Depuis que l’ex-chef de l’armée et actuel président Abdel Fattah al-Sissi a destitué l’islamiste Morsi en juillet 2013, le nouveau pouvoir réprime toute opposition. Après les islamistes (1.400 partisans de Morsi ont été tués), le pouvoir s’en est pris à l’opposition laïque et de gauche, emprisonnant des dizaines de jeunes militants, qui avaient en grande partie soutenu l’éviction de M. Morsi avant de se retourner contre les nouvelles autorités.

Vingt-trois militants ont été condamnés dimanche à trois ans de prison pour avoir participé à une manifestation non autorisée. Ils avaient été arrêtés en juin après avoir pris part à un rassemblement appelant à l’abrogation d’une loi controversée limitant le droit de manifester. Ils étaient accusés de “participation à une manifestation illégale, vandalisme et entrave au trafic routier”. Parmi les condamnés figurent deux célèbres militantes des droits de l’homme, Yara Sallam et Sanaa Seif, la soeur de Alaa Abdel Fattah, une figure de la révolte de 2011 et dissident de longue date actuellement jugée pour des chefs d’accusation similaires. Sanna Seif est en grève de la faim depuis près de deux mois.