En juin 2012, les forces de sécurité ont tué 17 autochtones, appelés Adivasis, dont sept enfants, dans le village de Sarkeguda, dans le district de Bijapur (État de Chhattisgarh), les accusant d’être des maoïstes. Les forces de sécurité avaient encerclé des villageois réunis pour la fête traditionnelle de Beej Pondum et ouvert le feu vers 10 heures. Lorsque les tirs ont cessé, les forces armées ont commencé à frapper les gens avec leurs armes. Le Chhattisgarh est riche en ressources minérales et la reprise de l’activité minière a déplacé des milliers d’Adivasis. L’État est devenu le bastion de l’insurrection maoïste et le gouvernement y a déployé des dizaines de milliers de soldats. Plus de 1 000 personnes ont été tuées lors de prétendues fusillades avec des maoïstes, mais les Adivasis allèguent que bon nombre d’entre elles sont des assassinats purs et simples. Des militants des droits de l’homme et des journalistes ont été visés pour avoir signalé les abus et les homicides.

La commission judiciaire, dirigée par le juge VK Agrawal, a finalement établi que les villageois se réunissaient dans un champ ouvert adjacent au village, et non dans la forêt dense, comme l’ont affirmé des policiers. La commission a déclaré que les tirs étaient unilatéraux, effectués uniquement par les forces de police paramilitaires de la Réserve centrale (CRPF) et la police locale. Ces tirs étaient tellement indifférenciés que six policiers et paramilitaires ont été blessés par des “tirs amis” (et non par des tirs maoïstes comme ils l’ont prétendu). Dans son rapport, la commission a également nié que les personnes tuées dans cet incident aient eu un quelconque lien avec les maoïstes.

Le massacre de Sarkeguda