Vendredi soir un collectif de militant·es de Marseille Révoltée a saboté, détruit ou couvert de peinture, plusieurs dizaines de caméras dans le centre de Marseille, pour marquer leur opposition “à un monde contrôlé par des technologies intrusives au service d’une surveillance accrue de toute forme de contestation”.