prison où est détenu Georges Abdallah. Lyon : Goûter solidaire, table d’information, nombreux affichages, projection de « Fedayin ». Bordeaux : Soirée autour de la présentation du livre « L’affaire Georges Ibrahim Abdallah » et une projection de « Fedayin ». Marseille et sa région : Présence et intervention dans des meetings et rassemblement. Collages. Saint-Etienne : Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah. Diffusions de tracts de soutien. Tarbes : Projection de « Fedayin ». Collages et distributions de flyers. Auch et Bergerac : Campagnes d’affichage. Strasbourg : Deux projections de « Fedayin ». Bayonne : Soirée de solidarité. Brest: Projection de « Fedayin » et rassemblement de soutien. Clermont-Ferrand : Diverses initiatives. Nantes ; Mauléon-Licharre ;  Crevant ; Saint-Gaudens et Sens : Projection de « Fedayin ». Guingamp : Distributions de flyers et projection de « Fedayin ». Annecy : Projection de « Fedayin ». Présence dans différentes manifestations. Albi : Collages et projection de « Fedayin ». Grenay : Banderole déployée sur le fronton de la mairie de Grenay. Une motion de soutien est votée par le conseil municipal. Calonne Ricouart et Toulon : Rassemblements pour la libération de Georges Abdallah. Auxerre : Envoi de cartes pétitions. Et aussi: Tribune de soutien à Georges Abdallah signée par plus de 400 personnalités et publiée par Médiapart.

BELGIQUE : Bruxelles : Projection de « Fedayin ». Thématisation de Georges Abdallah à un rassemblement devant l’ambassade israélienn et à la semaine de solidarité avec la Palestine. Charleroi : Projection de « Fedayin » et table d’information. PAYS-BAS : Rotterdam : Projection de « Fedayin ». La Haye : Rassemblement au consulat de France. ALLEMAGNE : Francfort, Hambourg et Leipzig : Rassemblements. AUTRICHE : Vienne: Rassemblement devant le consulat de France. SUISSE : Genève : Atelier d’écriture à Georges Abdallah et réalisation d’un grande fresque. Zurich : Tag, action nocturne et rassemblement devant le consulat de France. ETAT ESPAGNOL: Granollers, Barcelone et Berga (Catalogne) : Projections de « Fedayin ». Madrid : Projection de « Fedayin ». Manifestation. ANGLETERRE : Londres : Rassemblement devant l’ambassade de France. SUEDE : Göteborg :Projection de « Fedayin ». TURQUIE : Istanbul : Rassemblement. PALESTINE: Gaza : Thémarisarion de Georges Abdallah à un rassemblement. LIBAN : Camp de réfugiés palestiniens de Baddawi : Réalisation d’une fresque. TUNISIE : Tunis : Différentes initiatives dont un rassemblement. CANADA : Vancouver : Rassemblement de soutien devant le consulat français. Montréal : Projection de « Fedayin ». Ottawa : Affichage. ETATS-UNIS: Minneapolis, New-York City, San-Diego, Chigago, Boston et Dallas : projections de « Fedayin ».

La fresque peinte à Genève

 

Les forces de sécurité turques et leurs auxiliaires jihadistes continuent leurs exactions dans les régions kurdes occupées par la Turquie du nord de la Syrie. C’est ainsi que ces derniers jours, les forces d’occupation ont enlevé 10 civils du village de Mamila, dans le canton d’Afrin. L’État turc a établi un régime de terreur dans ce canton qu’il occupe depuis mars 2018. Les services turcs s’appuient pour cela sur divers groupes jihadistes, recyclant de nombreux membres et responsables de l’État islamique. C’est à Afrin que Abou Zaki al-Taybani, l’ancien dirigeant de l’État islamique pour la région de Hama, a été tué par un drone de la coalition. Les enlèvements avec demandes de rançon, les pillages et les déplacements de populations sont devenus quotidiens. 300 enlèvements ont été recensés à Afrin au cours des deux derniers mois. 25 des personnes enlevées étaient des femmes. Au moins six civils ont par ailleurs été exécutés.

L’occupation turque à Afrin

Des soldats israéliens ont blessé, dans la nuit de mardi, plusieurs Palestiniens dans la zone orientale de la ville de Naplouse, dans la partie nord de la Cisjordanie occupée. Plusieurs jeeps de l’armée avaient envahi la zone à la tombée de la nuit pour accompagner des dizaines de colons venus visiter le prétendu « tombeau de Joseph », dans la partie est de la ville, qui est une des rares zones en principe sous la responsabilité exclusive de l’Autorité Palestinienne. Les soldats ont également envahi les maisons et occupé leurs toits pour les utiliser comme postes de surveillance et de tir. Cette invasion a provoqué des manifestations et les soldats ont tiré des balles réelles, des balles en acier recouvertes de caoutchouc et des bombes à gaz sur les manifestants, blessant plusieurs d’entre eux.

Mardi soir, les soldats ont enlevé un ancien prisonnier politique et détenu six agriculteurs d’une même famille, lors de deux incidents distincts près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie. Mardi soir également, les soldats ont tiré sur un jeune Palestinien, avant de l’enlever près de la ville d’Hébron, dans le sud de la Cisjordanie.

 

La compagnie minière Antamina a dû suspendre ses activités en raison de la grève illimitée, du barrage routier et des manifestations violentes dans le district d’Aquia (Áncash). Le 29 octobre, des manifestants opposés aux projets miniers ont attaqué la porte d’entrée de Puerto Punta Lobitos à Antamina, s’affrontant à la police et aux agents de sécurité. Quelques heures plus tard – aux premières heures du samedi 30 – ils ont incendié un camion-citerne d’eau potable sur les routes d’accès à la mine. Antamina est le principal producteur de zinc et de cuivre du pays, elle est détenue par Glencore et BHP Billiton.

Jorge Madlos alias « Ka Oris », le commandant et porte-parole de la Nouvelle Armée Populaire a été tué par des militaires sur la route d’Impasug-ong à 20 heure, le 29 octobre. L’assistante médicale de Ka Oris, Eighfel Dela Peña, alias « Ka Pika », a également été tuée à cette occasion. Madlos, qui avait besoin de soin, circulait avec Dela Peña sans arme sur une moto lorsqu’ils sont tombés dans une embuscade par des militaires de la 4e Division d’infanterie. Les officiels ont prétendus que Ka Oris avait été tué après un combat d’une demi-heure et l’armée effectué des frappes aériennes quelques heures après l’embuscade pour renforcer ce scénario.

nt

La société de sécurité privée SKP Group est active dans le domaine de l’anti-piraterie, elle propose des gardes du corps pour VIP, installe des dispositifs de surveillance, propose des conseils en matière de sécurité, etc. Il s’agit de l’une de ces entreprises privées qui ont désormais atteint un rôle de vrai corps de police et paramilitaire avec un personnel hautement qualifié, entraîné militairement et techniquement équipé. Ces pour ces raisons, exposées dans un communiqué (voir ici), que plusieurs véhicules de SKP ont été incendiés dans la nuit du 27 au 28 octobre via Ripamonti, à Milan.

Dossier(s): Italie Tags: ,

Une semaine après le coup d’État au Soudan, les manifestants hostiles au général Abdel Fattah al-Burhane maintenaient encore, dimanche 31 octobre, la pression dans la rue malgré les 12 morts et 300 blessés dans leurs rangs. Soldats et paramilitaires quadrillent toujours les rues et une bonne partie des membres du gouvernement civil sont emprisonnés par l’armée. Les manifestants ont maintenu dimanche les barricades à Khartoum, observant la « désobéissance civile » ou refusant de travailler comme le réclament la quasi-totalité des syndicats. Installés à des barrages volants, les soldats fouillent passants et voitures à Khartoum, où la plupart des magasins demeurent fermés, signe que la grève générale décrétée lundi passé par les syndicats est suivie. Samedi, ils avaient pris la rue par dizaines de milliers pour s’élever contre le putsch et le maintien en détention de la plupart des dirigeants civils qui jusqu’ici partageaient le pouvoir avec le général Burhane et d’autres militaires pour emmener le pays vers ses premières élections libres.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Plusieurs centaines de manifestants anti-fascistes et gilets jaunes ont protesté samedi à Nantes contre la venue de Zemmour pour un meeting au Zénith de la ville, donnant lieu à des affrontements avec la police. Les manifestants répondant à l’appel relayé notamment par «Nantes révoltée», sont parvenus à entrer dans l’enceinte du Zénith, à bloquer une porte du site et à forcer les grilles. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour faire reculer les antifascistes qui faisaient face, à une centaine de mètres de là, à quelques dizaines de sympathisants de Zemmour. Un commando néo-nazi auteur de violences cet été à Nantes, s’était d’ailleurs réfugié derrière les lignes de gendarmes. Peu avant l’arrivée de Zemmour au Zénith, la centaine de gendarmes mobiles se sont efforcés de lui dégager la voie, et le meeting  pu se tenir, avec du retard et sous pression. Des manifestants dont certains ont envahi la quatre-voies et une passerelle enjambant la nationale, ont lancé plusieurs chariots de supermarché en direction des forces de l’ordre positionnées en-dessous. Il n’y a pas eu d’arrestation mais une enquête est ouverte.

Le 13 octobre, au tribunal de Bristol, le prisonnier anarchiste Toby Shone a été condamné à 3 ans et 9 mois de prison. Il a déjà purgé 8 mois de cette peine en détention provisoire. La justice britannique avait essayé de le poursuivre pour des accusations de terrorisme (voir notre article), elle y a renoncé pour se rabattre sur des infractions liée à la législation sur les drogues. Celles-ci  (LSD, cannabis, …)  avaient été trouvées lors des perquisitions par l’antiterrorisme dans le sud-ouest du Royaume-Uni le 18 novembre 2020 dans leur chasse à l’administrateur du site anarchiste 325.nostate.net. Toby a été initialement accusé d’avoir fourni un service permettant à d’autres d’accéder à des publications terroristes contrairement à l’article 2 de la loi sur le terrorisme de 2006, de collecte de fonds à des fins terroristes contrairement à l’article 15 de la loi sur le terrorisme de 2000 et de deux chefs de possession d’informations susceptibles d’être utiles à un terroriste contraire à l’article 58 de la loi sur le terrorisme de 2000.