Dans la nuit du 6 au 7 décembre 2019, juste avant l’acte 56 des manifestations de gilets jaunes, une patrouille de police découvre des inscriptions “ACAB”. La patrouille juge probable que ces tags soient le fait d’un homme seul à vélo. Mais dès le matin du 7 décembre, un commissaire divisionnaire obtient du parquet l’ouverture d’une enquête de flagrance. Il invoque des courriers anonymes de menaces reçus par des policiers ailleurs en France, et sur la foi d’un renseignement anonyme, il ajoute qu’un “groupe de black blocs” occuperait un dans un Airbnb de l’agglomération bordelaise à 1,5 km du lieu des tags. Ils “pourraient” donc, selon lui, « être les auteurs des dégradations et outrages commis au cours de la nuit et seraient également membres d’une association de malfaiteurs constituée en vue de commettre des exactions » contre des policiers.

Grâce à ces qualifications pénales, passibles de prison, les policiers peuvent investir l’Airbnb le 7 décembre et ils y arrêtent seize personnes. En perquisition, les policiers découvrent de l’acide chlorhydrique, du bicarbonate de soude, des clous, des bombes de peinture. Une enquête pour “association de malfaiteurs” et “dégradation de biens” est ouverte, les seize personnes sont mises en examen. Qualifiés tantôt de “black blocs”, d’”ultra-jaunes” et d’”anarcho-libertaires”, ces gardés à vue ont fait les gros titres de la presse française. Mais dans un arrêt rendu jeudi 18 mars, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux vient de déclarer cette opération de police abusive, compte tenu de la nature réelle des faits et faute d’indices suffisants pour les relier entre eux. Le tribunal ordonne l’annulation de l’ensemble de la procédure et la levée des mesures de contrôle judiciaire.