Un garde de sécurité a porté plainte contre plusieurs responsables de la police et de l’armée pour torture, arrestation illégale, “machination incriminante” et parjure. Panesa avait été arrêté par des militaires de la 2e Division d’infanterie de l’Armée et de la Police nationale des Philippines le 5 octobre 2012. Les militaires l’ont soupçonné d’être “Benjamin Mendoza” un commandant de la NPA dans la région Tagalog du Sud dont la tête est mise à prix. Panesa avait été blanchi et libéré contre l’avis de l’armée par un tribunal.