L’entreprise italienne “Hacking Team” qui vend aux états des logiciels leur permettant d’espionner des populations entières a été piratée ce dimanche 5 juillet. 400Go de données confidentielles ont été diffusées librement sur la toile : e-mails et notes internes, et codes sources de logiciels espions. Les pirates ont également renommé le compte Twitter de l’entreprise en “Hacked Team” et remplacé la présentation de la Hacking Team : “Développe des technologies offensives inefficaces et dont il est facile de prendre le contrôle afin de compromettre les opérations mondiales du maintien de l’ordre et de la communauté des renseignements”.

Le produit phare de Hacking Team, c’est RCS (Remote Control System) qui permet d’infecter Windows, Mac OSx, Android et iOS sans être détecté par les antivirus. RCS permet d’intercepter des SMS, e-mails, conversations Skype, clés de chiffrement,… Comme toutes les boites d’espionnage privées, Hacking Team prétendait prendre un soin particulier de ne pas fournir de cyber-armes à des pays dictatoriaux et à ne pas aider à l’espionnage de journalistes ou de militants des droits de l’homme. Il apparaît selon les premières analyses des documents fuités que de tels espionnages ont bien eu lieu au Maroc, au Soudan, en Turquie, en Thailande, au Nigeria, au Mexique, ainsi que dans des pays qui ne sont pas considérés comme des dictatures par les analystes, aux Etats-Unis, en Espagne, en Australie, … Hacking Team avait précédemment juré ne pas vendre de cyber-armes au Soudan. Il apparait qu’ils ont pourtant négocié un contrat à €480.000 avec ce pays.

Hacking Team devient Hacked Team

Hacking Team devient Hacked Team