De nouvelles manifestations avaient lieu mardi au Chili pour maintenir la pression sur le gouvernement du président conservateur Sebastian Pinera, au onzième jour d’un mouvement de contestation inédit contre les inégalités socio-économiques. Les manifestants se sont rassemblés sur l’emblématique Plaza Italia, dans le centre de Santiago, après un appel lancé sur les réseaux sociaux. “Pinera démission” pouvait-on lire sur une large banderole déployée par les manifestants. Comme la veille, des affrontements ont éclaté aux abords du rassemblement entre protestataires et forces de l’ordre, lorsque des manifestants ont tenté de se diriger vers le palais présidentiel, protégé par un large périmètre de sécurité. En raison des manifestations, le gouvernement chilien a renoncé à accueillir la 25e conférence mondiale sur le climat, la COP25, ainsi que le sommet de l’APEC, le forum de Coopération économique Asie-Pacifique, prévu mi-novembre à Santiago.

Les affrontements de mardi à Santiago