Des affrontements ont marqué samedi des manifestations de l’Acte 46 des gilets jaunes à Toulouse et Montpellier, deux bastions du mouvement. A Toulouse, le cortège s’était élancé à 14h, comme tous les samedis sans interruption depuis le début du mouvement, derrière une banderole proclamant “Marre de survivre. On veut vivre”. Les premières salves de gaz lacrymogènes ont été lancées peu après leur arrivée sur la place du Capitole, où se déroulait une manifestation dédiée aux seniors. L’intervention, qui a noyé la place sous un épais nuage de fumée, a créé des mouvements de panique parmi les badauds. Aux cris de “Anticapitaliste”, les 2000 manifestants s’étaient auparavant arrêtés devant un Mc Donald’s, où un parasol a été enflammé. Des tags, “Toc Toc Moudenc” (Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse), “Nos désirs sont désordre” ont aussi été inscrits sur la façade de l’hôtel de ville. Les gilets jaunes ont ensuite repris leur marche, avant que les forces de l’ordre ne tirent à nouveau des gaz lacrymogènes, puis fassent usage du canon à eau pour les disperser. Dans un communiqué, l’Observatoire des pratiques policières (OPP) de Toulouse, co-parrainé par la Ligue des droits de l’homme, a fait part d’un nouveau blessé parmi ses membres, par les forces de l’ordre.

Des heurts se sont aussi produits à Montpellier, où selon la police, quatre policiers ont été légèrement blessés et neuf manifestants interpellés, pour jets de projectiles, outrages, menaces, injures et rébellion. Les échauffourées ont opposé dans le centre les forces de l’ordre à quelques centaines de gilets jaunes. Des poteaux métalliques arrachés, ainsi que des chaises de bars et de restaurants, ont été utilisés comme projectiles. À Bordeaux, des Gilets jaunes, pour la plupart sans gilet, ont défilé samedi dans le sillage de la manifestation pour le droit à l’avortement.  À Paris, des centaines de Gilets jaunes se sont glissés devant la 21e Techno Parade à Paris, ralentissant le cortège de “teufeurs” dédié cette année à Steve, le jeune homme mort à Nantes lors d’une Fête de la musique, suite à une charge policière.

Le rassemblement précédant la manifestation à Toulouse