Une longue journée de manifestations a eu lieu à Quintana Roo (Cancun), contre les fémicides de trois femmes dans cette ville le week-end dernier, et notamment celui de Blanca Alexis, une jeune fille de 20 ans assassinée avec une violence extrême. Des militants, des membres d’organisations civiles de défense des femmes, des étudiantes et des féministes ont participé à une série de manifestations sous les slogans “#JusticiaParaAlexis y #QuintanaRooFeminicida”. Au cours de la marche, des jeunes femmes vêtues de noir ont tagué des façades et attaqué quelques vitrines, avant d’arriver au palais municipal, dont l’accès était barricadé de plaques de contreplaqué. Les manifestantes ont lancé des projectiles contre les fenêtres du palais municipal puis entrepris de démolir ces plaques. À ce moment, des agents anti-émeute sont apparus armés de pistolets et de fusils de chasse et ils ont commencé à tirer en l’air pour disperser les manifestants. Deux journalistes ont été blessés par balle (soit qu’un policier a tiré dans la foule, soit qu’il y ai eu des ricochets).

Pendant ce temps, à Chetumal, des membres du collectif Marea Verde ont manifesté dans les locaux du bureau du procureur général de l’État. À Cozumel, un autre groupe de féministes a manifesté devant les installations du FGE pour demander justice pour Alexis et demander aux autorités de garantir la sécurité des filles, des adolescentes et des femmes adultes dans tout l’État. À Felipe Carrillo Puerto, de jeunes militants ont défilé vers les bureaux du parquet adjoint de la zone maya pour demander des éclaircissements sur les morts violentes de femmes à Quintana Roo.