La 26e manifestation de fin de soirée dans le centre-ville de Montréal a tourné à l’émeute. Après des ordres de dispersion donnés par la police de Montréal samedi, peu après 23 h, des groupes de manifestants ont lancés des projectiles, dont des irritants chimiques et des bouteilles de bière, en direction des policiers. Des pare-brise de voitures de police ont été fracassés. Les forces de l’ordre ont procédé à 69 arrestations, notamment pour “agressions armées, voies de fait sur des policiers et incendie criminel”. La majorité des personnes appréhendées ont été remises en liberté avec des constats d’infraction. Un propriétaire de bar, interrogé par Radio-Canada, a raconté que les policiers étaient intervenus directement dans son établissement, utilisant même des gaz lacrymogènes pour déloger des clients de sa terrasse. Des serveuses ont aussi été incommodées par les gaz. Des images captées par la caméra de surveillance du bar le Saint-Bock montrent des policiers aspergeant des clients sur la terrasse.

Ce rassemblement fait suite à l’adoption, vendredi soir, d’une loi spéciale obligeant notamment les organisateurs de toute manifestation de 50 personnes ou plus à dévoiler leur itinéraire aux policiers huit heures à l’avance. Il survient également au lendemain de l’adoption d’un règlement municipal interdisant le port du masque par les manifestants. Les manifestants semblent manifester davantage en réaction à ces mesures législatives et réglementaires que contre la hausse des droits de scolarité. Des rassemblements ont eu lieu ailleurs dans la province. À Québec, des centaines de personnes ont défilé sans incident. Des parents et des professeurs étaient aux côtés des étudiants venus crier leur opposition à la loi 78. Une centaine de personnes ont aussi manifesté dans les rues de Sherbrooke pour dénoncer la loi spéciale.

manif26.jpg