Pour la grande manifestation de l’Acte 44, ce samedi 14 septembre à Nantes, les organisateurs annonçaient un défilé festif, dynamique, et populaire, dans un esprit de convergence des luttes. Pendant plusieurs semaines, un homard en papier mâché, à la façon des chars de carnaval, était préparé patiemment. La figure en carton de deux mètres d’envergure devait s’installer en tête du défilé, allusions aux dépenses somptuaires de François De Rugy. Samedi midi, alors que le homard était transporté en direction de la manifestation, pas moins de 15 agents de la BAC, cagoulés et très énervés ont encerclé le camion et ses occupants. Et en renfort, une compagnie de policiers en tenue anti-émeute.  Après avoir détruit la sculpture en papier, les agents ont fouillé, molesté et arrêté les personnes présentes. Clefs de bras, brimades, et menaces du genre : « on va te faire fermer ta gueule ». 3 personnes ont été enlevées , sans motif, et emmenées en cellule. Le véhicule a été saisi, en dehors de toute procédure, par les autorités.

Et ce n’est pas fini. Le lendemain, les gardes à vue des trois personnes arrêtées ont été prolongées sur ordre du parquet ! 48H enfermées en cellule pour un homard en papier. Pire : hier après-midi, les autorités faisaient savoir qu’elles voulaient les poursuivre pour “association de malfaiteurs”, une qualification prévue à l’origine pour le grand banditisme. Deux personnes trouvées plus tôt dans la matinée avec des parapluies seraient aussi concernées par ces poursuites délirantes. 3 personnes risquent donc de passer en procès aujourd’hui pour avoir transporté un homard en papier mâché après avoir passé deux jours enfermées.

Le fameux homard