Les autorités israéliennes ont entamé des démarches pour expulser l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, arrêté brièvement au début de l’été (voir notre article). Salah Hamouri est accusé par Israël – malgré ses dénégations – d’être membre du Front populaire de libération de la Palestine. Il avait été arrêté le 30 juin à Jérusalem, puis libéré après une semaine de détention (voir notre article). Pour être libéré, Salah Hamouri, qui défend comme avocat des prisonniers palestiniens, a dû payer une caution, s’engager à ne pas parler pendant trois mois à certaines personnes et se tenir prêt à se rendre “disponible pour d’éventuelles convocations de la justice”. Mais, jeudi 3 septembre, le ministre israélien de l’Intérieur Arié Dery, figure de proue du parti ultra-orthodoxe Shass, a informé Salah Hamouri de son intention de “révoquer son statut permanent en Israël”.  Les Palestiniens nés à Jérusalem (et c’est le cas de Salah Hamouri) n’ont pas la nationalité israélienne, à moins d’en faire la demande, mais bénéficient d’un permis de résidence permanent les autorise à vivre et travailler sur le territoire. Sans ce permis, Salah Hamouri serait donc expulsé et contraint à l’exil.

Salah Hamouri