Une Gilet jaune a été arrêtée, samedi 12 décembre à Paris, lors d’une manifestation contre la loi “sécurité globale”. Les policiers l’accusent de commander le black bloc avec son parapluie arc-en-ciel. La militante a été présentée mardi 15 décembre à un juge d’instruction parisien après quarante-huit heures de garde à vue. Elle a été mise en examen pour “participation à un groupement formé en vue de préparer des violences ou des destructions ou dégradations et détention non autorisé d’armes de catégorie A”. Cette militante, surnommée Moun, brandit son parapluie arc-en-ciel depuis un an, en hommage aux manifestant·es de Hong Kong.

Une autre militante Gilet Jaune, Mélanie Goye, a, elle, passé 70 heures en garde-à-vue pour avoir brièvement tenu le parapluie arc-en-ciel Moun alors que cette dernière remettait son sac à dos durant une manifestation. Les policiers l’ont empêchée de voir son avocat, de dormir et d’accéder librement aux toilettes. Ils également menti sur le procès verbal de la première audition, affirmant qu’elle était accompagnée d’un avocat. Des rassemblements en solidarité avec Moun était prévus aujourd’hui dans plusieurs ville de France. L’appel a été bien suivi.

Une marée de parapluie arc en ciel en soutien à Moun

Une marée de parapluie arc en ciel en soutien à Moun