Kamal Ammari, un activiste du mouvement du 20 février, est mort à l’hôpital de Safi, une cette ville située à 350 kms au sud de Casablanca, où il agonisait après avoir été battu à mort par la police dimanche dernier, lors d’une manifestation. Une vidéo le montre agonisant, le visage enflé par les coups, couvert d’ecchymoses. Le parquet de Safi parle déjà de “crise cardiaque”. La famille a démenti.

kamalammari.jpg