Les grévistes bloquant le dépôt de la raffinerie de Granpuits avaient été réquisitionnés, vendredi matin, par arrêté préfectoral pour reprendre le travail obligeant ainsi au déblocage du site. Des heurts avaient alors eu lieu entre grévistes venus protéger le piquet de grève et gendarmes mobiles (trois blessés). Dans l’après-midi, l’intersyndicale du site lançait une procédure en référé auprès du Tribunal administratif de Melun pour faire annuler l’arrêté de réquisition.

Dans la soirée, le Tribunal administratif suspend l’arrêté préfectoral estimant qu’il porte “une atteinte grave et manifestement illégale au droit de grève”. Ceci en raison du fait, notamment, que le préfet avait réquisitionné la quasi-totalité des effectifs, établissant, de fait, une journée de travail normale. Cependant le juge administratif a précisé que cette décision ne retirait pas au préfet le pouvoir d’user de son droit de réquisition dans les limites prévues par la loi. Dès 23h30, le préfet de Seine-et-Marne a pris un autre arrêté de réquisition “plus motivé et circonstancié”.

grève à la raffinerie de grandpuits

grève à la raffinerie de grandpuits