La manifestation annuelle de soutien à la police a été désorganisée par l’irruption d’une forte contre-manifestation ce dimanche 19 juillet au Civic Center Park de Denver. Manifestants et contre-manifestants se sont rudement affrontés. Ron MacLachlan, l’organisateur du rassemblement pro-police, a été blessé d’un grand coup de skate-board sur la tête. La police est intervenue pour séparer les antagonistes, en utilisant des lacrymogènes. Au moins une personne arrêtée pour voie de fait.

Les affrontements de Denver

Dossier(s): Amérique du Nord Tags: ,

Mardi 21 juillet, des agents de la police nationale ont arrêté Miren Itxaso Zaldua Iriberri, une militante de ETA portant le nom de guerre de Sahatsa, à Hernani (Gipuzkoa). Elle accusée d’avoir participé à l’exécution du président du Parti Populaire d’Aragon, Manuel Giménez Abad, menée le 6 Mai 2001 à Saragosse. L’arrestation intervient après que les experts de la lutte antiterroriste au sein de la police aient trouvé de nouveaux indices dans les documents de l’ETA saisis par la police française au cours de différentes perquisitions et livrés à l’Espagne en février 2018. Miren Itxaso Zaldua Iriberri aurait également été reconnue par un témoin durant l’opération. Arrêtée en 2005 à Lannemezan (France), elle avait déjà été condamnée à 17 ans de prison pour son appartenance à ETA. Elle avait ensuite été libérée en 2017 avant d’être expulsée vers l’Espagne.

Miren Itxaso Zaldua Iriberri

Miren Itxaso Zaldua Iriberri

Dossier(s): Espagne Tags: , , ,

Mercredi 15 juillet 2020, Farid Alibi, membre du bureau politique du parti Elkadihines, a été arrêté près de son domicile à Sfax. Il a été la cible de l’opération “Brakaj” menée par un groupe d’éléments de sécurité en civil. Il a été transféré de force dans un centre de sécurité et a été inculpé pour avoir utilisé l’expression “police de Juanjeh”, un qualificatif qui désigne les membres des Frères musulmans. Farid Alibi est toujours emprisonné en attendant son procès mardi prochain.

Farid Alibi

Farid Alibi

Dans le cadre de la journée internationale de solidarité avec les prisonnier·e·s antifascistes, le Secours Rouge Toulouse et l’Union Antifasciste Toulousaine organisent un atelier d’écriture en soutien à différents prisonniers antifascistes. Rendez-vous samedi 25 juillet dès 14h au Chat Noir (33 rue Antoine Puget – Toulouse).

Samedi 8 juillet, l’ELN a pris en embuscade un groupe de soldats gouvernementaux, en tuant 2 et en blessant gravement huit autres, près de la ville de Tibú, au nord-est du pays. Les militaires ont été attaqués avec des explosifs alors qu’ils se déplaçaient sur un pont. Le gouvernement affirme quant à lui avoir abattu, le 4 juillet, un commandant important de l’ELN au cours d’une opération à la frontière de Venezuela. Il s’agirait du commandant du front “Efraín Pabón Pabón” et responsable du front “Domingo Laín Sáenz” portant les allias “​​Dumar” ou “Culebrito”.

Combattantes de l'ELN

Combattantes de l’ELN

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Jeudi 16 juillet, une une manifestation se tenait à Cañete, pour soutenir les prisonniers politiques mapuche en grève de la faim dans les prisons de Lebu, Angol et Temuco. L’action a été immédiatement réprimée par la police après son départ pour Cañete, donnant lieu à des affrontements. Malgré la répression intense, les manifestant·es mapuche sont parvenus à incendier un véhicule blindé de carabiniers qui a complètement brulé. On dénombre 14 personnes arrestatées dont plusieurs sont encore emprisonnées.

Affrontements au cours d'une manifestation de soutien aux prisonniers mapuches

Affrontements au cours d’une manifestation de soutien aux prisonniers mapuches

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé fin 2019 sa volonté d’ouvrir une enquête sur les crimes israéliens. Elle doit se prononcer prochainement sur la question de savoir si elle a la compétence requise pour juger des infractions commises dans les territoires palestiniens occupés, car Israël a fait un recours sur ce point, dont l’examen a été accepté (bien qu’Israël ne reconnaisse pas la légitimité de la CPI et n’en soit pas membre). Les trois juges de la Chambre de l’Instruction de la CPI doivent donc conclure très prochainement sur cette question de compétence.

Le quotidien Haaretz a révélé qu’Israël dressait secrètement une liste de ses propres agents, militaires et politiques, susceptibles d’être mis en cause par la CPI. La liste comprend actuellement entre 200 et 300 noms. En font partie des dirigeants de premier rang, comme Benjamin Netanyahou, et les anciens ministres de la Défense Moshe Ya’alon, Avigdor Lieberman et Naftali Bennett, ainsi que les chefs d’Etat-Major passés et présents Benny Gantz, Gadi Eisenkot et Aviv Kochavi, ou encore les patrons des services secrets Shin Bet et Mossad. Mais il y a également beaucoup de responsables de niveaux inférieurs impliqués dans les innombrables crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés en particulier à Gaza, que ce soit lors du massacre de l’été 2014 ou bien des centaines de manifestants désarmés lors des Marches du Retour de 2018.

Manifestant abattu lors d'une Marche pour le retour (archives)

En marge du sommet européen sur le plan de relance post-coronavirus et le budget à long terme (2021-2027) de l’Union Européenne, la police de Bruxelles a procédé hier vendredi 18, en milieu de journée, à l’arrestation de 8 Gilets jaunes venus manifester près du rond-point Schuman à Bruxelles. Les Gilets jaunes ont été arrêtés administrativement, ils n’avaient pas demandé d’autorisation pour manifester.

Policiers rond-point Schuman (archives)

Plusieurs anarchistes encourent de lourdes peines suite à leur arrestation dans le cadre d’une répression qui s’intensifie. Trois d’entre eux ont été interpellés pour des tags qui ont été qualifiés de “crimes graves”. Les tags incriminés sont : «sudah krisis, saatnya membakar ” (il y a déjà une crise, il est temps de brûler) et” melawan atau mati konyol » (combattre ou périr). Peu de temps après, deux autres anarchistes ont également été arrêtés par la police à Tangerang et Bekasi. Suite à leur arrestation, ils ont été frappés et torturés, ils ont eu la tête enveloppée dans des sacs en plastique et ont été gardés au commissariat en dehors de tout statut légal, sans que ni leurs proches ni leurs avocats ne puissent avoir des nouvelles ni intervenir. Ils font actuellement l’objet d’un procès dans lequel ils encourent jusqu’à 10 ans de prison. Deux autres, qui sont encore mineurs, sont déjà condamnés à 4 mois de prison (voir l’appel à la solidarité).

Un des tags incriminés