Alors qu’Air Madagascar faisait face à une grève de quarante jours, qui s’est terminée avant-hier. Le conflit avait connu une escalade quand au début du mois le délégué du personnel de la compagnie aérienne – qui avait été arrêté en début de semaine avant de bénéficier d’une liberté provisoire – a reçu sa lettre de licenciement par huissier. Le délégué du personnel était accusé de “divulgation de fausses informations, d’association de malfaiteurs et d’atteinte à l’économie nationale”. Trois autres signataires du préavis, à savoir un mécanicien, un steward et un opérateur au sol, font également l’objet d’un licenciement. Ces syndicalistes avaient déjà été la cible de poursuites judiciaires (voir notre article). Le conseil d’État avait suspendu la décision de licenciement.

Air Madagascar

Air Madagascar