Demain lundi commence le procès, au Tribunal du Travail de Bruxelles, des chauffeurs de la STIB, sanctionnés par leur direction parce qu’en mai ils ont arrêté le travail, invoquant le droit de retrait, alors que leur direction refusait de discuter en CPPT, avec les représentants élus, des mesures de prévention à adopter. Alors que, suite à la pandémie, beaucoup de services au public étaientdevenus inaccessibles au public, les chauffeurs de la STIB devaient continuer à travailler, ce qu’ils acceptaient. Mais ils veulaient pouvoir le faire avec un maximum de sécurité, et dans un climat de concertation. Le mouvement a été suivi par plus de 1000 chauffeurs, une très large majorité. Le monde patronal prétend combattre l’idée qu’un “droit de retrait” existerait, en Belgique, alors qu’il est bien inscrit dans la loi. Il y aura un rassemblement, demain à 9h, place Poelaert, mais limité à 100 personnes.  Inscriptions: ici
Ces travailleurs ont une page FB et un fonds de soutien : ici