Accueil > Dossiers > Allemagne

Allemagne

27 janvier 2018

Allemagne : La police disperse la manifestation kurde de Cologne

La police allemande a ordonné aujourd’hui samedi la dispersion à Cologne d’une manifestation de Kurdes contre l’offensive turque en Syrie en raison de la présence dans le cortège de symboles, interdits en Allemagne, du PKK. La manifestation à laquelle participaient plus de 14.000 personnes a été stoppée et dispersée après que plusieurs manifestants ont montré des drapeaux à l’effigie du dirigeant historique du PKK Abdullah Öcalan. Deux personnes ont été interpellées.

La manifestation de Cologne La manifestation de Cologne

Tags de cet article: - - - Nos sources
12 janvier 2018

Allemagne : Un haut dignitaire iranien échappe à la justice

L’ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi a quitté d’urgence jeudi matin l’hôpital de Hanovre où il séjournait depuis le mois dernier pour une tumeur au cerveau, escorté par des forces de sécurité allemandes. Il s’est envolé quelques heures plus tard vers Téhéran depuis l’aéroport de Hambourg, bénéficiant d’un accès séparé à l’avion où une demi-douzaine de places avaient été réservées en classe affaires. Les protestations spontanées d’exilés iraniens sur place n’ont pas empêché ce départ.

Ce proche du guide suprême de la révolution Ali Khamenei a été à la tête durant vingt ans de la justice iranienne. 2000 personnes dont des enfants ont été exécutés lorsqu’il était aux responsabilités. La torture était couramment utilisée. Le dépôt de plusieurs plaintes en Allemagne pour crimes contre l’humanité a conduit le parquet fédéral à se saisir du dossier. Une demande de mandat d’arrêt aurait pu empêcher le débat de l’ayatollah Shahroudi d’Allemagne, mais la justice devait encore examiner les plaintes déposées.

Mahmoud Hashemi Shahroudi Mahmoud Hashemi Shahroudi

Tags de cet article: - - Nos sources
9 janvier 2018

Allemagne : Relance de la polémique autour de la loi sur les réseaux sociaux

Berlin a ouvert la porte ce lundi à une modification d’une nouvelle loi très controversée visant à faire la police sur les réseaux sociaux. Cette loi, l’une des plus stricts en Europe sur le sujet, oblige les plateformes d’échange telles que Twitter, Facebook ou YouTube à supprimer les messages au contenu incitant à la haine, passibles de poursuites pour diffamation ou véhiculant de fausses informations. Elles doivent le faire dans un délai de 24 heures après avoir été alertées par des utilisateurs, sous peine d’amendes pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros.

Les plateformes ont vigoureusement protesté l’an dernier contre cette initiative, prise notamment après une accumulation de commentaires haineux sur Internet en Allemagne consécutive à l’arrivée de plus d’un million de migrants en 2015 et 2016. Les détracteurs de la loi dénoncent un texte qui aboutit à restreindre la liberté d’expression et à confier aux géants de l’internet le rôle de censeur. La controverse a été relancée au cours du week-end lorsque l’initiateur de la législation, le ministre allemand de la Justice Heiko Maas, a vu l’un de ses tweets supprimé en vertu du texte. Le tweet en question remontait à 2010, à une époque où il n’était pas encore ministre. Heiko Maas s’en était pris à un essayiste à succès néo-conservateur en Allemagne en le traitant de "crétin".

Heiko Maas Heiko Maas

Tags de cet article: - - Nos sources
4 janvier 2018

Allemagne : Gulaferit Unsal est libre !

Gulaferit Unsal est une militante d’origine turque qui menait une activité syndicale à Ankara jusqu’en 1992. Après avoir été persécutée et emprisonnée, avec son mari, en Turquie, elle avait quitté le pays et fait une demande d’asile en Allemagne en 1999. De 2001 à 2011, elle a vécu à Thessalonique en Grèce avant d’y être arrêtée en juillet 2011 sur base d’un mandat d’arrêt émis par l’Allemagne, l’accusant d’appartenir au DHKP-C. Le mois suivant, elle avait été déportée vers l’Allemagne (voir l’article que nous avions écrit à l’époque) et condamnée à une peine de prison ferme. Après sept années de résistance (Gulaferit a mené plusieurs grèves de la faim dont une en 2015 (voir notre article) contre la censure de son courrier) et d’emprisonnement, elle vient d’être libérée.

Gulaferit Unsal Gulaferit Unsal

19 décembre 2017

Allemagne : Avis de recherche contre les émeutiers du noG20

Hier lundi 18 décembre, les policiers allemands de la commission spéciale "Black bloc" ont tenu une conférence de presse ont lancé un appel public à la délation. Ils ont mis en ligne sur leur site des photos et vidéos de personnes soupçonnées d’avoir pris part aux émeutes du G20 à Hambourg. Ils font ainsi recours à des auxiliaires de police bénévoles pour identifier d’éventuels protagonistes de 100 délits commis durant ces trois journées de révolte. Sur son site, la police d’Hambourg regroupe les personnes recherchées en cinq domaines d’enquête : "Rondenbarg" (quartier de Hambourg) ; "Elbchaussee" (autre quartier de Hambourg) ; "Welcome to Hell" (manifestation du premier jour du NoG20) ; "Pillages et jets de bouteilles". Un rappel à la prudence est de mise : ne discutez de la participation de personne aux émeutes ni surtout de la présence de telle ou telle personne sur le site de la police, sauf à la personne concernée et de vive-voix.

Avis de recherche contre... les principaux acteurs de la répression du NoG20 Avis de recherche contre... les principaux acteurs de la répression du NoG20

Tags de cet article: - Nos sources
8 décembre 2017

Allemagne : Opérations policières suite au G20

Les forces des polices d’enquête criminelle (LKA) dans plusieurs états ont perquisitionné 25 immeubles à travers l’Allemagne. Les raids ont eu lieu dans les États de Hambourg, Berlin, Hesse, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Bade-Wurtemberg, Saxe-Anhalt, Rhénanie-Palatinat et Basse-Saxe sous les auspices d’une commission spéciale de 170 membres qui a été formée en juillet après les affrontements du G20 dans le quartier de Bahrenfeld à Hambourg. Les enquêteurs ont passé les six derniers mois à parcourir des milliers de vidéos, d’images et d’images de surveillance prises pendant les réunions.

Les actions de la police mardi ont impliqué 583 officiers et ont ciblé 22 suspects différents. La police a déclaré avoir ouvert 678 enquêtes sur des personnes impliquées dans les incidents de juillet, dont 372 noms connus et 306 non encore identifiés. Quelque 113 policiers accusés d’inconduite dans les missions du G20 font également l’objet d’une enquête.

Hambourg pendant le G20 Hambourg pendant le G20

Tags de cet article: - Nos sources
3 décembre 2017

Allemagne : Affrontement entre antifas et policiers autour du congrès de l’AfD

La police allemande a utilisé à Hanovre des canons à eau, samedi, pour disperser les milliers de manifestants qui ont tenté de bloquer l’accès au centre où le parti nationaliste Alternative pour l’Allemagne (AfD) tient son congrès. Les affrontements entre policiers et antifascistes ont retardé le début du rassemblement de l’AfD. Dix antifascistes ont été temporairement placés en détention alors que plusieurs policiers et un manifestant ont été légèrement blessés. AfD a récolté près de 13% des voix lors des élections législatives du 24 septembre, ce qui en fait le troisième parti en importance au Bundestag.

A Hannovre ce samedi A Hannovre ce samedi

1er décembre 2017

Allemagne/Turquie : Libération de Mehmet Yeşilçalı, un des 10 prisonniers de l’ATIK

Mehmet Yeşilçalı, un des 10 prisonniers révolutionnaires de l’ATIK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe), vient d’être libéré !
Il avait été arrêté avec 9 autres camarades en avril 2015 lors d’opérations simultanées en Allemagne, en Suisse, en France et en Grèce. Ces 10 prisonniers sont poursuivis pour appartenance supposée au TKP/ML, grâce à la loi 129 a/B du code pénal allemand qui permet d’entamer des poursuites pour "appartenance à organisation terroriste" même si l’organisation n’est pas considérée comme terroriste en Allemagne.
Mehmet Yeşilçalı est libéré pour des raisons de santé. En effet, son état s’était fortement dégradé en prison, entre autre dû à la torture subit en Turquie (voir notre article).

Mehmet Yeşilçalı (au centre) à sa sortie de prison le 1er décembre 2017. Mehmet Yeşilçalı (au centre) à sa sortie de prison le 1er décembre 2017.

Tags de cet article: - - - Nos sources
28 novembre 2017

Allemagne : Fabio, prisonnier du G20, libéré sous caution

Fabio Vettorel, jeune militant italien arrêté lors des manifestations contre le G20 de Hambourg à été libéré. Il n’a tout de fois pas le droit de quitter la ville et a du payer une caution de 10’000 euros. Fabio avait choisi d’assumer son choix de venir à Hambourg comme un acte politique. Il a déclaré devant le tribunal :
« Le choix de venir à Hambourg a été celui d’une prise de parti. Le choix d’être du côté de ceux qui demandent des droits et contre ceux qui veulent leur retirer. Le choix d’être du côté de tous les oppressés du monde et contre les oppresseurs. Le choix de combattre les puissants, grands et petits, qui utilisent le monde comme si c’était leur jouet et qui ne se soucient pas du fait que c’est toujours la population qui en fait les frais. J’ai fait mon choix et je n’ai pas peur s’il doit y avoir un prix à payer injustement. »

Fabio Vittorel Fabio Vittorel

Tags de cet article: - - Nos sources
29 octobre 2017

Allemagne : Arrestation de deux membres présumés d’ETA

Deux membres présumés d’ETA ont été arrêtés ce vendredi matin à Berlin par la police allemande en collaboration avec la Guardia Civil espagnole. Les deux hommes, de 29 et 37 ans, qui portaient des faux papiers, étaient recherchés pour des actions réalisées par ETA en 2007 contre des banques et des voies de chemin de fer, ils étaient visés par un mandat d’arrêt franco-espagnol les accusant de « terrorisme » et « d’appartenance à une organisation terroriste ». Ils vont prochainement être présentés à un juge qui décidera ensuite de leur extradition ou non vers l’Espagne.

Fresque pour ETA Fresque pour ETA

Tags de cet article: - - - Nos sources

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 280

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?