Bahreïn a annoncé samedi avoir retiré leur nationalité à 72 citoyens qui “ont nui aux intérêts du royaume”, théâtre depuis 2011 de troubles essentiellement animés par la majorité chiite qui réclame une monarchie constitutionnelle. Cette décision, qui a fait l’objet d’un décret, s’inscrit dans le cadre des mesures prises pour “préserver la sécurité et la stabilité et lutter contre les dangers et les menaces terroristes”.