Philippe Santini, directeur général de la régie publique, à l’origine d’une “prise d’otage fictive” sur les cadres de son groupe, a finalement été condamné pénalement et de manière définitive par la chambre criminelle de la Cour de cassation le 7 avril dernier pour “complicité de violences aggravées, avec préméditation et usage ou menace d’une arme…”

Les 25 et 26 octobre 2005, Philippe Santini organise un séminaire au château de Romainville. Son comité de direction (13 personnes) pense assister à une classique réunion où l’on va débattre de la manière de mieux commercialiser les écrans de pub de France Télévisions. Vers 18 heures, la réunion est brutalement interrompue par l’irruption de neuf personnes cagoulées, armées de fusil, d’armes automatiques et de poing. Les preneurs d’otage sont en treillis et agressent verbalement les employés et se mettent à hurler : “Tout le monde à terre, les mains dans le dos, face contre terre !” Ils se revendiquent des “Marins du syndicat des travailleurs corses” et exigent une rançon et la diffusion d’une cassette vidéo au journal de France 2 le soir même. Les employés sont menottés et on leur passe des cagoules. La directrice commerciale adjointe, prise de panique à l’idée d’être encagoulée car elle est claustrophobe, est évacuée en état de choc, elle est évacuée de la salle.

Il ne s’agissait que d’une “mise à l’épreuve face au stress”, commanditée par Philippe Santini auprès d’une société (A.R.M.) composée d’anciens membres du GIGN. Mais les dégâts psychologiques sont considérables. La mise en scène devait durer deux heures. Elle a été écourtée à 1 h 15 car deux cadres, qui avaient tenté de prendre la fuite, ont été manu militari remis à leur place.

La suite managériale de cette mise en scène est intéressante. Un cadre, (le numéro 2 de la régie) a fait partie de ceux qui se sont rebellés contre les preneurs d’otage et qui ont tenté de s’enfuir. Lors du “debriefing”, son comportement a été stigmatisé comme “susceptible de mettre en danger la vie d’autrui”, et il a fait l’objet d’une évaluation et d’un score de performance jugé incompatible “par rapport aux compétences exigées aux besoins de l’entreprise afin de valider son évolution professionnelle en tant que responsable managérial”… Il a été licencié le 18 mai 2006 pour “profondes divergences de vue dans la stratégie et l’organisation de l’entreprise.” six mois après le séminaire. C’est lui qui a porté l’affaire devant les tribunaux.