L’entreprise américaine Zoom reconnaît avoir accédé à des demandes du gouvernement chinois pour fermer les comptes de trois militants en Chine aux États-Unis et à Hong Kong qui voulaient utiliser son application de vidéo-conférence afin de commémorer la répression du mouvement de la place Tiananmen. Ces trois comptes avaient été supprimés mercredi 10 et jeudi 11 juin, sans explications. Zoom affirme que sa réponse “était un échec” et “n’aurait pas dû toucher des utilisateurs hors de Chine continentale”. Zoom continuera donc a supprimer les comptes de Chine continentale et a collaborer avec son gouvernement. Zoom fait régulièrement l’objet de critiques pour son manque de sécurité et ses collaborations avec les différents gouvernements et forces de répression du monde entier (voir notre article). Nous conseillons l’utilisation de Jitsi qui constitue une alternative sécurisée et permet de se prémunir contre l’espionnage policier. Pour nos conseils sur l’utilisation de Jitsi (alternative sécurisée à Zoom): ici

Logo Zoom