Les autorités judiciaires américaines ont annoncé mardi l’inculpation de cinq hackers. Un sixième homme, présenté comme le créateur de LulzSec, Hector Xavier Monsegur, 28 ans, arrêté en juin 2011 à New York, a plaidé coupable en août 2011 et coopère à l’enquête. Vivant à New York, connu comme “Sabu”, il est présenté comme un membre influent d’Anonymous, d’Internet Feds et le fondateur de LulzSec. Il avait, entre décembre 2010 et juin 2011, participé à des attaques informatiques contre les gouvernements tunisien, algérien, yéménite et du Zimbabwe. En décembre 2010, il avait également été impliqué dans le piratage des sites des cartes de crédit Visa, Mastercard et PayPal. Il risque jusqu’à 124 ans et six mois de prison.

Parmi les cinq inculpés figurent deux Britanniques, identifiés comme Ryan Ackroyd, alias “Kayla”, 23 ans, de Doncaster, et Jake Davis, alias “Topiary”, 29 ans, de Lerwick. Deux autres sont des Irlandais, Darren Martyn, 25 ans, de Galway, et Donncha O’Cearrbhail, 19 ans, de Birr, tandis que le cinquième est un Américain arrêté mardi soir à Chicago, Jeremy Hammond, membre d’AntiSec, 27 ans. Ackroyd, Davis, Martyn et O’Cearrbhail sont qualifiés de membres d’Anonymous, d’Internet Feds, et de membres fondateurs de LulzSec (à l’exception d’O’Cearrbhail). Ils sont accusés du piratage de la Fox Broadcasting Company, Sony Pictures et PBS. Davis est qualifié de “porte-parole” d’Anonymous et d’Internet Feds. Les trois premiers risquent jusqu’à 20 ans de prison. O’Cearrbhail, alias “Palladium”, accusé d’avoir secrètement fait intrusion dans une conférence téléphonique entre le FBI et la Garda irlandaise consacrée à l’enquête sur Anonymous et ses groupes affiliés le 17 janvier, risque jusqu’à 15 ans de prison.

Hammond, alias “Anarchaos”, qui risque également 20 ans de prison, fait quant à lui l’objet d’une inculpation séparée. Il est accusé d’avoir participé à l’attaque en décembre dernier contre la société américaine privée de renseignement et d’analyse stratégique, Strategic Forecasting Inc (Stratfor), qui aurait affecté jusqu’à 860.000 personnes. Il aurait alors volé les données des cartes de crédit de 60.000 personnes et utilisé avec des complices certaines de ces données pour des dépenses de plus de 700.000 dollars. En février, WikiLeaks avait annoncé la publication de cinq millions de courriels de cette société, levant le voile sur le monde opaque et rentable des agences privées du renseignement.