Le secrétaire d’Etat à l’éducation a déclaré que le gouvernement ne supporterait plus que les enseignants refusent de reprendre leur travail, en dépit de l’émission d’une ordonnance judiciaire. “Tous les enseignants qui n’ont pas repris leurs fonctions et qui souhaitent garder leur poste doivent le faire demain (mardi), à la première heure. Si vous ne choisissez pas de rester au travail, vous vous êtes vous-mêmes licenciés. Et nous prendrons les mesures disciplinaires requises,” a-t-il déclaré hier lors d’une conférence de presse à Nairobi.

Il a indiqué que le gouvernement lancerait vendredi le processus d’embauche de nouveaux professeurs afin de réduire la charge de travail du personnel enseignant. Le gouvernement et le syndicat Kenya National Union of Teachers (KNUT) ne sont pas parvenus à un accord sur une hausse des salaires. Plus de 260.000 enseignants du primaire et du secondaire exigent une harmonisation de leur salaire avec celui des autres fonctionnaires publics, une hausse de 300% de leur paie et des indemnités de responsabilités de 30 à 50% pour les proviseurs et les professeurs principaux, ainsi qu’une augmentation des retraites du secteur.

enseignants en grève au Kenya

enseignants en grève au Kenya