A Montpellier, lieu du rassemblement national, 14 personnes ont été interpellées et plusieurs personnes blessées. Dès le début de la manifestation, en début d’après-midi, plusieurs cordons de CRS ont encerclé les manifestants, barrant notamment l’accès à la gare, au centre commercial du Polygone et à la préfecture, et utilisant des gaz lacrymogènes. Certains manifestants, portant des masques à gaz, des casques ou des cagoules, ont de leur côté jeté des fumigènes et des pétards, pendant qu’une enceinte mobile crachait la musique de la saga “Star Wars”. A Strasbourg, quelques centaines de “gilets jaunes”, dont beaucoup venus de la Lorraine voisine, ont aussi répondu samedi à un appel régional à manifester dans la capitale alsacienne. Munis de pétards et de fumigènes, ils ont défilé bruyamment en début d’après-midi derrière une banderole proclamant “Vivre et non survivre, on ne lâche rien”, en scandant des slogans hostiles à Emmanuel Macron et criant “ça va péter”, “Révolution! “…”… A Toulouse, les manifestants ont d’abord emprunté des rues étroites du centre pour éviter les forces de l’ordre mais après deux heures de mobilisation, les CRS ont tiré des grenades lacrymogène. A Bordeaux, les gilets jaunes ont été rejoints par des manifestants kurdes.

Les gilets jaunes à Montpellier ce samedi