Les dirigeants d’Europol, du FBI, de la police australienne ont révélé les dessous d’une opération baptisée “Trojan Shield”. Ces services ont spéculé sur le fait qu’après le démantèlement en juillet 2020 de la plateforme de communication chiffrée EncroChat  (voir notre article) et le blocage des communications par Sky ECC, les opérateurs d’activités illicites allaient chercher un nouvel outil. Une application de messagerie et de voix sur IP chiffrée (comme Signal ou Telegram) fonctionnant sur des téléphones personnalisés a donc été secrètement conçue par la police australienne et opérée par le FBI. Ces smartphones spéciaux étaient vendus environ 2000 dollars au marché noir avec seulement trois fonctionnalités : envoyer des messages, faire des vidéos et brouiller la voix.

Le smartphone a été poussé de façon assez subtile avec des “criminels influenceurs” pour paraitre crédible. Le service de messagerie était déguisé en application de calculatrice et il suffisait de taper un code pour y accéder. Dénommé Anom, ce service a été utilisé sur plus de 12 000 appareils appartenant à au moins 300 réseaux jugés criminels dans plus de 100 pays. Plus de 27 millions de messages ont ainsi pu être analysés en dix mois, avant que les forces de police passent à l’action dans 16 pays. Cette opération a débouché sur plus de 800 arrestations et la saisie de plus de 8 tonnes de cocaïne, 22 tonnes de cannabis, 8 tonnes d’amphétamine et méthamphétamine, 250 armes à feu, 55 véhicules de luxe et plus de 48 millions de dollars en devises et crypto-monnaies.