Accueil > Dossiers > Turquie-Kurdistan > Turquie : 2e jour de manifestation anti-FMI

7 octobre 2009

Turquie : 2e jour de manifestation anti-FMI

La police d’Istanbul a utilisé pour la deuxième journée consécutive canons à eau, gaz lacrymogène et véhicules blindés pour disperser mercredi une manifestation contre le FMI et la Banque mondiale, qui achevaient leur réunion annuelle dans la métropole turque. Les policiers anti-émeutes ont chargé les manifestants qui s’étaient rassemblés dans le quartier de Pangalti, sur la rive européenne de la métropole, scandant ’Va-t-en FMI, ce monde nous appartient’ alors qu’ils voulaient marcher en direction du centre de congrès, à quelques centaines de mètres du lieu de la manifestation, où se tenaient les réunions. Les manifestants, pour la plupart masqués, et membres d’organisations révolutionnaires, ont répliqué avec des pierres et des frondes lançant des billes de métal.

Tout comme la veille, un groupe d’une centaine de manifestants ont saccagé à coups de barres de fer et de pierres au moins cinq succursales bancaires, un supermarché et un fast-food, dans le centre-ville, avant de perturber la circulation sur une autoroute périphérique, sans que la police n’intervienne. Les manifestants s’en sont aussi pris sur cette route à une voiture de police qu’il ont pris pour cible avec des pierres. Un policier à bord du véhicule a réagi en tirant des coup de feu en l’air par la fenêtre. La police a procédé mercredi à 25 interpellations, qui viennent s’ajouter à 103 arrestations réalisées la veille, a affirmé le gouverneur d’Istanbul, Muammer Güler. La réunion annuelle du Fonds Monétaire International et de la Banque mondiale s’est achevée ce mercredi. Environ 10.000 policiers et 1.600 vigiles ont assuré la sécurité de la réunion.

On a en outre appris qu’un militant est décédé durant la manifestation d’hier (video). Ishak Kalvo est décédé suite une attaque cardiaque quand la police a pénétré dans l’avenue piétonnière Istiklal, dans le centre d’Istanbul, qu’elle a copieusement arrosée de gaz lacrymogènes. Une ambulance avait réussi à prendre en charge le militant âgé de 55 ans, mais étant donné la fermeture des rues il n’est pas arrivé à l’hôpital et est décédé.

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?