En cas de crise majeure, l’armée française peut engager 10.000 hommes sur le territoire national, selon une instruction interministérielle datée du 3 mai 2010, et révélée dans le dernier numéro d’Armées d’aujourd’hui, une des publications officielles du ministère de la Défense.

Cette instruction a été rédigée, avec le concours des ministères de l’Intérieur et de la Défense, par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN). Le SGDSN est notamment chargé de la planification des plans de réponses aux crises : plan Vigipirate et ceux de la famille “Pirate” (Piratair, Pirate-mer, NRBC …).

Le directeur de la protection et de la sécurité de l’Etat au SGDSN, a défini une crise majeure comme “un évènement – pandémie, attaque terroriste, catastrophe, crise d’ordre public – dont la gravité et la portée conduisent les autorités gouvernementales à activer le dispositif interministériel de crise”.

Une étude confiée, après les émeutes des banlieues de 2005, à la société privée Eurocrise par la Délégation aux affaires stratégiques (Das) du ministère de la Défense souligne que “l’idée du caractère quasi inéluctable d’un engagement des forces terrestres sur le territoire national dans des circonstances exceptionnelles semble gagner du terrain”.