Depuis des années, le collectif “Désarmons-les” mène en France un travail de documentation, de recensement et de partage de savoir autour des violences policières et des armes du maintien de l’ordre. Jeudi 3 décembre au tribunal de Montpellier, Ian, membre de ce collectif, se faisait juger sur la base d’un faux témoignage de policier. Ce dernier, après avoir maltraité une observatrice de la LDH au cours de la manifestation du 28 septembre 2019, en lui assénant des coups répétés de bouclier (affaire faisant l’objet d’une plainte à l’IGPN), s’était plaint de violences de la part de Ian, mais aussi d’outrage. Pour le déroulé des faits voir ici.
Une affaire somme toute banale qui ne laissait pas présager une condamnation aussi lourde : 8 mois de prison ferme et 600 euros au titre des dommages et intérêts pour une paume de main sur un bouclier, un outrage non caractérisé (“putes à Macron”), une de grenade lacrymogène déjà percutée emballée dans un sac en papier et un refus de prélèvement ADN. Ian a 10 jours pour interjeter l’appel, avec le risque que les institutions judiciaires engorgées de Montpellier sanctionnent cet appel d’une peine plus lourde encore.

Une image de l’arrestation de Ian