Vendredi 12 juin, un policier d’Atlanta a abattu un homme noir au cours d’une arrestation pour conduite sous l’influence de l’alcool, déclenchant une nouvelle vague d’émeutes dans le pays. Le lendemain la population est descendue dans les rues bloquant l’Interstate 75/85. D’autres manifestant·es sont retourné sur les lieu du meurtre où des affrontements ont eu lieu avec la police.

À Seattle, les manifestant·es ont mis en place une “zone autonome” autour d’un commissariat de police fermé temporairement. La Zone Autonome de Capitol Hill s’étend sur 7 pâtés de maison et constitue une forme de commune expérimentant une forme nouvelle de société. La médecine et la nourriture y sont gratuites et la police y est interdite. Des potagers collectifs, des équipes médicales et de maintien de la paix ont été mises en place. Des personnes armées du mouvement sont présents à certains points de contrôle de la zone. Le président Trump est furieux et menace d’intervenir par la force pour reprendre le contrôle de la zone.

La commune de Seattle