Un nouveau scandale d’écoutes illégales secoue la Colombie depuis les révélations de Semana, le 4 février, au terme d’une enquête de quinze mois. D’après l’hebdomadaire, les négociations de paix qui ont lieu à La Havane entre le gouvernement et les FARC auraient été espionnées par un centre d’écoutes illégales de l’armée, qui avait pour couverture un cybercafé de Bogotá.

En 2011, un scandale avait déjà conduit au démantèlement du DAS, le service des renseignements colombiens, accusé d’avoir mis sur écoutes nombre d’opposants au gouvernement et d’avoir transmis ces informations aux groupes paramilitaires. A la suite de ce nouveau scandale, le président Santos a démis deux généraux de leurs fonctions le 5 février. Il dénonce “les forces obscures” déterminées à miner le processus de paix qui pourraient être à l’origine de ces écoutes.

0502-une-colombie.jpg