La police londonienne poursuit ses opérations pour ‘savoir qui sont tous ces gens’, c’est-à-dire ceux qui ont pris part, d’une manière ou d’une autre, aux événements qui se sont déroulés au début du mois d’août dans la capitale britannique. Rien qu’à Londres, 2000 arrestations ont été effectuées depuis le 4 août. Les forces de l’ordre ont annoncé être à la recherche de 30.000 personnes impliquées dans les perturbations. Le rapport public de la police métropolitaine affirme que 3296 crimes ont été enregistrés durant les troubles. Pour en trouver les auteurs, elle dispose de plus de 40.000 heures de vidéos provenant de caméras de surveillance qui seront entièrement examinées dans le cadre d’une enquête qui prendra des années. En attendant, les forces de l’ordre sont complètement déchaînées et totalisent plus de cent arrestations quotidiennes. Le commissaire Nick Sedgemore qui dirige certaines de ces rafles: ‘Nous allons les attraper tous, jusqu’au dernier, et les poursuivre aussi sévèrement que la loi le permet… Cela ne nous dérange pas de criminaliser une section de la société. Nous en sommes pas ici pour nous faire aimer, mais pour nous faire respecter… Nous en avons assez. Et nous allons leur faire un peu peur.’ Les actions policières visent essentiellement les communautés de la classe ouvrière de la banlieue de Londres et font principalement suite à des dénonciations, des ouïes-dires de ‘sources secrètes”. Les médias sont par ailleurs toujours prévenus, et donc présents pour filmer les rafles, leur préparation et l’embarquement des jeunes dans les fourgonnettes de police.