Accueil > Dossiers > Monde arabe et Iran > Maroc : Etudiants en lutte arrêtés

3 décembre 2008

Maroc : Etudiants en lutte arrêtés

Samedi 22 novembre, ElMardi Fatima, militante basiste (marxiste-léniniste), étudiante en faculté de Droit de la Ville de Meknes a été arrêtée suite à une confrontation avec les forces de l’ordre lors d’une manifestation. Cette arrestation est dans la continuité d’une forte répression suivant une vague de lutte dans les universités marocaines. Plusieurs universités marocaines (Casablanca, Rabat, Fès, Agadir, Oujda, Tétouan, Meknès, Taza, Nador, Settat, Errachidia,...) ont connu ces derniers jours des affrontements violents entre policiers et étudiants. Jeudi dernier, de violents affrontements ont opposé les forces de police et les étudiants durant plusieurs heures à l’Université de Fès. Plusieurs blessés et interpellations ont été constatés dans les rangs des étudiants et des étudiantes de cette même université. Plusieurs diplômés chômeurs se sont joints au mouvement. Ainsi, quelque 3.000 grévistes auraient participé à ce rassemblement. Le dispositif sécuritaire qui encerclait les facultés de Dhar El Mehraz (Fès) est intervenu violemment pour disperser les manifestants. Depuis, des éléments de la police marocaine occupent les lieux.

La situation a dégénéré après une manifestation de soutien aux étudiants arrêtés en début d’année à Marrakech, Taza, Meknès et Errachidia. Cette manifestation était aussi l’occasion de rappeler leur revendication quant à l’amélioration de leur situation sociale très dégradée. ’Ce sont des revendications justes’, explique un membre de l’Union nationale des étudiants marocains (UNEM). Les protestataires réclament l’amélioration de leurs conditions de vie et d’études qui poussent bon nombre d’étudiants à abandonner ou à travailler pour pouvoir survivre.

Les grévistes se disent déterminés à durcir leur mouvement de protestation jusqu’à ce qu’une issue soit trouvée à leurs revendications. Les cours sont interrompus depuis plus d’une semaine et environ 400 étudiants mènent une grève de la faim. Une cinquantaine d’étudiants ont été interpellés dimanche à Casablanca lors d’un violent incident entre des groupes d’étudiants et la police, a reconnu la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). D’autre part, cinq autres militants basistes ont été arrêtés à Agadir au sud du Maroc, et ils sont toujours détenus.

Deux étudiants ont succombé à leurs blessures, lundi soir, alors qu’un troisième est en observation à l’hôpital, après avoir été écrasés par un bus. Les victimes faisaient partie d’un groupe de plusieurs étudiants et étudiantes qui manifestaient à la gare routière d’Agadir. Une des revendications étudiantes est la gratuité des transports.

Voir le dossier: avec les tags: - - - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?